L'Iran vendra son pétrole contre de l'or, des monnaies locales et même par le troc

 |   |  354  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
L'Iran, soumis à un embargo bancaire occidental qui gêne ses transactions en devises fortes, accepte désormais l'or, les monnaies locales ou même le troc en échange de son pétrole, selon des responsables iraniens cités mercredi par les médias.

L'Iran est prêt à tout pour contourner ce facheux embargo occidental qui gêne ses transactions en devises fortes. Pour contourner les désagréments de l'embargo, des responsables politiques et économiques ont déclaré à la presse du pays que l'Iran accepte maintenant l'or, les monnaies locales et même le troc en échange de son pétrole.

"Dans ses échanges commerciaux avec les autres pays, l'Iran ne travaille pas seulement en dollars, chaque pays peut payer avec sa propre devise ou avec de l'or", a déclaré le président de la Banque centrale iranienne Mahmoud Bahmani. En paiement de ses exportations, "l'Iran reçoit aussi de la Chine ou de l'Inde des produits à la place des devises, et cela ne pose pas de problème", a-t-il ajouté.

Supprimer le dollar dans les échanges commerciaux

L'Iran, deuxième exportateur de l'OPEP, tire 80% de ses ressources en devises de la vente de pétrole ou de produits pétroliers, dont le dollar est généralement la monnaie de référence. Téhéran a toutefois de plus en plus du mal à rapatrier les devises fortes que lui rapportent ses exportations du fait de l'embargo bancaire progressivement mis en place depuis 2010 par les Etats-Unis et l'Union européenne pour sanctionner le refus iranien de négocier avec la communauté internationale sur son programme nucléaire controversé.

"Nous avons trouvé des méthodes pour supprimer le dollar dans nos échanges avec les autres pays, en utilisant les devises locales ou le troc pour contourner les sanctions", a expliqué de son côté le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi à l'agence Fars. En revanche, l'Iran a longtemps refusé d'accepter un paiement en monnaies locales, ce qui a notamment entraîné en 2011 plusieurs milliards de dollars d'arriérés de paiement de l'Inde, qui exporte peu vers l'Iran et était incapable de continuer à transférer ses dollars pour l'Iran par les circuits bancaires qu'elle utilisait auparavant.

Téhéran a exporté pour plus de 140 milliards de dollars de produits en 2011, dont plus de 100 milliards pour le pétrole et 25 milliards pour ses dérivés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2012 à 19:23 :
L'un des signes de la fin des temps est que l'Euphrate dévoilera une montagne d'or.Abû Hurayra rapporte que le messager d'Allah swt à dit :

"L'heure ne viendra pas jusqu'à ce que l'Euphrate découvre ( en, se retirant )une
Montagne d'or pour laquelle les gens s'entretueront


L'or noir, c'est le pétrole. Oui mais... Maintenant cet or noir est échangé contre de l'or, du vrai.


Bientot, bientot...
a écrit le 01/03/2012 à 13:41 :
Contre de l'uranium d'Areva ?
a écrit le 29/02/2012 à 15:19 :
...serait que l'Iran établisse un précédent comme quoi un pays puisse se passer de dollar, et même très bien s'en porter .
a écrit le 29/02/2012 à 15:06 :
Menacer de ne plus faire payer en dollar le pétrole mène à la guerre -> voir l?Irak.

a écrit le 29/02/2012 à 15:03 :
Contre de l'eau de mer...?
Réponse de le 29/02/2012 à 17:16 :
En bouteilles ?????
a écrit le 29/02/2012 à 12:37 :
Et oui l'or est la seule monnaie internationale valable face aux monnaies papiers subissant l'inflation et la planche à billet. Achetez de l'or vite avant de perdre tout ou partie de votre argent en euro, qui disparaitra probablement dans les mois à venir, ou du moins sera surement dévalué.
Cela fait 5.000 ans que la monnaie or existe et elle échappe aux mafieux banquiers et étatiques de tous poils, et c'est pour cela qu'ils ne l'aiment pas.
a écrit le 29/02/2012 à 11:57 :
Vous semblez naïvement croire que monnaie= devise ce qui n'est pas vrai

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :