Le vautour russe vole au secours de la Biélorussie

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a dévoilé vendredi une série d'accords économiques destinés à aider le Bélarus, une ex-république soviétique confrontée à une grave crise et sous le coup de sanctions occidentales en raison de la répression des opposants au régime. Mais cette aide n'est pas désintéressée.

Moscou va accorder une énorme ristourne sur son approvisionnement gazier à Minsk à partir de 2012, et un crédit de 10 milliards de dollars pour la construction de la première centrale nucléaire biélorusse, a indiqué Vladimir Poutine, avant une rencontre près de la capitale russe avec le président bélarusse Alexandre Loukachenko.

Gazprom prend le contrôle des gazoducs bélarusses

En échange, le géant russe Gazprom obtiendra la totalité du capital de la société Beltransgaz, dont il détient déjà 50% et qui assure une partie du transport de gaz vers l'Europe. Ceci pour une bouchée de pain : 2,5 milliards de dollars. Gazprom avait acquis en mai 2007 la moitié du capital de Beltransgaz, l'acquisition des 50% restants était en négociations depuis plusieurs mois entre Moscou et Minsk, mais butait sur la question du prix du gaz.

Une question désormais réglée, avec une réduction de 40% accordée par Moscou. "Alors que le prix moyen (du gaz, ndlr) pour l'Europe est de 400 dollars, le Bélarus paiera au premier trimestre (2012) 164 dollars pour 1.000 mètres cubes", a indiqué M. Poutine, cité par la télévision et les agences russes, précisant que Minsk payait jusqu'alors 244 dollars les 1.000m3. "C'est une réduction importante, qui libèrera dans l'économie bélarusse pas moins de deux milliards de dollars", a souligné le premier ministre russe.

Il faut avoir que l'approvisionnement de gaz est un sujet de tension entre Moscou, la Biélorussie, ainsi que, par ricochet, certains pays de l'Union Européenne comme la Lituanie, fortement dépendante du gaz russe. En 2010, Moscou avait décidé de couper les approvisionnements de gaz au Bélarus, exigeant le paiement de la dette de la "Russie blanche" envers son champion national, Gazprom.

En outre, Poutine a annoncé la signature imminente d'un prêt bilatéral de 10 milliards de dollars au Bélarus avec une échéance de 15 ans.

Le Bélarus, un pays de dix millions d'habitants à l'économie dirigiste, est confronté à sa plus grave crise financière depuis l'arrivée au pouvoir d'Alexandre Loukachenko il y a près de 17 ans et est confronté à un déficit commercial abyssal et une inflation galopante. Il est par ailleurs la cible de sanctions occidentales alors qu'il multiplie les arrestations d'opposants depuis l'élection présidentielle controversée de 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2011 à 8:19 :
Une petite précision, l'emblème de la Russie n'est pas un vautour, mais un aigle bicéphale !!! Ensuite que des accords politiques et commerciaux soient signés entre la Russie et la Biélorussie, quoi de plus normal : même langue, même histoire, même intérêts et sujets aux mêmes critiques en provenance de l'Occident décadent, perverti, et, strictement incapable de se gouverner lui même, puisque le terme utilisé aujourd'hui est gouvernance.
a écrit le 26/11/2011 à 21:02 :
Vautour ???!!! La propagande est en marche !
a écrit le 25/11/2011 à 20:34 :
Ce n'est pas très facile d'écrire à La Tribune quand on est aimable avec les russes; plus particulièrement avec Mr Poutine et que l'on dit des vérités qui déplaisent.
L'actuel Premier Ministre ne recréé pas l'URSS, il sait seulement que pour arrêter pacifiquement l'hégémonie du consorciom USA-OTAN il doit trouver des alliés. D'où son idée des BRICS qui vont s'agrandir avec la Biélorussie et le Kazakstan. J'ai pronostiqué précédemment sur ce site qu'avant 2013 l'Allemagne fatiguée des conneries de l'U-E, débarrassée de Mme Merkel et de la présence militaire US rejoindra ces BRICS. Il devient évident que la gouvernance mondiale voulue par l'Occident est un fiasco total qui ne fait qu'encourager l'exploitation de l'homme par l'homme. On ne sait pas ce que cette autre union préconisera; mais de toute évidence, il faut faire autre-chose. Si les capitalistes étaient moins cons, on pourrait dans une mondialisation mieux conçue, évoluer tous ensemble mais les obsédés du fric ne le veulent pas et nous mènent droit dans le mur. Il n'y a donc pas de choix...
Jean-Claude Meslin lndigné et écoeuré depuis 30 ans par la médiocrité ambiante
a écrit le 25/11/2011 à 15:26 :
Je suis exaspéré par ces commentaires sur la Russie. Faites la même chose avec les ricains qui sont à l'origine de la crise. Vous avez oublié que si on est au bord du gouffre d'une crise qui va plonger les gens dans la misères c'est à cause des bankers ricains.
Réponse de le 25/11/2011 à 15:40 :
oui vous avez raison.de plus ,en contradiction avec la propagande de l'europe,celle-çi n'a pas protégée mes economies en 2008.j'ai perdu beaucoup d'argent avec des actions en baisse a cause des usa et des banques europeennes qui avaient investie dans le systeme pervers des subprimes.
a écrit le 25/11/2011 à 14:53 :
Biensûr que cette aide n'est pas désintéressée, mais traite-t-on de vautours les sociétés occidentales qui investissent ailleurs ???
Réponse de le 25/11/2011 à 15:23 :
Suis d'accord.
Réponse de le 25/11/2011 à 16:53 :
non, mais avouez que c'est quand même assez rare quand le racket est aussi évident et délibéré... (et puis le titre, c'est un peu aussi pour le jeu de mot hein...)

mais sinon je vous accorde que la Russie n'est effectivement qu'un vautour parmi beaucoup d'autres...
Réponse de le 25/11/2011 à 17:26 :
@stan: si le business est du racket, tu devrais aussi parler des vautours occidentaux, mais évidemment, tes livres de propagande n'en parlent pas :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :