Le pétrole tutoie les 120 dollars le baril

 |   |  723  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Depuis la mi décembre, le cours du Brent s'est envolé de 14%. Sous l'influence des tensions géopolitiques, il flirte désormais avec les 118 dollars, revenant ainsi vers ses niveaux de l'été 2011.

Les Français ont-ils une chance de voir leur facture à la pompe s'alléger dans les prochaines semaines ? Pas certain, si l'on en croit les experts du marché du pétrole. La tendance n'est pas à la baisse des cours. Du moins pas dans l'immédiat. En deux mois seulement, le cours du Brent est passé de 103,35 dollars à 117,85 mardi soir. Soit 14% de progression.Outre les tensions géopolitiques accrues, le cours du Brent est poussé à la hausse par des éléments fondamentaux. « C'est notamment le recul de la production d'un champs particulier en Mer du Nord, qui alimente l'un des étalons servant de base au calcul du Brent, auquel s'ajoute l'interruption des exportations en provenance du Soudan du Sud », explique Harry Tchilinguirian, responsable de la stratégie sur les matières premières chez BNP Paribas.
 

Le pétrole du Soudan du Sud ne coule plus

Depuis son indépendance obtenue en juillet dernier, le Soudan du Sud a hérité des trois quarts des réserves pétrolières du pays d'avant la sécession, mais il reste tributaire des infrastructures du Nord pour exporter. Or les deux parties ne parviennent pas à s'entendre sur les frais de transit et le partage de la manne pétrolière. Devant la décision du Nord de saisir une partie de la production, le Soudan du Sud a interrompu celle-ci.

« Cette interruption, qui de fait supprime quelque 250.000 barils/jour à l'export notamment vers l'Asie, a poussé certains des consommateurs à reporter leur demande vers le pétrole brut d'Afrique de l'Ouest, provoquant indirectement une tension sur le cours du Brent », explique Harry Tchilinguirian.
 

Les tensions sur l'Iran de plus en plus pesantes

Mais le marché semble aussi regarder avec inquiétudes du côté de Téhéran. La décision de l'Union européenne d'un embargo graduel sur les importations de pétrole en provenance de l'Iran, visant à cesser toute importation au 1er juillet 2012, pose des questions. L'Iran est l'un des premiers exportateurs d'or noir au monde. Le pays produit 3,5 millions de barils par jour et en exporte 2,5 millions, dont 20% vers l'Europe et 70% vers l'Asie.

« La situation des pays producteurs montre qu'il n'y a pas de substitution possible pour remplacer le pétrole [iranien] et les marchés ne sont pas optimistes sur l'existence de pays capables de produire assez de brut pour pallier l'arrêt des achats de pétrole iranien », a déclaré mardi le représentant de l'Iran à l'OPEP, Mohammad Ali Khatibi (dont les propos étaient rapportés par l'AFP). De fait, le responsable s'attend à ce que la hausse des cours observée ces dernières semaines se poursuive.
 

L'Arabie Saoudite peut augmenter sa production

Pour Eugen Weinberg, chez Commerzbank, le cours actuel du Brent, à près de 118 dollars intègre d'ores et déjà l'essentiel des facteurs de soutien. « Mais si la situation devait se dégrader, si davantage de pays décidaient de mesures de rétorsion contre le pétrole iranien, le marché serait confronté à un déficit d'offre malgré l'augmentation de la production de l'Arabie Saoudite ». L'Arabie Saoudite peut encore augmenter son extraction de 2 millions de barils par jour à court terme, si besoin était. Mais dès lors, ses capacités excédentaires seraient englouties.

Pire, « si l'Iran décidait à son tour de mesures susceptibles de provoquer des ruptures dans l'approvisionnement via le Détroit d'Ormuz, les cours pourraient s'envoler jusqu'à 150 dollars », poursuit Eugen Weinberg.
 

40% du commerce pétrolier transite par le détroit d'Ormuz

Pour l'heure, le marché n'accorde à cette éventualité qu'une faible probabilité. « Nous n'observons pas le même phénomène que celui constaté lors des évènements en Libye », souligne en effet Harry Tchilinguirian. « La volatilité implicite des options à l'achat par rapport aux options à la vente, qui peut être lue comme l'assurance prise sur le marché contre une hausse des cours, n'a pas fortement progressé ». Autrement dit, le marché ne croit pas dans le scénario d'une fermeture complète du détroit d'Ormuz, par lequel transite 35 ou 40% du pétrole mondial.

« L'Iran pourrait décider de retarder le flux des cargos, ce qui ferait remonter de quelques dollars le cours du Brent. Mais la fermeture complète reviendrait à se mettre à dos certains de ses partenaires commerciaux en Asie. Ceux-là mêmes qui pourraient constituer ses marchés alternatifs après l'embargo européen », explique l'expert. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2012 à 13:57 :
très bien du coté iraniens vendez pas aux européen tant que l?embargo maintient mes félicitation les plus sincère.
a écrit le 15/02/2012 à 15:49 :
Réjouissez-vous les amis, c'est la seule solution pourque cessent les délocalisations et donc les importations de produits made in China !!!
Réponse de le 16/02/2012 à 14:27 :
Pas faux mais je crains qu'il ne soit déjà trop tard pour un éventuel retour de nos industries ..... et puis on ne sait plus rien produire maintenant : Télé, PC, ... et bientôt voiture !!
a écrit le 15/02/2012 à 13:58 :
Le client à la pompe vouvoie sa carte bleue!!!!
a écrit le 15/02/2012 à 12:19 :
C'est ce qu'on appelle de la spéculation prévisionnelle, j'avais parié sur le pétrole en 2012 parce que tout le reste avait été momentanément épuisé par les fonds spéculatifs et les banques d'affaires américaines et anglaises, c'est ce qu'on appelle faire tourner les sujets, tout est bon pour s'enrichir, et la roue continue de tourner sans qu'un quart du tiers des mesures à prendre ne soient prises ou réellement prises par les politicards à la botte de la Finance Mondiale. Reformez le capitalisme c'est ce qu'avit déclarer Sarko il y a 3 ans, qu'en est il dans les faits, rien ou presque malgré les apparences M. Sarkozy est l'Homme politique préféré de Wall Street et de la City, l'enfumage, les tous de passe passe et l'illusionnisme sont les qualités recherchées pour nos dirigeants politiques et d'institutions de surveillance et de contrôle financier. Nulle leçon n'a été tirée parce que fondamentalement, ce sont les m^mes qui dirigent, A quand une Révolution Arabe en Occident?
Réponse de le 15/02/2012 à 18:39 :
une révolution arabe en occident ? vous vous donc une révolution occidentale pilotée par l'occident ?
a écrit le 15/02/2012 à 11:35 :
L'arabie saoudite a certes 2M barils sous le coude, mais il ne s'agit pas de light sweet crude.
Il serait bon de rappeler qu'il n'y a pas un mais des pétroles avec des caractéristiques différentes avec des coûts d'extraction puis de raffinage significatifs.
Réponse de le 15/02/2012 à 15:13 :
J'abonderais dans votre sens en ajoutant que lors de la crise lybienne, l'Arabie Saoudite a mis sur le marché ces 2M barils de pétrole "lourd" et n'a pas trouvé preneur.
a écrit le 15/02/2012 à 11:35 :
Et les marchés ont toujours raison? l'effondrement économique pointe et donc le bruissement autour de la Syrie, de l'Iran et notre action sur la Lybie commencent à mieux se comprendre. Sinon le Moyen Orient est à envahir car nous aimons ce qui est gratuit. Particulièrement les matières premières.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :