Affrontement entre les Etats-Unis et la Chine au sommet Asie-Pacifique

 |   |  610  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le sommet Asie-Pacifique (Apec) à Honolulu a donné lieu samedi à des échanges contradictoires entre les Etats-Unis et la Chine, les deux géants de la région dont les analyses divergent en matière économique.

Le président chinois Hu Jintao a voulu, lors de son intervention, assurer les autres dirigeants de l'ouverture de Pékin aux échanges commerciaux et à la poursuite de réformes.

Il a en contrepartie souligné que son pays entendait peser davantage dans les grandes orientations de l'économie mondiale, et estimé que les pourparlers du cycle de Doha, sous l'égide de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), demeuraient le lieu privilégié de débat sur le libre-échange.

Barack Obama a estimé lui que Pékin devait respecter les règles en vigueur sur la protection de la propriété intellectuelle et laisser le yuan s'apprécier face au dollar.

"Ce que je dis depuis mon premier jour en fonction (...), c'est que nous voulons que les Chinois respectent les règles. Et le dossier des changes est probablement un bon exemple", a dit le président des Etats-Unis.

"Pour une économie comme celle des Etats-Unis - dont le principal avantage compétitif réside dans notre savoir, nos innovations, nos brevets, nos droits d'auteur -, il est inacceptable de ne pas bénéficier du niveau de protection nécessaire dans un marché aussi important que la Chine", a-t-il poursuivi.

Dans le contexte de morosité économique, avec un chômage qui se maintient obstinément aux alentours de 9% de la population active américaine, Barack Obama, qui briguera dans un an un nouveau mandat, est pressé d'agir pour tenter de rééquilibrer les relations commerciales avec la Chine.

Lors d'une rencontre bilatérale avec Hu Jintao, il a fait état de la "frustration croissante" de l'opinion publique américaine face aux pratiques de la Chine en matière de commerce et de changes, jugées déloyales, a rapporté à la presse un conseiller du président américain.

"Le déficit commercial et les problèmes de chômage ne sont pas la conséquence du taux de change du yuan et même une forte appréciation du yuan ne réglerait pas les problèmes auxquels sont confrontés les Etats-Unis", a répliqué Hu Jintao, cité par le site chinanews.com à Pékin.

MOYENS D'ACTION LIMITÉS

Les Etats-Unis ne disposent guère de moyens d'influencer Pékin: la Chine est en effet le premier détenteur de dette américaine avec plus de 1.100 milliards de dollars.

Le débat sur le cadre à privilégier pour organiser le commerce régional illustre le désaccord sino-américain.

Les Etats-Unis privilégient leur projet de Partenariat transpacifique (TPP) aux objectifs commerciaux plus stricts que ceux du cycle de Doha.

Hu Jintao, qui s'exprimait devant une assemblée de dirigeants d'entreprises, a assuré que la Chine était déterminée à faire progresser le libre-échange autour de l'océan Pacifique. Il a toutefois souligné que les pourparlers de Doha devaient se poursuivre afin de déboucher au plus vite sur un accord offrant des concessions sur les taxes douanières aux pays les moins développés.

Autre débat en cours, la représentation de la Chine au FMI. Les Etats-Unis comme les pays européens renâclent à céder plus de pouvoirs aux grands pays émergents au sein du Fonds monétaire international.

La gouvernance économique, a répondu Hu Jintao, doit refléter l'évolution du paysage mondial afin de renforcer "la voix des marchés émergents et des pays en développement".

"La Chine oeuvrera à réformer le système économique international et à créer un ordre économique international plus juste et équitable", a-t-il ajouté, soulignant que Pékin "jouera un plus grand rôle dans l'économie internationale et les institutions financières".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2011 à 17:48 :
"Le principal avantage compétitif [de notre économie] réside dans notre savoir, nos innovations, nos brevets, nos droits d'auteur".. 4 mots pour dire la même chose, c'est à dire la rétention d'information via la corruption des systèmes juridiques pour empêcher tout le monde d'accéder au savoir qui permettrait (entre autre) de pallier au réchauffement climatique provoqué par un "concours de quéquettes" qui n'intéresse personne. Car si la Chine n'a pas pour objectif d'abandonner le productivisme et le nucléaire dans moins d'une dizaine d'années, ce n'est plus la peine de faire des enfants.
a écrit le 13/11/2011 à 19:39 :
le président chinois a dit : " La Chine oeuvrera à réformer le système économique international et à créer un ordre économique international plus juste et équitable" avant de vouloir passer les frontière pour donner des leçon en occident, commencez déjà à donner a manger a vos citoyen et à sortir les gens de la misère et de la pauvreté que vous avez créer en faisant travailler votre peuple pour des poignes de riz, afin de vous construire un empire industriel pour déverse vos produits bon marché sur nos sols occidentaux au prix de la misère, famine, manque d'éducation etc des votre très cher !!!!!!!
a écrit le 13/11/2011 à 15:59 :
Vous êtes allé au club med en chine alors.
C'est un peu comme si vous alliez dans 7° arrondissemnet de paris et que vous disiez que vous êtes allé en France et que tout va bien la bas.
Même à hong kong la pauvreté est choquante...
Réponse de le 14/11/2011 à 6:43 :
La pauvreté est choquante à partir du moment où il n'y a pas d'espoir d'en sortir (et il y a largement moins de clochards à HK qu'en France puisque la cellule familiale est très présente). Ce qui n'est précisément pas le cas à Hong Kong où il y a les avantages et inconvénients d'une société libérale : on monte et on tombe aussi rapidement.
Pour finir n'oubliez pas que le standard de vie est encore très éloigné de celui de l'occident. Cela prendra des dizaines d'années avant que la Chine nous rattrape. Par conséquent qu'il a-t-il d'étonnant à voir encore dans ce pays des situations similaires à celles que nous avons connu il y a 40 ans en France ? Souvenez-vous de ce qu'étais la Chine il y a 40 ans...
a écrit le 13/11/2011 à 12:33 :
Hu Jintao doit d'abord balayer devant sa porte et améliorer le sort de son peuple avant de l'ouvrir sur la tribune internationale. Ensuite, si son peuple n'est plus réduit à l'esclavage, qu'il revienne discuter d'égal à égal.
Réponse de le 13/11/2011 à 13:30 :
Bientôt vous pourrez faire ces mêmes phases en remplaçant Hu Jintao par le futur président américain.
Réponse de le 13/11/2011 à 13:40 :
va en chine avant de debiter des connerie j y suis alle trois fois et ils ont rien a nous envier bien au contraire
Réponse de le 13/11/2011 à 14:35 :
je suis bien d'accord avec redo, pour avoir séjournée plusieurs fois en chine, l'esclavage n'est plus d'actualité...
Réponse de le 13/11/2011 à 14:39 :
Pas besoins de remplacer Hu Jintao par le futur président américain, mais seulement par Obama, l'actuel. Obama=Bush puissance 10...
Réponse de le 13/11/2011 à 15:30 :
Obama avait hérité déjà d'un pays en galère, et il essaie d'améliorer les choses car Bush a laisser un bordel.. Et il est obligé de refuser l'intervention de la chine dans les immédiats
Réponse de le 13/11/2011 à 16:20 :
Les chinois vont bientôt remplacer les américains comme maître du monde et ils voudront imposer leur modèle de société .
Le problème est, qu'il n'ont pas la même conception de la liberté et des droits de l'homme .
Réponse de le 13/11/2011 à 18:45 :
la Chine est un pays immense; l?expérience des uns et des autres sera très différente en fonction des provinces visitées ;-)
Réponse de le 13/11/2011 à 19:24 :
@ redo et SZ: c'est le rabâchage habituel des vieux bouquins occidentaux par des gens qui n'ont jamais mis les pieds dans le pays dont ils parlent :-) on voit cela en permanence pour la Russie :-)
Réponse de le 14/11/2011 à 6:35 :
Moi j'y habite et je vous le confirme : arrêtez de regarder la Chine par le prisme des infos de TF1 ! Des centaines de millions de chinois sont sortis de la misère grâce à la politique industrielle menée ces dernières années. Et ils en sont si bien sortis que la nouvelle génération refuse maintenant d'aller bosser dans les usines. J'étais encore la semaine dernière dans une usine équipée de karaoké, télés avec écran géant, sports en tout genre, billard, etc... et elle tourne avec 50% d'ouvriers de moins qu'il y a 3 ans !
Réponse de le 14/11/2011 à 7:12 :
Les centaines de millions de Chinois que vous avez vu sont l'arbre qui cache la fôrêt des 1.5 milliards de Chinois.
Réponse de le 15/11/2011 à 8:52 :
Si 300 millions ont accédé à un niveau de salaire qui leur permet d'acheter un appart et le reste est sorti de la famine et la misère c'est déjà pas mal en 30 ans, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :