Quand Obama donne des leçons à la zone euro

 |   |  433  mots
Le président américain Barack Obama - Copyright Reuters
Le président américain Barack Obama - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
S'adressant aux dirigeants de la zone euro, le président américain a exprimé ses craintes sur la crise de la dette. Il les exhorte à mener une "politique budgétaire mieux coordonnée". De son côté, Angela Merkel écarte le scénario de faillite de la Grèce.

Les dirigeants de la zone euro doivent montrer aux marchés qu'ils font face à leurs responsabilités concernant la crise de la dette. Voici le message que Barack Obama a adressé à des journalistes hispanophones, lors d'une table ronde  à Washington.

Barack Obama demande une meilleure coordination 

"Il est difficile de coordonner et de se mettre d'accord sur une méthode commune avec autant de pays, autant de politiques et de situations économiques différentes", rapporte le site internet du quotidien espagnol El Mundo. "Au final, les grands pays d'Europe, les dirigeants du continent, doivent se rencontrer et prendre une décision sur une intégration coordonnée de la politique monétaire, avec une politique budgétaire mieux coordonnée, a-t-il ajouté.

La Grèce est la première source d'inquiétude, mais de nouvelles attaques des marchés contre l'Espagne et l'Italie créeraient un problème plus grand encore, a déclaré le président américain

Le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, est attendu cette semaine en Pologne pour y rencontrer les ministres des Finances de la zone euro, dans un contexte de crainte d'une faillite de la Grèce.

Pour le président américain, une solution de long terme est possible, à une condition : les marchés doivent être convaincus que les pays de la zone euro ayant des excédents budgétaires seront prêts à soutenir leurs partenaires quoi qu'il arrive.

Angela Merkel veut "éviter tout processus incontrôlé dans la zone euro"

Devant les craintes de faillite de la Grèce exprimées en Allemagne, la chancelière allemande Angela Merkel a réagi. "Nous travaillons avec tous les moyens à notre disposition afin que cela n'arrive pas", a-t-elle dit à la radio Inforadio. "La priorité absolue est d'éviter un défaut de paiement incontrôlé, parce que cela ne toucherait pas seulement la Grèce, et parce que le risque que cela nous affecte tous, ou du moins beaucoup d'autres pays, est très élevé", a-t-elle ajouté.

Pour la chancelière, il est évident que "nous rendons un grand service à la Grèce si nous spéculons le moins possible mais encourageons la Grèce à respecter ses engagements". Et de rappeler que "tout doit être fait pour maintenir la zone euro politiquement intacte"; autrement dit de ne pas exclure la Grèce de la zone euro.  "Le fait que la troïka (groupe d'experts de la Commission européenne, de la BCE et du FMI, ndr) revienne suggère que la Grèce a lancé un certain nombre de choses nécessaires", selon elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2011 à 7:19 :
Du goudron et des plumes!
a écrit le 19/09/2011 à 7:12 :
"De nouvelles attaques des marchés contre l'Espagne et l'Italie créeraient un problème plus grand encore, a déclaré le président américain"
D'ou viennent ces attaques? Des USA,bien sur! Les victimes sont les coupables, et le "gendarme du monde" n'y peut rien. Il refuse meme toute reglementation financiere internationale! Apres l'Euro, ca va etre le tour des produits agricoles (a la hausse cette fois), et des famines juteuses. Ca rappelle les annees precedant la revolution francaise...
a écrit le 14/09/2011 à 21:50 :
les states maintiennentt un dollar faible pour s'en sortir et voudraient nous dicter une politique des budgets alors qu'ils cumulent les déficits : quel pourcentage du pib ?
a écrit le 14/09/2011 à 20:13 :
il ferait mieux de s'occupent des dgats causés par ses banques celui la.tout ce qu'ils réussi à faire depuis las années 90 ,c'est foutre la m... dans le monde.Apres faut pas s'étonner que le monde n'aime pas les américains (personnellement, moi j'aime bien mon amie américaine)
a écrit le 14/09/2011 à 19:22 :
Dette US 100% du PIB (et sans services publiques ou presque ...) Ils sont Champions , ils sont Champions ....
a écrit le 14/09/2011 à 15:59 :
Il faut admettre clairement que les Grecs ne pourront pas payer. Je plaide pour un défaut de la Grèce, sur le modèle argentin de 2001, mais sans pour autant sortir de l?euro. D?abord, il faut renégocier à la baisse la valeur des dettes, à la manière des «Brady bonds». Immédiatement, tout l?argent qui part dans le service des intérêts de la dette aujourd?hui serait réorienté vers l?éducation et l?investissement. Mais cela risque de mettre en difficulté les banques françaises et allemandes qui détiennent beaucoup de dette grecque, et bien sûr toutes les banques grecques. Dans ce cas, mieux vaut utiliser les aides européennes que l?on est en train de débloquer, pour recapitaliser ces banques directement.
a écrit le 14/09/2011 à 15:42 :
Ce ne sont pas les USA qui donnent une leçon, mais bien que le candidat sous tutelle qui n'a rien fait pendant son mandat, comme a dit le pére de R.EMANUEL "il fera ce que nous LUI dirons de faire". aujourd'hui il détourne ses responsabilités, l'homme qui portait beaucoup de nos aspirations est une calamité, nous attendions un ROOSEVELT nous avons eu une marionette au service de Wall Street et de T.GEITHNER
a écrit le 14/09/2011 à 12:54 :
Les USA qui veulent donner des leçons à la zone ? !
Si on se rappelle qu'en 1917 ils n'ont fait que voler au secours de la victoire, ce qui leur a permis de ravir au Anglais la prédominance mondiale; qu'ils ont pesé sur le traite de Versailles sans finalement le signer (merci Wilson !); qu'ils ont encore pesé sur l'application de ce traité en interdisant aux européens de réagir lors de la violation de celui-ci (remilitarisation de la rive gauche du Rhin; que lors de la seconde guerre mondiale ils auraient bien voulu réitérer leur exploit de la précédente, mais Pearl Harbour ne leur en a pas laissé le temps; que le changement de majorité politique aux USA a entraîné le lâchage de l'ignoble tyran, le Shah d'Iran, et son remplacement par l'angélique Khomeni et ses tristes sbires (merci Carter !); qu'après avoir vilipendé l'agression soviétique en Afghanistan, ils ont de ce fait permis l'installation du régime qu'ils y combattent actuellement; et bien d'autres que j'ai omis !
En réalité, les USA vivent depuis le début du siècle dernier aux crochets du reste du monde.
Avec une population relativement modeste en nombre sur l'ensemble de la planète, ils consomment une très grande partie des richesses mondiales (quelquefois plus de la moitié) et polluent à outrance.
Ils leur faut périodiquement mettre le compteur financier à zéro:
- faillite de banque
- affaire Madoff
- crise des subprimes
- etc ...
Mais la réussite de l'? leur enlèverait ce pouvoir.
D'où leur combat ...
et d'où la bonne santé de Wall-Street lorsque l'? est attaqué !
a écrit le 14/09/2011 à 12:18 :
Ils sont tout de même gonflés ces américains ! Avant de critiquer l'Europe qui est critiquable certes, il faudrait qu'ils commencent à se préoccuper de leur propre dette et qu'ils arrêtent de faire payer leur train de vie aux autres.
a écrit le 14/09/2011 à 10:58 :
Quand on a une dette publique de +100% du PIB et une dette privée considerable car nos amis américains ne payent jamais rien en cash on ferait mieux de se faire tout petit petit !!
a écrit le 14/09/2011 à 9:27 :
Les ricains, sont à l'origine de cette panade avec la crise des subprimes, ce qui n'enlève rien aux déficits excessifs de tous les piggs et autres francais
Réponse de le 14/09/2011 à 10:27 :
Les américains (et les UK) ne cherchent ici qu'à créer un contre-feux afin de faire oublier que leur situation est encore plus grave. Toute cette pagaille est orchestrée depuis le début de l'année par cet attelage qui cherche par ailleurs à créer le doute quant à la possibilité de voir un jour l'Euro remplacer le dollar car dans ce cas leur situation serait inextricable.
a écrit le 14/09/2011 à 9:01 :
Votre présentation de l'intervention de Madame Merkel est incomplète, on peut même dire qu'elle induit en erreur. Madame Merkel a indiqué que "La priorité absolue est d'éviter un défaut de paiement incontrôlé". En langage financier ceci veut dire que l'Allemagne travaille actuellement sur un scénario de défaut de paiement contrôlé. De nombreuses sources d'information en Allemagne le confirment, Certains évoquent la fin de l'année, d'autres estiment que la pression des marchés sera trop forte pour attendre cette échéance. Alors, on parie: courant Octobre ?? Après le départ du dernier faucon de la BCE, on a nommé Trichet ??
a écrit le 14/09/2011 à 8:54 :
les affaires ENRON et autres viennent ....des USA, le poison des subprimes vient.....des USA, l'endettement endémique de la 1ère puissance économique depuis 1945 était.....aux USA bref chacun doit balayer devant sa porte plutôt que de crier au loup!!!
a écrit le 14/09/2011 à 8:13 :
Et si Obama s'occupait de la dette américaine !!!!
a écrit le 14/09/2011 à 7:59 :
Mr Obama est-il le mieux placé pour donner des conseils aux européens quand on sait que la crise a démaré chez lui grâce aux "subprimes". Ah la poutre que l'on a chez soit !!!!....
a écrit le 14/09/2011 à 0:07 :
On croit rêver ! Il ferait mieux de nettoyer devant sa porte ! L'Amérique très joli à l'écran... mais ce n'est qu'un écran de fumée. Que vont-ils bien inventer pour relancer leur économie... détruire l'économie des autres.
Réponse de le 16/09/2011 à 9:13 :
c'est de bonne guerre
a écrit le 13/09/2011 à 20:36 :
C 'est l' hopital qui se fout de la charité.
leurs dettes sont libellés dans leur monnaie (cas unique au monde). Il suffit de faire fonctionner la planche à billets.
Facile..
a écrit le 13/09/2011 à 18:27 :
La Recette est vieille comme la politique : quand c'est la merde chez soi, on va la coller a l'étranger, ca détourne l'attention de son peuple... autrefois, on appelait ca les croisades...
a écrit le 13/09/2011 à 18:05 :
MObama demandant des comptes. La crise financière n'est elle pas venue des Etats Unis. N'est ce pas ce pays qui a plongé le monde dans la crise.
a écrit le 13/09/2011 à 17:33 :
ben dis donc ce Obama , il s'estime être le mieux placé pour donner des leçons de morale aux européens sur la dette !!
le subprimes vient d'où ! les européens étaient toujours d'accord à une régularisation mondiale de ce monde de spéculateur mais les anglos saxons Américains et brittaniques font blocages !!
Réponse de le 14/09/2011 à 10:12 :
Ce n'est pas les USA qui ont forcés la France à vivre à crédit en empruntant sur les marchés financiers depuis 30 ans. C'est la France qui n'a pas décidé de réduire le poids de son état depuis tout ce temps. Les spéculateurs ne sont en rien responsable des 2000 milliards de dettes francaise, de ses millions de fonctionnaires en trop et de son étatisme interventionnisme qui nuit gravement au développement de son économie depuis tout ce temps. Les marchés financiers eux ont payés la facture depuis 30 ans pour la France, maintenant il faut rembourser.
Réponse de le 14/09/2011 à 18:05 :
certains ont besoin de notions d'économie..........
a écrit le 13/09/2011 à 17:29 :
Obama ferai bien de regarder du coté de sa dette ,mais celle aussi des Américains qui est aussi importante (environ 14.000 M de dollars )
a écrit le 13/09/2011 à 17:08 :
Il faut quand même reconnaitre que s'il y avait un leadership politique européen dans le domaine de la coordination financière il y a des tergiversations, des errements et des soubresauts de ces derniers mois qui auraient été évité. Maintenant objectivement le bateau Europe est plus solide que le bateau Amérique (dette privée et publique, santé des collectivités locales, inégalités sociales etc...) mais l'un a un capitaine au poings liés qui ne peut rien faire et l'autre n'a personne à la barre et vogue au gré des flots... Pour le moment les européens ont plus peur des certitudes d'un chef unique que des incertitudes de la dépendance aux marchés... Je ne sais pas quel désastre fera prendre conscience à ceux qui prétendent nous diriger qu'il est temps de passer la main à d'autres, avec une autre vision (pour ne pas dire simplement avec une vision).
Réponse de le 13/09/2011 à 21:23 :
moi je sais (quel désastre...); ce sera lorsque américains et européens se rendront compte que les chinois, qui les tiennent par les... monnaies commenceront à serrer !
a écrit le 13/09/2011 à 15:47 :
OBAMA veut créer un écran de fumée, pour dissimuler la faiblees économique de son pays, et je voudrais lui rappeler ceci :
Les accords de Bâle III pour renforcer le système financier à la suite de la crise financière de 2007 (crise « des subprimes »), sous l'impulsion du FSB (Financial Stability Board) et du G20. s?appliquent donc à tous les états, et donc aux banques américaines.
Pouvez-vous m?expliquer pourquoi les banques américaines ne respectent pas les accords de BâleII (m?infirmer si je me trompe) et que les banques européennes doivent respecter Bâle II et Bâle III ? aujourd?hui certaines banques américaines déclarent déjà que Bâle III leur est préjudiciable (Bank of América ou JP Morgan ?) et quelles ne l?appliqueront pas. Au même titre que les USA n?appliquent pas les accordes de Kyoto sur le climat?..
Pourquoi les banques européennes devraient respecter des engagements ignorés par d?autres?.c?est de l?auto-flagellation?.
La crise financière que nous vivons aujourd?hui est venue de celle des subprimes née aux USA, qui ont transmis leur crédits toxiques à travers les opérations de titrisation, les banques mondiales ont acheté ces « crédits pourris », avec l?aval des agences de notation américaines qui notaient les subprimes en triple AAA.. ; Vous connaissez la suite.
Dans ces conditions pourquoi les seules banques européennes devraient le faire, et pourquoi les marchés s?attaquent-ils aux banques européennes, au motif de leur exposition à la dette grecque. et italienne, et espagnoles.
Le Japon vit depuis quelques années avec un ratio dette sur PIB très élevé (235 % actuellement), et le Japon n?est pas déclaré en faillite que je sache. Le point très différent est que la dette japonaise est détenue par les japonais et que les attaques des marchés ne sont donc pas possibles?.faisons comme eux en France?.

a écrit le 13/09/2011 à 13:54 :
Après nous avoir contaminé avec le virus des subprimes, une dette a provoqué un cataclysme financier planétaire, un pays qui fait marcher la planche à billet afin de maintenir son cours au plus bas et financer son déficit à bon compte ainsi que les 4 000 milliards de $ des guerres d'Irak et d'Afghanistan et voilà que ces Messieurs d'outre Atlantique vont venir nous donner des leçons!
Il est temps Messieurs les Politiques Européens de retrouver notre souveraineté en abrogeant l'article 104 du traité de Maastricht et 123 du traité de Lisbonne qui oblige les Etats à se financer auprès des banques et non auprès de la Banque centrale
Réponse de le 13/09/2011 à 14:16 :
Il ne suffit pas de faire marcher la planche à billet pour faire de la croissance. Si cela était le cas les imprimeurs seraient au pouvoir. Créer techniquement de la croissance est un métier effectué par les banques, il comporte des risques et requière une rémunération. Par ailleurs ceci permet un double contrôle banques/état. Il est donc heureux que cette solution perdure d'autant que l'ajout de 1% (par exemple) à tout ne modifie pas le schéma d'ensemble.
Réponse de le 13/09/2011 à 23:39 :
Corso, les banques sont des entreprises comme n'importe qu'elles autres entreprises. Elles accompagnent la croissance, elles aident la croissance, mais elles ne crées pas la croissance, elles ne sont pas la croissance. Elles ne sont pas destinées à être un Etat dans l'Etat. Le pouvoir c'est l'Etat. Si le pouvoir politique est contrôlé par les banques, il suffira de changer le pouvoir politique, c'est très simple...
Réponse de le 29/09/2011 à 17:39 :
Créer de la croissance est un métier effectué par les banques ! Où avez vous pris cela. A l'ENA ou à HEC ?
Le métier des Banques est de gagner de l'argent. Ce sont les Entreprises qui créent la croissance et le métier des Banques est de les financer, mais elles préfèrent spéculer avec l'argent des déposants et prendre des risques avec de l'argent qui ne leur appartient pas. Si la Banque faisait faillite, c'est l'argent des déposants qui serait perdu, mais les Grands Patrons de la Banque ne perdraient pas un centime .
a écrit le 13/09/2011 à 13:49 :
Le système de federation europeene, tout comme le projet d'une federation financière mondiale...Va échouer.

Mais c'est nécessaire.
Et puis, après une gueule de bois plus ou moins longue, le monde reprendra son cours...Plus raisonablement.
a écrit le 13/09/2011 à 13:46 :
Si Obama à 100% raison sur le manque de coordination des dirigeants européens, il n'en demeure pas moins qu'il agite le chiffon rouge vers l'Europe pour détourner l'attention du précipice au bord duquel l'économie américaine se trouve!!!!
a écrit le 13/09/2011 à 13:45 :
Et pendant ce temps là ! des villes, comtés, même des états US sont en faillite totale ne payent plus leurs fonctionnaires , licencient à tour de bras et deviennent des zones de non-droit !?
a écrit le 13/09/2011 à 12:51 :
nationalisons la Grèce ! et indemnisons-les en bouzoukis !
a écrit le 13/09/2011 à 12:51 :
La plus grande dette du marché qui nous fait la leçon, il n'a pas froid aux yeux.
a écrit le 13/09/2011 à 12:48 :
est ce que les hommes politiques de la planète ont une intelligence?
a écrit le 13/09/2011 à 12:24 :
On croit rêver, voilà aux moins qui démontre que d'être "African American" n'y change pas grand chose. Résultat = aucunes avancés sur le BIO, l'Ecologie, le CO2, l'économie, la dette ... par contre gros bourrin pour de la dette, de la pollution, la guerre .... et maintenant donneur de leçon, vraiment n'importe quoi !
Réponse de le 13/09/2011 à 12:51 :
le CO2 il est démontré que c'est du pipo, normal et heureux qu'il n'y ait pas d'avancée
a écrit le 13/09/2011 à 11:52 :
C'est une leçon d'économie et surtout d'analyse financière que Madame Parizot du Médef devrait prendre en bonne note, la retenir et surtout l'appliquer. Aulie de "babiller" et "pérorer" dans le vide.
a écrit le 13/09/2011 à 10:57 :
Barack devrait mieux regarder la dette de son pays ainsi que la perte de son triple A au lieu de donner des leçons au reste du monde.
a écrit le 13/09/2011 à 10:35 :
L hopital qui se fout de la charite.....
a écrit le 13/09/2011 à 10:13 :
La dette US est, en % du PIB, voisine de celle européenne, et les deux avions sont en phase de décrochage. La différence est qu'il y a un pilote dans l'avion US, apte à décider, le moment venu, de la bonne manoeuvre. Alors qu'en Europe il n'y a que des stewards appliqués à rassurer les passagers. Devinez la suite ...
Réponse de le 13/09/2011 à 11:37 :
lol !
Réponse de le 13/09/2011 à 13:02 :
Quel pilote!! Désolé je ne monte pas dans Obama Airline! Ni dans le tupolef europeen
Réponse de le 13/09/2011 à 13:09 :
@ENERM

Oui, sauf que le pilote de l'avion US doit composer avec ses copilotes du Congrès pour qu'ils réalisent les mêmes manoeuvres que lui sinon il n'évitera pas la montagne qui se profile... mieux vaut ne pas compter sur le pilotage automatique dans cette situation
Réponse de le 14/09/2011 à 19:27 :
Quel pilote ? Obama ? la majorité de l'Amérique ne le considère pas comme pilote et souhaiterait faire revenir Bush ...
a écrit le 13/09/2011 à 9:45 :
Barack Obama ne fait plus rêver et est-il capable de résoudre les problèmes de son pays ? Nous vivons en ce moment du "chacun pour soi" et c'est très bien comme ça.
Réponse de le 13/09/2011 à 11:11 :
Il m'a jamais fait rever ! et même que je me méfiais de sa politique approximative.
a écrit le 13/09/2011 à 9:45 :
Cela va mieux chez lui ? alors le donneur de leçon....coucouche panier

qu'il s'adonne à ses propres problèmes car diantre il en a , avant de s'occuper des notres !
Réponse de le 13/09/2011 à 11:43 :
Ses problèmes sont nos problèmes et il est notre chef, n'oublie que nous somme qu'une Province Étasunienne.
a écrit le 13/09/2011 à 9:35 :
C'est l'histoire de l?arroseur arrosé : après avoir secoué le chiffon rouge sur la Grèce pour éviter que l'on ne remarque trop que que l'Angleterre et les USA (ou plus précisément La City et Wall street ) sont en chute libre, le boomerang revient en pleine tête !
Réponse de le 13/09/2011 à 15:02 :
tout à fait .... l'Angleterre donneur de leçons !!! pérorer pour cacher ses propres lacunes et déficits et... se cacher derrière le grand frère américain dans la même situation
Réponse de le 14/09/2011 à 7:40 :
@amirene la seule difference c'est que l'Angleterre a mis en place une politique de rigueur pour la reduction de ses deficits, qui restent malgres tout enorme (de 9,8% a 7,9% du PIB en 2011). Le jour ou les banques anglaises nationalisees iront un peu mieux, l'etat pourrait revendre ses parts et reduire son endettement...
Réponse de le 14/09/2011 à 19:25 :
Le jour où .... bah c'est pas prêt d'arriver ... et c'est sûr les banques anglaises risquent pas d'être attaquées en bourse puisqu'elles sont nationalisées (horreur les anglais se serraient convertis au socialisme ???)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :