Notation : qui est donc ce bon élève récompensé par un "triple A" ?

 |   |  384  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A l'heure où le triple A de la France est en péril, l'agence de notation Fitch Ratings a relevé mardi d'un cran la note d'un pays, lui conférant le prestigieux "AAA".

L'agence de notation Fitch Ratings a relevé mardi d'un cran la note de l' Australie , pour lui conférer son prestigieux "AAA" réservé aux emprunteurs les plus fiables de la planète, afin de refléter ses politiques économiques saines et son très faible niveau d'endettement.

La perspective de cette note, ainsi que d'autres notes associées, est "stable", ce qui implique que sa modification n'est pas envisagée par Fitch à court ou moyen terme, alors même que les agences de notation sont engagées dans un réexamen de leurs notes conférées aux émetteurs souverains.

Fitch était la dernière des trois grandes agences internationales à ne pas octroyer la note maximale à la dette du pays-continent.

L' Australie dispose de points forts, tels qu'une économie à forte valeur ajoutée, de solides institutions politiques et sociales ainsi qu'une grande souplesse dans la mise en oeuvre de ses politiques, a souligné Fitch.

Elle bénéficie notamment d'une faible dette publique et d'un objectif d'inflation crédible qui donnent aux autorités la flexibilité nécessaire pour mener des politiques budgétaires et monétaires à contre-cycle, qui lui permettent de faire face aux aléas de la conjoncture économique.

Fitch a notamment relevé que le taux d'endettement ne représentait que 26,3% du Produit intérieur brut (PIB) en 2010, contre un taux médian de 55,7% dans les autres pays notés "AAA" par l'agence.

Elle a ajouté que la croissance moyenne du pays était en moyenne de 2,8% entre 2005 et 2010, soit bien plus que les 1,4% enregistrés par les autres pays notés "AAA". Favorisé par le boom des cours des matières premières, le pays devrait connaître une croissance de l'ordre de 3,4% en moyenne au cours des années 2012-2013, a pronostiqué l'agence.

En revanche, Fitch a relevé une faiblesse relative du pays, avec une dette extérieure représentant 53,2% du PIB en 2010, ce qui le rend vulnérable à la conjoncture mondiale.

Pour renforcer son "AAA", l' Australie devra mener à bien sa politique d'assainissement budgétaire à moyen terme. La principale menace pesant sur cette note réside dans le système bancaire, qui pourrait rencontrer des difficultés en cas de dégradation de la qualité de ses actifs ou de difficultés d'accès aux marchés des capitaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2011 à 14:18 :
La dette extérieure est un poison;
plus la dette extérieure est importante, et plus il faut faire monter la valeur de sa monnaie pour compenser, cassant d'autant l'économie intérieure petit à petit;
Réponse de le 29/11/2011 à 15:42 :
@xavier-marc: pas du tout d'accord. Les Américains ont lancé, par exemple avec la Chine, des emprunts à parité (1 $ pour 1 $). En dévaluant leur monnaie et en faisant tourner la planche à billets qui dévalue encore plus, ils entendent ainsi rembourser 1 cent du dollar. Les Chinois les ont vu venir et ont investi l'argent en Afrique, en Amérique du Sud et maintenant en Europe. Ils ne sont donc pas restés assis sur un tas de papier américain :-)
Réponse de le 01/12/2011 à 19:38 :
@ Patrickb. En définitive, à votre avis, quelqu'un va-t-il perdre de l'argent ? Oui non pourquoi ? Si quelqu'un doit payer à votre avis, qui ?
a écrit le 29/11/2011 à 13:43 :
L'australie est tres bien classee dans beaucoup de domaines et beneficie a fond de la demande asiatique et surtout chinoise. Elle est sortie premier pays ou il fait bon vivre dans le classement de l'OCDE il me semble. Son taux de chomage avoisine les 5% et l'immobilier est generalement bon marche. Les seules faiblesses viennent du rechauffement planetaire et des catastrophe climatique auxquelles le pays fait face depuis quelques annees: secheresse severe et recemment inondations apocalyptiques....deja pas mal de britanniques ont quittes le Royaume Uni pour ce nouvel eldorado
Réponse de le 29/11/2011 à 16:07 :
@fab: avec l'Australie, c'est dans la poche disait l'immigré Kang Ourou :-) Attention toutefois à l'herbe qui semble toujours plus verte chez les autres.
a écrit le 29/11/2011 à 12:25 :
Et qui note les agences de notation?
Réponse de le 29/11/2011 à 13:00 :
@ odiluc : Ce sont les investisseurs, pardi !
a écrit le 29/11/2011 à 11:09 :
Partons tous en Australie !!
Réponse de le 29/11/2011 à 11:48 :
oui enfin seulement les bosseurs, la france du milieu quoi celle qui bosse et génére du PIB mais qui sert aussi de vache a lait au profit des assistés et des riches, et qui voit chaque année ses charges augmenter quand ses revenus stagnent ! car sinon le schéma sera le meme...
Réponse de le 29/11/2011 à 13:09 :
@Shiraz Adama,
C'est quand tu veux !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :