Merkel se dit prête à recapitaliser les banques européennes

 |   |  592  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La chancelière allemande a brisé le tabou de la recapitalisation des banques. Elle est également prête à réviser les traités européens concernant l'euro.

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé mercredi "justifié" de recapitaliser les banques européennes qui en ont besoin alors que le secteur est fragilisé et s'est dite prête à réviser les traités européens pour aller plus loin dans la gouvernance de l'euro.

"Il est justifié, s'il y a un constat commun que les banques ne sont pas assez capitalisées, que l'on y procède, compte tenu de la situation actuelle sur les marchés financiers" mais pour le faire "il faut bien sûr établir des critères pour cela", a-t-elle souligné devant la presse à Bruxelles, à l'issue d'une visite à la Commission européenne.

"Le gouvernement allemand est prêt, si nécessaire, à réaliser une telle recapitalisation" des banques chez lui, a affirmé la chancelière. "Pour les marchés il est important qu'on aboutisse à des résultats", a-t-elle jugé, soulignant que "le temps presse et donc il faudrait que cela se fasse vite". Elle n'a pas exclu que la question puisse être abordée au prochain sommet des dirigeants européens à Bruxelles, les 17 et 18 octobre.

Selon elle, il est "également important qu'on évite la cacophonie entre les continents américain et européen" sur le sujet, qui doivent s'entendre au lieu de "continuellement se critiquer l'un l'autre".

Les pays européens envisagent un plan coordonné pour renflouer leurs banques, fragilisées par la crise de la dette qui a fait une première victime dans l'Union monétaire avec le groupe franco-belge Dexia, en cours de démantèlement. Asphyxié financièrement car privé des liquidités dont elle a besoin, cette banque est en cours de démantèlement avec le soutien de la France et de la Belgique.

Longtemps taboue, la question de la recapitalisation des banques européennes monte en puissance, obligeant les responsables européens à ne plus se réfugier derrière les résultats des tests de résistance rendus publics en juillet dernier.

Le FMI qui avait été le premier à lancer un appel dans ce sens a fait savoir mercredi à Bruxelles qu'il faudrait injecter entre 100 et 200 milliards d'euros dans le capital de certaines banques européennes. Un chiffre que n'a pas commenté la chancelière allemande.

Pour améliorer le fonctionnement de la zone euro, Mme Merkel s'est dite prête à changer un jour les traités européens, une manière de rassurer les marchés financiers qui demandent plus de fédéralisme au sein de l'Union monétaire.

"Réviser les traités européens ne doit pas être un tabou"

Elle a justifié un éventuel changement de traité par la nécessité de faire en sorte que "l'euro soit un succès" et que la "confiance" dans la monnaie unique soit garantie sur les marchés. Dans l'esprit de la chancelière Merkel, une nouvelle modification du traité pourrait servir à durcir la discipline budgétaire pour s'assurer que tous les Etats pratiquent la rigueur et ne laissent pas filer les déficits publics.

Tous les avocats du fédéralisme ne partagent pas ses vues, certains plaidant plutôt pour une mutualisation des dettes, et donc des risques, via la création d'euro-obligations, ce que Berlin refuse catégoriquement. En attendant, la chancelière Merkel a estimé que la Grèce devait "continuer à faire partie de la zone euro". "On doit lui donner une chance de se rétablir", a-t-elle dit, alors que de nouvelles craintes de défaut de paiement de la Grèce ont fragilisé les marchés en début de semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2011 à 10:01 :
Merkel ça c'est un dirigeant malgré touts les critiques dont elle fait l'objet et certaines de la part d'anciens dirigeants allemand ceux là m^me qui ont autorisé la création de l'euro sans issue de secours et sans service après vente et admis des pays comme la Grèce dans l'euro et ensuite de les y avoir maintenant en sachant déjà dès 2004/2005 que leurs comptes étaient faux et que ce pays étaient une pétaudière sans comptabilité publique qui tiennent la route et une machine à frauder le fisc.
a écrit le 06/10/2011 à 8:25 :
il faut constater une reprise en main par la Chancelière: des CDU CSU, de ses électeurs hostiles à l'euro,de sa façon d'avancer vers une position européenne conforme à la fois aux intêrêts des patrons allemandes (surtout PME très dépendants des 17)et à l'idée européenne.Il est temps!
a écrit le 06/10/2011 à 7:36 :
Hourra, nous ne sommes pas concernes . L'article est date du 5/10; ce meme jour Mr Noyer imminent directeur de la banque de France annoncait au micro d'Europe 1 que, Dexia exceptee, nos banques etaient saines.
a écrit le 06/10/2011 à 3:41 :
Ce serait son fric suis pas certain qu'elle le ferait. Moi aussi je viens filer du blé au Monde entier si c'est l'argent des autres.
a écrit le 05/10/2011 à 20:23 :
bravo Mme
a écrit le 05/10/2011 à 19:20 :
Il n'y a rien de nouveau : face à la crise, comme en 2008-2009, les Etats vont naturellement soutenir les banques. Quant à la révision des traités, il faut être d'accord à 27 sur le contenu de la révision ; comme les traités interdisent déjà strictement les déficits excessifs, l'étape suivante serait de sanctionner financièrement les Etats qui ne respecteraient pas ces règles, voire de les soumettre à une amende : toute mesure effective autre que symbolique deviendrait vite un acte de guerre, donc ces sanctions n'ont aucune chance d'être adoptées, et encore moins d'être mises en oeuvre. Encore du vent pour reculer le moment de dévaluer l'euro ou d'en sortir...
a écrit le 05/10/2011 à 18:56 :
Et bien-sûr - est-il besoin de le rappeler ? - les banques aidées doivent supprimer totalement les bonus. Utiliser les fonds publics pour payer des bonus à des financiers qui ont échoué lamentablement serait la pire des stupidités, je pense que personne n'osera me contredire sur ce point.
Réponse de le 06/10/2011 à 10:02 :
Pourquoi ne pas employer la tactique de vos amis, Jean et envoyer les banquiers en Siberie
a écrit le 05/10/2011 à 18:54 :
ATTENTION :: il est INACCEPTABLE de faire à nouveau des cadeaux aux banques. En cas de recapitalisation, cela doit être à l'avantage de l'état, qui est en position de force. Donc l'état doit injecter de l'argent sous forme d'actions ordinaires, c'est à dire faire une NATIONALISATION PARTIELLE avec des places au conseil d'administration. La population n'acceptera plus des magouilles de type prêts subordonnés, quasi fonds propres, actions sans droit de vote, garanties de l'état, ou autres magouilles que le privé n'accepte pas. Si le privé refuse de financer les banques de cette façon l'état doit aussi les refuser; il ne doit pas être la poubelle des actifs pourris des banques privées. Le contribuable n'a pas à aider les financiers.
Réponse de le 05/10/2011 à 20:16 :
Oui, 100 % d'accord. Ou alors il faut mettre au gnouf qq banquiers (atteintes aux intérêts de l'Etat, atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ?) pour qu'il y ait au moins une force de rappel. On aurait d'ailleurs du s'y prendre de la sorte en 2008.
a écrit le 05/10/2011 à 18:24 :
Tiens je croyais que Mme Lagarde était la FOLLE du village et qu'il fallait l'interner d'urgence ? Je commence à trouver que les femmes on plus de COU.... que les hommes sur ce qui arrive ! Pour ce qui est de la Grèce Mme Merkel assure carrément, c'est de la grande politique, elle s'en fou complètement, dans sa tête elle sait très bien qu'ils se sont tués tout seul et que RIEN ne pourra les sauver.
a écrit le 05/10/2011 à 18:01 :
C'est stupéfiant. Voilà une femme qui engage le gouvernement allemand alors qu'elle n'est que chancelière, oubliant que l'Allemagne est une démocratie fédérale et que le vrai pouvoir appartient au représentant du gouvernement et au parlement et en aucun cas à la chancelière qui ne porte que sa propre parole au titre de la politique extérieure. Sachant que le dernier vote du Bundestag s'est fait contre sa majorité mais avec les voix de l'opposition, sa parole n'a aucune valeur.
Réponse de le 05/10/2011 à 19:05 :
je suis certain que madame merkel va prendre acte du fait que le célèbre BASTIEN du forum de la tribune a remis en cause la légitimité de ses propos
Réponse de le 06/10/2011 à 4:36 :
Votre commentaire prouve deux choses : la première, que vous ne faites aucun cas de la situation du droit Allemand et du droit international. La seconde, que vous êtes prêts à accepter n'importe quoi pourvu qu'un personnage politique vous l'ordonne. Cela fait froid dans le dos...
a écrit le 05/10/2011 à 17:02 :
déjà on a cas commencé par les remettre a 5 semaine de congés annuel, au lieu de 12 en moyennes,
car la c'est encore nos impôts qui vont payer la casse, pour des gens qui ont des statues préférentiel et dont leur entreprises se casse la gueule, donc commençons déjà par arrête de payer tout se beau monde a ne faire que le strict minimum sur le compte de nos impôts
a écrit le 05/10/2011 à 16:46 :
Peut-on encore et toujours alimenter le tonneau sans fond des Danaïdes d?un ou de plusieurs mauvais élèves de la zone ? sans donner à penser qu?ils peuvent continuer leur gabegie? Ni la BCE ni la BEI ne pourront le faire. Les jours de la zone ? sont donc comptés, faute d?unité politique comment concevoir une monnaie unique? Les allemands ne sont pas condamnables à souhaiter le retour à leur monnaie et nous devons nous mêmes anticiper le retour au franc? avec de vrais hommes d?Etat dont nous manquons en vérité cruellement?
Et que l?on cesse ce terrorisme intellectuel : oui il y a une vie après l?Euro (cf. la grande Albion) c?est avec cet argument qu?on nous a vendu l?Euro en 1992, censé répondre à tous nos problèmes? On connaît la suite.
a écrit le 05/10/2011 à 16:32 :
Et avec quel argent?????????

Celui des contribuables qui vont devoir éponger les pertes des banques...

Eh bien non merci.

Adepte du capitalisme, je suis pour que qu'on les laisse couler les banques en faillite et qu'on les reprenne pour un euro symbolique comme cela a été fait pour l'une des CAJAS en Espagne cette semaine.

Mais comme nos gouvernants sont de connivence avec les banquiers, cela ne risque pas d'arriver.

Vivement les prochaines élections, qu'on change ces marionnettes!
Réponse de le 05/10/2011 à 20:49 :
Exactement.
a écrit le 05/10/2011 à 16:26 :
Merkel gouverne l' Europe et c'est une grande chance . Le club Med n'a plus qu'à se mettre au boulot . Comment il dit le crapouillot ? " travailler plus pour gagner plus " ...
a écrit le 05/10/2011 à 15:56 :
purement honteux, pourquoi les peuples ne se révoltent pas???? Quand une petite entreprise fait faillite, on ne l'aide pas alors qu'elle est certainement plus indispensable à la société qu'une banque sans âme!!!!!!!!!!
Réponse de le 05/10/2011 à 17:24 :
Voix des anges vous avez la voix de la sagesse... Sauf que quand une grande entreprise menace de faire faillite on l'aide regardez GM aux USA, où les prêts à Renault et Peugeot... Le problème n'est pas d'aider ou ne pas aider c'est d'utiliser deux poids et deux mesures selon qu'on est influent ou pas !
Réponse de le 05/10/2011 à 20:51 :
Des manifs sont prévues; participez y : démocratie reelle maintenant, sur facebook ou sa page web vous renseignera . Bienvenue à tous; nous vous attendez.
Réponse de le 06/10/2011 à 0:24 :
Indignez vous les manifs, comme vs dites, ont toujours fait crouler les PME , vos propos sont ridicules -
a écrit le 05/10/2011 à 15:49 :
La Grèce "On doit lui donner une chance de se rétablir" ? Mais de qui se moque Mme Merkel ? Pendant qu'elle fait semblant d'écouter et d'étudier les meilleures pistes d'atterrissage pour la Grèce, les banquiers allemands s'entendent comme larrons en foire pour mettre à l'abri leurs actifs, sécuriser leurs avoirs et passer des accords bilatéraux au nez et à la barbe des autres européens ! Bonjour l'ambiance. A ce petit jeu là, les français vont se retrouver gros Jean comme devant !!
a écrit le 05/10/2011 à 15:47 :
attention au Sniper !!!!!!!!!
a écrit le 05/10/2011 à 15:44 :
Elle est marrante Merkel, elle ne sait même pas que les banques européennes ont passé les stress tests avec succès. Elle pourrait se renseigner quand même ....
Réponse de le 05/10/2011 à 16:29 :
Et même Dexia...
Réponse de le 05/10/2011 à 18:03 :
Franchement, avec la qualité de nos stress tests, même le SDF qui fait les poubelles gare de Lyon les aurait passé haut la main.
Réponse de le 05/10/2011 à 20:52 :
En effet un SDF est beaucoup moins endetté que certaines de nos banques; les sdf sont donc plus riches que les banques, qui ont pour certaines un capital négatif de plusieurs milliards !!!
Réponse de le 05/10/2011 à 22:29 :
Coluche avait tort. Il vaut mieux être pauvre et malade que riche et bien portant....Je suis sur que Bettencourt et sa banque sont d'accord !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :