Zone euro : l'inflation recule à 2,8%, l'activité privée ralentit

 |   |  451  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'inflation a légèrement reculé en décembre dans la zone euro, à 2,8% après 3% au cours des trois mois précédents, selon Eurostat. De son côté, la contraction de l'activité privée s'est poursuivie en décembre.

L'inflation est ressortie à 2,8% sur un an en décembre, selon l'estimation publiée ce mercredi par Eurostat, reflétant les attentes d'une nouvelle décélération de la croissance des prix dans les premiers mois de l'année 2012. Ce chiffre est conforme aux anticipations des économistes interrogés par Reuters, après une inflation de 3% sur un an en novembre, en octobre et en septembre.

La Banque centrale européenne (BCE), dont le mandat est de veiller à la stabilité des prix, s'est fixé pour objectif de maintenir leur hausse à un niveau inférieur mais proche de 2%. Ce ralentissement pourrait encourager la BCE à abaisser de nouveau ses taux d'intérêt afin de soutenir l'économie de la région.

Contraction de l'activité privée

Par ailleurs, la contraction de l'activité privée s'est poursuivie en Europe en décembre, même si la tendance montre une légère amélioration par rapport aux deux mois précédents, selon une deuxième estimation ce mercredi de l'indice PMI des directeurs d'achats.

L'indice composite, qui synthétise l'activité dans les secteurs des services et manufacturier, s'est établi à 48,3 en décembre, conforme aux prévisions des analystes interrogés par DowJones Newswires, contre 47 en novembre. Le recul de l'activité est moins important que ne le laissait augurer la première estimation de l'indice, à 47,9. Un indice au-dessus de 50 points signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se contracte si l'indice est inférieur à ce seuil.

Il s'agit du quatrième mois consécutif où l'activité se contracte, ce qui fait du quatrième trimestre 2011 le plus mauvais depuis le deuxième trimestre 2009, note la société Markit, qui publie l'indice.

La baisse de l'activité a concerné tant les services que le secteur manufacturier au mois de décembre, même si dans les deux cas, le rythme de ce recul a ralenti par rapport aux mois précédents.

Cette nouvelle n'est cependant "guère de nature à balayer les craintes que la zone euro glisse à nouveau vers la récession", souligne Chris Williamson, chef économiste de Markit, dans le communiqué, soulignant que "sans surprise, la faiblesse est surtout observée en Italie et en Espagne, qui sont toutes les deux vraisemblablement déjà en récession".

La France a également vu l'activité se contracter sur l'ensemble du troisième trimestre, même si l'indice est à 50 tout rond en décembre, contre 44,2 pour l'Italie et 42,1 en Espagne.

L'Allemagne a vu au contraire une progression de l'activité privée en décembre, avec un indice à 51,3, ce qui "soulève l'espoir que la résilience de la consommation contribue à empêcher la principale économie de la région de retomber en récession", souligne Chris Williamson.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 10:27 :
Et d'imaginer facilement ce que çà risque de donner avec des tva (sociale ou pas) en hausse.
a écrit le 04/01/2012 à 14:40 :
Si malgré une croissance presque nulle , l'inflation ressort à 2,8 pour cent , ça veut dire que certains en Europe ne supportent pas la rigueur et la font subir aux autres en augmentant leurs prix ou autres prestations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :