Un défaut de la Grèce, d'accord, mais lequel ?

 |   |  665  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Un défaut de paiement de la Grèce et une décote de sa dette sont à l'ordre du jour du sommet", a déclaré le Premier ministre slovaque sortant Iveta Radicova. Reste à savoir si le défaut sera "chaotique ou coordonné". De son côté, Georges Papandréou s'inquiète que le sommet "ne débouche pas sur des décisions".

Un défaut de paiement de la Grèce et une décote de sa dette sont à l'ordre du jour du sommet crucial de l'Union européenne dimanche, a déclaré jeudi le Premier ministre sortant slovaque Mme Iveta Radicova.

"Un défaut et une décote de la dette grecque sont à l'ordre du jour du sommet de dimanche", a déclaré jeudi à l'AFP Mme Radicova une semaine après avoir sacrifié son gouvernement pour faire approuver par le Parlement le renforcement du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Quel défaut pour la Grèce ?

"Ce qui importe maintenant c'est de savoir si le défaut sera chaotique ou coordonné, régulé", a-t-elle ajouté, soulignant que "si le tsunami est incontrôlé, il nous renversera tous". "Si la Grèce ne réalise pas son programme de réformes et de consolidation de son économie, aucun nouvel emprunt ne pourra l'aider et tout le monde le sait", a-t-elle dit.

En ce qui concerne la décote de la dette grecque, Mme Radicova a estimé que les propositions qui avaient été envisagées jusqu'alors n'étaient pas suffisantes. "Certains se prononcent pour une décote de 50 à 60%", a-t-elle ajouté, soulignant que c'était maintenant aux ministres des pays de la zone euro de prendre une décision.

Bien que son gouvernement soit tombé, Mme Radicova va représenter son pays lors du sommet crucial de dimanche, aucun Premier ministre intérimaire n'ayant été désigné pour la remplacer.

Première femme à diriger un gouvernement slovaque, Mme Radicova a perdu la semaine dernière un vote parlementaire, qu'elle avait assimilé à une motion de confiance pour son cabinet, sur le renforcement du FESF.

Le renforcement de ce Fonds a finalement été approuvé par le Parlement lors d'un second vote, avec le soutien de l'opposition sociale-démocrate (Smer-SD) qui a obtenu en échange l'organisation des élections anticipées.

Le Premier ministre grec met en garde

Le Premier ministre grec, Georges Papandréou , a mis en garde jeudi contre le risque que le sommet européen de dimanche "ne débouche pas sur des décisions" pour apporter une réponse à la crise de la dette.

"Il y a des doutes sérieux quant à savoir si nous déboucherons sur des décisions dimanche (...). Je tire la sonnette d'alarme contre de nouveaux ajournements", a déclaré en conseil des ministres, cité par un communiqué, le Premier ministre, qui réclame de l'UE un règlement "décisif" de la crise de la dette qui bouscule son pays et la zone euro.

M. Papandréou a ainsi confirmé que l'espoir de voir la zone euro mettre un coup d'arrêt à la crise de la dette lors de son sommet de dimanche s'éloignait, en raison de divergences entre pays sur les moyens de stopper la contagion.

Une source gouvernementale allemande avait auparavant douché les attentes autour de ce sommet en prévenant qu'il n'y aurait "vraisemblablement pas" de décision lors de la réunion des dirigeants à Bruxelles sur le renforcement de la capacité d'action du Fonds de secours de la zone euro (FESF), alors qu'il s'agissait de la principale avancée attendue.

"Nous considérons que ces décisions sont nécessaires et déterminantes", a insisté M. Papandréou , relevant que son pays attendait de ses partenaires qu'ils décident "d'un allègement du poids de la dette" grecque sur la base des décisions du précédent sommet du 21 juillet sur un nouveau plan de sauvetage incluant une participation du secteur privé à l'effacement d'une partie de sa dette.

"Tout règlement doit garantir totalement le fonctionnement normal du système bancaire grec et de nos caisses d'assurance", gros détenteurs de dette grecque, a-t-il ajouté.

Désormais discutée au sein de la zone euro, une restructuration plus importante que prévu de la dette grecque, avec des pertes pour les créanciers privés d'environ la moitié de leur mise, fragiliserait ces organismes grecs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2011 à 19:11 :
Les plus irresponsables sont ceux qui accordent aujourd'hui un prêt de 8 milliards d'euro à un pays qu'ils reconnaissent incpabale de payer ses dettes au-dessus de 50 à 40%.
Quelle politique d'autruche !
a écrit le 21/10/2011 à 7:04 :
Pourquoi la Corrèze et les Hauts-de seine peuvent vivre ensemble, avec la même monnaie ? Parce qu'il y a péréquation fiscale et budgétaire, permettant les mêmes services publics, les mêmes fonctionnaires, etc.
Pourquoi Athènes et Frankfort ne peuvent pas vivre ensemble, avec la même monnaie ( l'Euro-Mark), parce qu'il n'y a ni péréquation fiscale et budgétaire, ni les mêmes services publics, etc...
Le défaut n'est donc pas monnétaire, mais d'absence de fédéralisme européen et de gouvernance budgétaire et fiscal, donc économique et politique. Le problème est que les "peuples" euopéens, "aiguisés" par les luttes électorales et populiste ne voudront pas de cette solution fédéraliste, seule à même d'assurer cette péréquation économique !
a écrit le 20/10/2011 à 17:50 :
Sans sortie de l'euro et dévaluation, le défaut de la Grèce ne règlera rien. Non pas que la dévaluation soit une solution, mais elle en est la condition. Quant aux autres pays "du Sud", incapables de coller à la compétitivité de l'Allemagne, ils suivront tôt ou tard.
a écrit le 20/10/2011 à 17:15 :
Vraiment pathétique...
Pas la situation Grèque mais le fait que les banques Européenes se soient aussi investies dans les obligations de ce pays au point de faire tomber les institutions si elles faisaient défault sur ces dettes.

C'est la crise financière débile de 2008 a l'échelle Européene.

Quand va il enfin y avoir de l'ordre chez les banques ? Le Gouvernement ne DOIT PAS nationaliser les banques mais SE DOIT d'intervenir au niveau de leurs capitalisations et de loi financières plus stricte sur leurs investissements !

Imaginez ! La on parle seulement d'un pays pathétique comme la Grèce ! Mais imaginez si l'Italie ou l'Espagne tombait dans ce problème ?!!
Les banques Européene sont parfaitement ridicule. Il faut absolument retirer son argent et acheter des dollars ou memes des Yuans.
Réponse de le 21/10/2011 à 9:39 :
pffff, le dollars ne vaut pas mieux..le yuans.. Tout dépendra du courage des européens et des usa à dire M...E aux chinois qui font exprès de maintenir une monnaie sous évaluée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :