L'Allemagne s'interroge sur une relance européenne

Le FMI a critiqué à mots couverts la politique économique européenne de l'Allemagne fondée sur la seule consolidation budgétaire.

2 mn

Copyright Reuters

Plus que jamais, l'Allemagne doit s'interroger sur sa stratégie de rigueur budgétaire pour la zone euro et pour elle-même. Le FMI ce mardi a sermonné Berlin. En marge de ses prévisions macroéconomiques, l'institution de Washington a invité « les pays qui disposent de taux d'intérêt très faibles ou de marges de manoeuvre fiscales, et qui sont membres de la zone euro, à repenser le rythme de leur consolidation budgétaire ». L'allusion à l'Allemagne est évidente : la République fédérale paie un taux d'intérêt historiquement faible et a affiché un déficit de ses finances publiques de 1 % du PIB en 2011. Autrement dit, elle aurait les moyens de relancer son économie, attendue par le FMI cette année en très faible croissance à 0,3 % seulement. Les experts du Fonds ont également remis en cause la stratégie européenne de l'Allemagne, consistant à exiger des pays pris dans la tourmente de la crise de la dette, des plans de rigueur sévères. « Les exagérations concernant les adaptations budgétaires à long terme, qui visent à compenser les baisses cycliques de recettes, vont gêner l'activité économique, réduire l'acceptation par les peuples de ces adaptations et miner la croissance des marchés. » Autrement dit, l'actuelle politique de rigueur à tout prix pourrait être fortement contre-productive.

Du reste, les pays soumis à cette politique, comme l'Italie ou l'Espagne, vont connaître une contraction sévère de leur économie l'an prochain, de 2,2 % et 1,7 % respectivement. Une contraction qui pourrait se poursuivre en 2013 à un rythme plus modéré (avec ? 0,6 % et ? 0,3 %). À Berlin, on commence à prendre conscience que « l'assainissement budgétaire ne représente qu'une partie de la tâche » des pays européens, comme l'écrit dans « La Tribune » (lire page 15) le ministre fédéral des Affaires étrangères, le libéral Guido Westerwelle. Angela Merkel elle-même a, dans un entretien avec la « Süddeutsche Zeitung », reconnu qu'il fallait relancer la croissance européenne.

Mais elle n'évoque pas de plans keynésiens classiques, elle réclame plutôt des réformes structurelles du marché du travail. Des réformes dont les effets à court terme risquent d'être assez faibles.

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/01/2012 à 2:53
Signaler
Dans un rapport de cette semaine, l'OIT, soutient que le modèle de croissance allemand est l?une des principales causes à la crise actuelle de la zone euro. Une thèse à contre-courant du discours dominant qui présente l?Allemagne comme la locomotive ...

le 27/01/2012 à 19:37
Signaler
Cela correspond à la réalité.L'économie allemande exportatrice profite pleinement de la monnaie unique.Avec les monnaies nationales le Mark aurait été réévalué par rapport aux autres monnaies En plus l'Allemagne a fait une dévaluation compétitive av...

à écrit le 26/01/2012 à 19:02
Signaler
@Photoscope : tout le monde sait que vous avez raison, mais ce sont les économistes qui ne le savent pas. Les experts font "tourner" leurs modèles et les politiques tournent avec ! Moi, je m'interroge sur le FMI et Lagarde qui lancent régulièrement d...

le 27/01/2012 à 12:53
Signaler
Ah, Lagarde et son fameux "La crise est derrière nous" !! Ceci étant vous avez tout à fait raison : d'une part on veut absolument réduire les déficits tout en ne voyant pas/voulant pas voir que çà va plomber la croissance jusqu'à nous plonger dans la...

à écrit le 26/01/2012 à 12:26
Signaler
Enfin on commence à s'interroger sur l'efficacité de ces politiques d'austérité à tout crin ! Et ben, çà a mis le temps à se rendre compte des dégâts que ces politiques vont provoquer sur "la croissance", alors que c'était évident depuis fort longtem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.