Très bon chiffre pour l'emploi privé américain

 |   |  346  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : banniere étoilée)
Le rythme des créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis s'est accéléré en novembre, avec des chiffres (206.000) supérieurs aux attentes, selon les résultats de l'enquête mensuelle ADP publiée ce mercredi.

Bonne nouvelle pour l'économie américaine. Il a été créé 206.000 emplois en novembre, alors que le marché attendait 130.000 postes supplémentaires. Les chiffres des deux mois précédents ont en outre été revus à la hausse. Le chiffre d'octobre est désormais évalué à 130.000, contre 110.000 en première estimation. Le chiffre de septembre est de 116.000 créations, contre 91.000.

L'enquête ADP Employer Services, menée en partenariat avec Macroeconomic Advisers LLC, est considérée comme un indicateur avancé de la statistique mensuelle sur l'emploi dont les chiffres sont attendus vendredi.

Les économistes interrogés par Reuters anticipent 122.000 créations de postes dans le privé et dans le public mais hors secteur agricole après 80.000 en octobre.

Gains de productivité

En revanche, les gains de productivité au troisième trimestre ont été révisés ce mercredi à la baisse par le département du Travail, qui a par ailleurs indiqué que les coûts du travail avaient chuté plus vite qu'initialement estimé. La productivité des entreprises du pays n'a augmenté que de 2,3% en rythme annuel par rapport au trimestre précédent, contre 3,1% dans une première estimation.

La nouvelle estimation tient compte de chiffres de croissance plus faibles qu'initialement calculé: la hausse de l'activité économique lors de ce trimestre a en effet été révisée en novembre à 2% en rythme annuel, contre 2,5% initialement en octobre. Ces gains de productivité sont cependant les plus forts depuis le premier trimestre 2010.

Durant l'été, les entreprises américaines ont relativement peu embauché, et ont eu tendance à se délester de leurs stocks face aux remous sur les marchés financiers et aux incertitudes de la conjoncture. Elles ont aussi pratiqué une grande modération salariale. Le coût unitaire du travail a chuté durant ce trimestre de 2,5% en rythme annuel, contre 2,4% lors d'une première estimation, du fait de la baisse des salaires réels.

Le département du Travail a relevé que le salaire horaire avait été inférieur de 2,3% à celui du troisième trimestre 2010. C'est la plus forte baisse depuis que ces statistiques existent, soit depuis 1948.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :