Obama veut sabrer 3.000 milliards de dollars dans le déficit américain

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président des Etats-Unis doit proposer ce lundi une réduction du déficit de l'ordre de 3.000 milliards de dollars. Selon le Wall Street Journal, l'effort pourrait même être porté à 3.600 milliards sur dix ans, réalisé pour moitié avec des hausses d'impôts.

Le président des Etats-Unis, Barack Obama , va proposer une nouvelle réduction du déficit de 3.000 milliards de dollars, dans un discours lundi à la Maison Blanche, a annoncé dimanche soir un haut responsable de l'administration ayant requis l'anonymat. Mais le site du  Wall Street Journal rapporte pour sa part que cet effort pourrait être porté à 3.600 milliards de dollars sur dix ans, pour moitié réalisé avec des hausses d'impôts. L'hôte de Maison- Blanche avertira les Républicains qu'il opposera son veto à tout projet de loi diminuant les dépenses de santé pour les plus âgés sans augmenter les impôts des plus riches et des grandes entreprises.

Mesures de long terme

Le président américain annoncera une série de mesures qui doivent consolider la fiscalité à long terme des Etats-Unis et garantir la poursuite des investissements dans l'éducation, les énergies nouvelles et la création d'emplois, a indiqué ce responsable.
Ces mesures inclueront une large révision du barème fiscal conçue pour lever 1.500 milliards de dollars, essentiellement en ne renouvellant pas des exemptions fiscales pour les plus riches et en supprimant des avantages pour les entreprises.

1.100 milliards économisés en Afghanistan et en Irak

Concrètement Obama présentera un plan sur des augmentations d'impôts et une diminution des dépenses à une "super-commission" du Congrès chargée de trouver 1.500 milliards d'économies sur dix ans d'ici le 23 novembre.  Les propositions d' Obama conduiront à une réduction totale du déficit de 4.400 milliards de dollars sur dix ans, ont indiqué les responsables.  Ce chiffre inclut 1.200 milliards de dollars en réduction des dépenses discrétionnaires de l'Etat, déjà convenue par Obama en août dans le cadre d'un accord avec les Républicains. Il comprend également une diminution de 580 millions de dollars dans tous les programmes de dépenses fédérales obligatoires et 1.100 milliards de dollars d'économie sur le déploiement de troupes en Afghanistan et en Irak.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2011 à 18:47 :
Ce projet de réduction du déficit US (4400 Mrds sur dix ans) n'est pas à l'échelle du vrais déficit : 1350 Mrds cette année, sur 3700 Mrds de dépenses totales (près de 40% des dépenses)
Faut il comprendre que les US ne peuvent pas avoir un budget proche de l'équilibre ?...
a écrit le 19/09/2011 à 15:54 :
Pour économiser pas mal d'argent ils pourraient déjà commencer par arrêter les guerres d'Irak et d'Afghanistan qui coutent toutes les deux environ 130 Milliards chaque année au budget américain et également réduire du tiers leur dépenses militaires pour la défense qui avoisinent les 600 milliards annuel.

La deuxième chose qui pourrait être faite sans problème serait de taxer tous les revenus supérieur à 950.000$ annuel.

Enfin ils pourraient augmenter la fiscalité sur les cigarettes, les armes, l'alcool ainsi que le carburant ainsi que les taxes d'aéroport et de gare. Afin de rejoindre les niveaux européens.

En dernier lieu une imposition spécifique aux gros pollueurs pourrait être déployée. Une taxe carbone spécifique aux grosses cylindrée est également envisageable.

Enfin il faudrait mettre en place un fichier national de recensement des crédits afin que les gens ne puissent prendre qu'une seule hypothèque par foyer et soient limités à 50.000$ de crédit revolving par foyer. Un système de surendettement à la française devrait également être mis en place afin d'éviter de faire en sorte que les gens payent toute leur vie pour une erreur à un moment T.

Enfin les USA devrait relancer une vaste politique industrielle de pointe en se concentrant sur la robotique, l'électronique de pointe et le spatial. Mais également sur les énergies vertes et le développement durable.

Enfin il ont tout intérêt à se défaire du dollar actuel et de mettre en place une nouvelle monnaie et de laisser courir l'inflation pour tuer une bonne partie de leur dette. Cela permettrait à tout le monde de prendre sa perte, aux entreprises zombies de trépasser pour de bon et se débarrasser de cette crise en repartant sur des fondamentaux assainis.

Bien entendu cela ruinerait beaucoup d?entreprises et de personnes en situation de rente au sein du système actuel mais ils pourront se refaire dans le nouveau système et prospérer sur de meilleures bases.
Réponse de le 22/11/2011 à 12:30 :
beau programme : il ne reste plus qu'à le mettre en place
a écrit le 19/09/2011 à 15:19 :
Obama est sincère dans ses intentions, mais il se heurte au mur de l'argent, ce qui le perdra (et les States aussi mais pour d'autres raisons).
a écrit le 19/09/2011 à 13:04 :
La question qui fache: combien de réduction de budget de l'état et combien de réduction sur le budget prévisionnel... gageons que comme lors de la précédente proposition de l'administration, ce seront surtout les secondes et pas les premières.
Dire qu'on réduit le train de vie de l'état quand on accepte d'en diminuer les augmentations est une pirouette dont on eut pensé que nos journalistes économiques la relèverait.
a écrit le 19/09/2011 à 12:59 :
Si "small is beautiful" a, un temps, été perçu comme la dernière tendance à suivre, maintenant "downsizing" va s'imposer dans les budgets....
a écrit le 19/09/2011 à 12:26 :
La "rilance" de Madame Lagarde fait des émules. Et tout comme en Angleterre, les "partenariats" public/privé mettront des milliers de personnes au chômage. Bravo de vous coincer tout seul.
a écrit le 19/09/2011 à 10:39 :
Une industrie pétrolière américaine (lobby républicain) déjà émoussée par les moratoires imposés suite à l'affaire BP, un retrait de l'Irak et de l'Afghanistan (pétrole) et un arrêt des avantages fiscaux aux compagnies pétrolières US, un conseil, short XON, long WTI.
M. Obama, prend un très gros risque...
a écrit le 19/09/2011 à 9:50 :
Obama a commis un énorme faux pas !!! croyez moi !! aux USA s'attaquer aux riches est mal vu ce contrairement en France . vous allez voir il ne sera pas réélu tou les lobbyings puissants de ce pays font tout !! croyez moi !!
pourtant C un bon président
Réponse de le 19/09/2011 à 12:33 :
Ne vous inquiétez pas. Certains préfèrent couler leur pays car savent qu'ils s'en tireront.
a écrit le 19/09/2011 à 9:17 :
"Ces mesures inclueront une large révision du barème fiscal conçue pour lever 1.500 milliards de dollars, essentiellement en ne renouvellant pas des exemptions fiscales pour les plus riches et en supprimant des avantages pour les entreprises."
"1.100 milliards de dollars d'économie sur le déploiement de troupes en Afghanistan et en Irak."
Obama va enfin rompre avec la poltique de Bush ?
C'est pas trop tôt.


a écrit le 19/09/2011 à 7:43 :
C'est indispensable et c'est un minimum.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :