Les marchés asiatiques prudents après l'accord grec

 |   |  566  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les marchés asiatiques restaient prudents lundi matin, après l'annonce d'un accord politique entre les deux grands partis grecs pour former un gouvernement d'unité nationale et tenter de sortir le pays de la crise de la dette, qui déprime les Bourses depuis des semaines.

Les places asiatiques étaient pour la plupart en légère baisse lundi matin. Le marché du pétrole était "prudemment optimiste" tandis que l'euro fléchissait quelque peu face au yen et au dollar. "Il y a tellement d'annonces que les investisseurs semblent avoir décidé d'attendre" et interviennent peu sur les marchés, a noté Emma Lawson, analyste devises chez National Australia Bank.

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei 225 des valeurs vedettes a clôturé en baisse de 0,39%. Vers 03H30, Sydney lâchait 0,38%, Séoul 0,34%, Hong Kong 0,10% et Shanghai 0,35%.

Les deux principaux partis politiques grecs sont parvenus à un accord politique dimanche soir, après un week-end de Bras de fer, pour former un gouvernement d'unité nationale et tenter de sortir le pays de la crise de la dette. Le Premier ministre socialiste Georges Papandréou s'est engagé à démissionner.

Cet accord suspend une crise politique politique aiguë, qui a conduit au retrait d'un projet de référendum par le chef du gouvernement censé ratifier le plan européen anti-crise, décidé par la zone euro dans la nuit du 26 au 27 octobre à Bruxelles. Aucun nom de Premier ministre n'a encore été fixé. Le leader de l'opposition de droite Antonis Samaras et le Premier ministre doivent avoir un nouvel entretien lundi pour le désigner et faire ensemble la composition du nouveau gouvernement.

Le calendrier est d'autant plus serré pour la Grèce, que le pays entend commencer à négocier lundi lors d'un conseil de l'Eurogroupe le versement d'un soutien de 80 milliards d'euros d'ici fin février, dans le cadre de l'accord de désendettement conclu par la zone euro fin octobre à Bruxelles.

Le marché du pétrole, en Asie, faisait preuve d'un "optimisme prudent". Le baril de "light sweet crude" gagnait 24 cents à 94,50 USD dans les premiers échanges électroniques. Le baril de Brent de la Mer du Nord prenait 1,31 dollar à 113,28 USD.

"Nous observons un tournant positif sur le marché du pétrole", a déclaré Michael McCarthy, chef stratégiste chez CMC Markets à Sydney. "Dans une certaine mesure, il y a un optimisme prudent sur le fait qu'ils (la Grèce) vont élire un nouveau dirigeant ce soir".

L'euro s'est raffermi après l'annonce de l'accord grec, avant de perdre le terrain gagné. Il valait 1,3763 dollar et 107,53 yens lundi matin à Tokyo, contre 1,3788 USD et 107,89 yens à New York vendredi soir. La devise européenne avait grimpé au-dessus des 1,38 USD après l'annonce grecque, avant de redescendre. L'euro "reste extrêmement vulnérable", a déclaré Chris Go, analyste devises chez GOMarkets à Melbourne.

Les analystes soulignent que l'attention se reporte sur l'Italie dont la santé financière inquiète de plus en plus les marchés.

Les investisseurs attendent la réunion des ministres des Finances de l'Union monétaire, prévue lundi à Bruxelles au sein de l'Eurogroupe, a indiqué Hideyuki Ishiguro, de la maison de courtage japonaise Okasan Securities. "L'attention va se porter sur les taux obligataires de l'Italie".

Rome se retrouve sous l'intense pression des marchés. Ses réformes vont être surveillées par le FMI qui a même proposé une aide financière, refusée par le chef du gouvernement Silvio Berlusconi. La zone euro va en effet se pencher lundi sur le renforcement de son Fonds de soutien (FESF), une mesure décidée fin octobre afin d'endiguer la contagion de la crise de la dette, à l'Espagne et l'Italie notamment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2011 à 7:31 :
Les Asiatique savent que tôt ou tard la Grèce quittera l'UE. Ce n'est pas en quelques mois que des dérives aussi importantes peuvent être rectifiées. Il faut repartir à zéro comme l'Argentine. Quant à l'Espagne, avec la régularisation il y a quelques années de centaines de milliers de clandestins, elle sur la mauvaise pente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :