Téhéran pourrait arrêter ses ventes de pétrole à l'Europe

 |  | 598 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plusieurs députés ont annoncé la semaine dernière qu'ils présenteraient ce dimanche une proposition de loi visant à interdire l'exportation de pétrole vers l'Europe, en réponse à l'embargo décidé par l'Union européenne contre Téhéran. Mais le Parlement iranien a reporté le débat.

"Aucune loi interdisant la vente de pétrole à l'Europe n'a encore été préparée ni présentée au Parlement, pour l'instant il ne s'agit que d'une idée de certains députés qui entendent la mener jusqu'à son terme", a expliqué M. Hosseini cité par l'agence Mehr. Plusieurs députés avaient en effet annoncé la semaine dernière qu'ils présenteraient dimanche au Majlis une proposition de loi visant à interdire l'exportation de pétrole vers l'Europe, en réponse à l'embargo décidé par l'Union européenne contre Téhéran.
Cette initiative devra d'abord passer devant la commission de l'Energie et examinée "d'un point de vue technique et en tenant compte des contrats en cours et des intérêts" de l'Iran, a-t-il précisé.
Les discussions actuelles pourraient aboutir à l'élaboration d'un projet de loi d'ici à mercredi, a estimé M. Hosseini.
Les pays de l'Union européenne se sont mis d'accord le 23 janvier pour imposer un embargo pétrolier graduel sans précédent contre l'Iran ainsi que pour sanctionner sa banque centrale afin d'assécher le financement de son programme nucléaire controversé.
La loi envisagée par le Majlis "obligera le gouvernement à stopper la vente de pétrole aux Européens avant qu'ils n'appliquent leurs sanctions", afin de ne pas leur laisser la maîtrise du calendrier, avait expliqué M. Hosseini la semaine dernière.
Les nouveaux contrats pétroliers avec l'Iran ont été interdits par l'UE avec effet immédiat, mais les pays les plus dépendants ont jusqu'au 1er juillet pour annuler les contrats existants afin de trouver d'autres fournisseurs.

20% des exportations vont vers l'UE

Deuxième pays de l'Opep, l'Iran produit actuellement 3,5 millions de barils de pétrole par jour et en exporte près de 2,5 millions, dont environ 20% vers des pays de l'UE, essentiellement l'Italie, l'Espagne et la Grèce.
Téhéran est "prêt à arrêter immédiatement ses ventes de pétrole à l'Europe" car il peut compter sur d'autres clients ailleurs dans le monde, a affirmé dimanche Ahmad Qalebani, directeur générale de la Compagnie nationale iranienne du pétrole (NIOC).
"La NIOC a fait un travail de marketing depuis longtemps pour vendre son pétrole à des pays non européens, et compte tenu de la qualité du pétrole iranien, nous n'aurons pas de problème pour le vendre", a ajouté M. Qalebani, cité dimanche par l'agence du ministère du pétrole Shana.
Le patron de la NIOC a aussi lancé un avertissement voilé aux compagnies pétrolières européennes, qui vont devoir "soit garder des relations à long terme (avec l'Iran), soit cesser immédiatement d'acheter du pétrole iranien".

Les Allemands prudents

De son côté, l'Allemagne a appelé ce dimanche à la prudence devant une escalade possible des tensions après des sanctions de l'Union européenne contre l'Iran pour convaincre ce pays d'abandonner son programme nucléaire et la menace iranienne de couper ses exportations de pétrole vers l'Europe.
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, interrogé par le journal Welt am Sonntag a souligné que les sanctions européennes pourraient pousser l'Iran à interdire les exportations de pétrole vers l'Europe, en réponse à l'embargo décidé par l'Union européenne contre Téhéran.
"En Iran, nous observons une regrettable et dangereuse escalade des discours", a-t-il dit. Les dirigeants iraniens "doivent finalement comprendre qu'ils ont les clefs en main pour réduire les tensions", ajoute-t-il. "Nous devrons trouver en Europe les moyens de compenser les éventuels arrêts de vente de pétrole",

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :