Royaume-uni : chômage record, croissance atone

 |   |  247  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : reuters)
Le taux de chômage britannique a atteint lors du trimestre écoulé son niveau le plus élevé depuis quinze ans, tandis que le nombre de jeunes adultes sans emploi touchait un record, selon les chiffres publiés par l'Office national de la statistique.

Il y a eu 129.000 sans-emploi supplémentaires au sens du Bureau international du travail pour les trois mois à septembre, ce qui porte le nombre de chômeurs à 2,622 millions, le niveau le plus élevé depuis le trimestre juillet-septembre 1994. Le taux de chômage s'élève à 8,3% de la population active. Il s'agit du taux le plus élevé depuis avril-juin 1996.

Le nombre de jeunes chômeurs a atteint 1,016 million, ce qui porte le taux de chômage dans cette catégorie des 16-24 ans, à 21,9%. C'est la première fois que la barre de un million est dépassée chez les jeunes depuis que ce genre de statistique existe, c'est à dire 1992.

Le gouvernement, à qui l'on demande de relancer la croissance, est limité dans cette voie par sa promesse de réduire le déficit budgétaire via un plan d'austérité qui prévoit la perte de 400.000 emplois dans le secteur public.

Croissance en berne

Dans ce contexte, le gouverneur de la Banque d' Angleterre Mervyn King prévoit une croissance britannique autour de 1% en 2011 comme en 2012, pénalisée par une dégradation de l'activité au niveau mondial, selon le rapport trimestriel de l'institution sur les perspectives économiques du Royaume-Uni publié mercredi.

Selon les prévisions de la banque centrale britannique, l'inflation devrait en outre redescendre l'année prochaine plus rapidement que précédemment anticipé, pour atteindre le niveau cible de 2% au cours du troisième trimestre 2012 et tomber sous 1,5% vers la fin de l'année prochaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2011 à 10:20 :
mais où sont-ils tous ces libéraux qui nous disait que c'était mieux au royaume uni?
grace à la flexibilité de l'emploi !!!
+ de 20% , 1 million de jeunes sans emploi, par contre à la City, cela spécule toujours autant (si ce n'est plus!) et les british refusent toujours la taxe sur les transactions boursière, qui n'alimente qu'une pignée de traders.
a écrit le 17/11/2011 à 7:58 :
Bienvenue dans "la contagion"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :