En 2020, un cinquième du commerce mondial se fera en Asie

 |   |  346  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Les échanges commerciaux dans le monde devraient être multipliés par deux fois et demi d'ici à 2020. Sans surprise, l'Asie, tirée par l'Inde et la Chine, devrait accroitre son importance avec en concentrant 20% des échanges. Et ce grâce, notamment, à un boom du commerce entre les différents pays de la région.

D'après un rapport publié par le cabinet de conseil Ernst & Young, la région devrait concentrer un cinquième des échanges mondiaux à l'horizon 2020. D'après ce rapport, le marché intra-asiatique devrait à lui seul représenter 14% des volumes échangés dans le monde, soit 5 000 milliards de dollars. Selon les estimations, les exportations de l'Inde vers la Chine doivent ainsi croître à un rythme de 22% par an durant les dix prochaines années. 18,5% de la Chine vers l'Inde.

Il faut dire que les perspectives y sont très encourageantes. D'après les prévisions fournies par l'OCDE, la classe moyenne asiatique doit passer de 525 millions à 1,75 milliard d'individus. Si ces prévisions se réalisent, la région abritera alors 54% de la classe moyenne mondiale. Une cible incontournable pour les investisseurs étrangers, tentés de produire et vendre directement au niveau régional.

Autre phénomène. D'après les données calculées par le cabinet de consultants Oxford Economics, les coûts salariaux devraient progresser d'environ 150% en Chine et 130% en Inde d'ici à 2016. Ce qui pourrait être de nature à renforcer la dynamique de régionalisation des échanges.

Ce sont les pays à très faibles coûts de main d'œuvre qui doivent en profiter. D'après le cabinet de conseil, l'augmentation des coûts de production et la forte croissance de la demande domestique en Inde et en Chine devrait aboutir à une délocalisation d'une partie de la production manufacturière vers le Bengladesh ou le Vietnam en particulier. Une production délocalisée mais ensuite destinée à fournir les marchés chinois et indien.

Mais la demande en provenance des particuliers des émergents asiatiques n'est pas la seule raison à cette forte augmentation des échanges inter-régionaux. Ces délocalisations entraineront la mise en place de chaînes de production localisées dans plusieurs pays à la fois. Augmentant ainsi de manière importante les échanges entre entités d'un même groupe.

Interrogés à ce sujet, les entreprises basées en Asie ont répondu vouloir exporter 60% de leur production à destination des marchés locaux d'ici à 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :