"L'Iran pourrait se ranger dans le futur dans le camp occidental"

 |   |  954  mots
« Une forme d'alternative démocratique (...) existe en Iran, et rappelons qu'Ahmadinejad ne pourra pas se représenter en 2013 au regard de la constitution. Or, il faut souligner que l'opposition au président est pro-occidentale », rappelle l'avocat Ardavan Amir-Aslani. DR
« Une forme d'alternative démocratique (...) existe en Iran, et rappelons qu'Ahmadinejad ne pourra pas se représenter en 2013 au regard de la constitution. Or, il faut souligner que l'opposition au président est pro-occidentale », rappelle l'avocat Ardavan Amir-Aslani. DR (Crédits : DR)
Ardavan Amir-Aslani, avocat, spécialiste du Moyen-Orient, livre son analyse sur les tensions entre Téhéran et la communauté internationale. Les Occidentaux soupçonnent le programme nucléaire iranien d'être développé à des fins militaires. Il a publié "La Guerre des Dieux, Géopolitique de la spiritualité" (Nouveau Monde Editions, novembre 2011).

Pourquoi l'Iran cherche à obtenir l'arme nucléaire ?

Officiellement, l'Iran n'a jamais cherché à se doter de l'arme nucléaire. L'Ayatollah Khamenei avait d'ailleurs prononcé une fatwa contre elle, la jugeant « non conforme » du point de vue religieux. Les soupçons de la communauté internationale viennent de la poursuite de son programme nucléaire civil dans des conditions occultes, sans en informer l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), en particulier sur le programme d'enrichissement d'uranium de 5% à 20% mené sur le site de Fordo. Ces soupçons remontent à 20 ans. Ils ne sont pas nés avec l'accession à la présidence de Mahmoud Ahmadinejad, même si les déclarations répétées de ce dernier prônant la destruction de l'Etat d'Israël les ont alimentés.

C'est d'ailleurs une affaire emblématique du point de vue du droit. L'Iran juge qu'il y a à son égard deux poids, deux mesures. Le pays est en effet signataire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et doit donc se soumettre aux contrôles de l'AIEA. Le but de ce traité est d'éviter la prolifération des armes nucléaires pour le maintien de la paix. Or, l'Inde, le Pakistan et Israël qui se sont dotés d'une telle arme ne sont pas critiqués par l'AIEA puisqu'ils ne sont pas signataires du TNP.
Les Iraniens considèrent qu'ils suivent scrupuleusement les recommandations de l'AIEA, mais les difficultés rencontrées par l'agence pour mener ses inspections augmentent la suspicion. A juste titre, car il existe un véritable risque de prolifération nucléaire dans la région : l'Arabie Saoudite et l'Egypte pourraient en effet vouloir acquérir l'arme atomique. Aux yeux des Iraniens, le programme nucléaire n'est donc qu'un prétexte pour chercher à renverser le régime.

Mais qui a intérêt à une telle action ?

Elle s'inscrit dans une lutte pour le leadership au Moyen-Orient. Deux pays peuvent y prétendre : l'Iran et la Turquie. Le premier peut compter sur la milice du Hezbollah au Liban, sur la Syrie et sur l'Irak. En outre, il y a des communautés importantes shiites, dont la contestation a été réprimée comme au Bahrein, ou encore en Arabie Saoudite, qui connaît des révoltes. Le monde occidental reste très méfiant à l'égard de ces mouvements sous influence iranienne.
Or la montée en puissance de la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, qui prône un islam modéré, s'opère dans une région où ce que l'on a appelé le « Printemps arabe » a débouché sur l'accession au pouvoir de mouvements islamistes critiques de l'occidentalisme, comme en Tunisie, au Maroc, en Libye ou encore en Egypte.


Et une attaque contre Israël ?

Dans son histoire, il faut le souligner, l'Iran n'a jamais pris l'initiative de mener une guerre contre un autre pays, la dernière contre l'Irak avait été déclenchée par Saddam Hussein. Dans ce contexte, le nucléaire militaire apparaît d'abord pour les Iraniens comme un moyen de se défendre au nom de la sacralisation de leur territoire.
Israël sait que l'Iran ne le bombardera pas car il a les moyens d'une riposte nucléaire, il y a donc un équilibre de la terreur comme à l'époque de la guerre froide. Toutefois, un durcissement de la situation peut avoir trois conséquences : pour Israël, une fuite des élites, de nombreux citoyens ayant une double nationalité, pour les pays de la région, la nécessité de choisir son camp et, enfin, le risque d'un développement d'opérations de guérilla anti-israéliennes animé par l'agressivité accrue du Hamas et le Hezbollah enhardie par l'accession nucléaire de l'Iran.

Les sanctions contre l'Iran sont-elles efficaces ?

En signant le 31 décembre un décret qui interdit aux entreprises internationales de faire du commerce avec les Etats-Unis, si elles en font avec l'Iran, le président Barak Obama a considérablement durci les sanctions. Par exemple, une firme comme Samsung a rapidement arbitré en raison des enjeux financiers. Par ailleurs, en interdisant l'achat du brut iranien, les Américains et les Européens touchent un enjeu vital pour l'Iran, ses exportations représentant 80% de ses recettes en devises et 50 % du budget de l'Etat.
Les conséquences se font sentir également en interne. La devise iranienne, le rial, s'est dépréciée de quelque 40% par rapport aux devises internationales. C'est d'ailleurs la stratégie de la communauté internationale, faire en sorte que la population iranienne associe son mécontentement au programme nucléaire. Mais elle sous-estime le nationalisme iranien tant à l'intérieur du pays qu'au sein de la diaspora.

Paradoxalement, alors qu'une large partie du monde arabe se radicalise contre l'occidentalisme avec la montée en puissance des mouvements islamistes, l'Iran pourrait se ranger dans le camp occidental, c'est ma thèse. Par ailleurs, si quelques milliers de manifestants ont eu raison des pouvoirs en Tunisie et en Egypte, il n'en est rien en Iran, ou Ahmadinejad, même s'il y a eu une fraude massive lors des dernières élections, bénéficie d'une réelle légitimité populaire, notamment dans les provinces. Une forme d'alternative démocratique, certes très imparfaite, existe en Iran, et rappelons qu'Ahmadinejad ne pourra pas se représenter en 2013 au regard de la constitution. Or, il faut souligner que l'opposition au président est pro-occidentale.


L'Iran joue aujourd'hui sur la scène internationale le même rôle que la Chine dans les années 1960. Il faudra attendre que soit organisée, comme entre Mao et Nixon en 1971, la partie de ping-pong qui réintègrera le pays au sein de la communauté internationale.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2012 à 12:29 :
Jamais l'Iran ne se rangera dans le clan des occidentaux .L?Iran n'pas un payé de traitres comme certain payés Arabes.L'Iran et une république islamique capable de développer plusieurs technologie et qu'aide les autres payés pauvre a se développer
a écrit le 23/02/2012 à 11:14 :
Et la France dans le camp des pays musulmans.
a écrit le 23/02/2012 à 9:59 :
Encore un avocat qui raconte des conneries. Disons qu'en France, on a l'habitude !
Il a reçu combien pour cet article insensé ? Jean-Claude Meslin
a écrit le 22/02/2012 à 19:48 :
Si ils deviennent bouddhistes, chrétiens ou athées... ça peut le faire.
a écrit le 22/02/2012 à 17:07 :
L'Iran sera dans le futur, dans le camp occidental. Gag !
Réponse de le 22/02/2012 à 19:41 :
Après une bonne vitrification ?
a écrit le 22/02/2012 à 16:20 :
Les traités comme, le TNP n'ont pas été violés à ce jour seule la Corée du Nord signataire n'a pas respecté ses engagements et pose le pb de son maintien ds le groupe des Etats signataires; ds la région du MO Israël n'était pas signitaire, tous les autres Etats de la région si; je ne vois pas comment l'Iran justifierait son passage au nucléaire militaire ( avec des expérimentations naturellement décelables).
a écrit le 22/02/2012 à 14:41 :
L'Iran est plutôt du côté de la Chine et de la Russie que de l'Occident !
Concernant la bombe, c'est un faux problème, il n'y a pas de risque si le pouvoir est stable, l'arme atomique est inutilisable du fait de la géographie.
Réponse de le 23/02/2012 à 5:36 :
Oui mais a condition si les russes et les chinois ne se sent pas menacé par toutes ces révolution appelées pro-démocratiques, où le cas contraire ils vont non seulement livrer la bombe mais aussi les missile intercontinentale plus le feu vert pour frapper
a écrit le 22/02/2012 à 13:44 :
et pourquoi l'iran n'aurait pas droit a l'arme nucléaire ,mais de quel droit ces pays fachos interdisent a un pays de se défendre par la dissuasion nucléaire
les iraniens ne sont pas plus fous que les autres
l'iran refuse le pétrole a la france ,moi je dis bravo
Réponse de le 22/02/2012 à 16:39 :
parce que c'est une dictature avec un psychopathe a la tete ...touuuuutt siiiimmmmmpllllleeeemmmmeeeennnttttt
Réponse de le 01/03/2012 à 13:00 :
Je vous signal que le seul pays qui ait utilisé l'arme atomique est le pays qui cherche à tous prix à ce que les autres et principalement l'Iran ne l'ai pas.
et ils osent venir en donneur de leçon
a écrit le 22/02/2012 à 9:22 :
L?Iran dans le clan occidental ? Ben voyons ! Mais qui à longueurs d?années parle du « grand Satan » ? Quant au parallèle, évoqué pour légitimer l?accession de l?Iran à l?arme atomique, puisque Israël la possèderait aussi, c?est là un pur sophisme. C?est toujours l?Iran qui parle de détruire Israël et non l?inverse.
a écrit le 21/02/2012 à 21:07 :
Mr Amir-Aslani a raison de préciser que les deux futurs puissances régionales seront la Turquie et l'Iran, Israël restera la grande puissance militaire mais restera isolé et l?Égypte a perdue son leadership. A la Turquie le proche-orient méditerranéen, et à l'Iran le moyen-orient du golfe. La Turquie 70 millions d'habitants (autant que la Syrie, la Jordanie, Israël et l'Irak réunis) et de l'eau pour tous. L' Iran 70 millions d'habitants (autant que l?Irak, le Koweït, l?Arabie Saoudite, Bahreïn, le Qatar, les EAU, Oman et le Yémen réunis) et autant de pétrole que les Saoudiens (si on considère que l'Iran a de-facto prie le "contrôle" du pétrole sud Irakien chiite). Mais l?Iran est le pays charnière entre le moyen orient occidental et l?Asie centrale qui regarde déjà vers la Chine et l'Inde. Et si les jeunes iraniens sont occidentalisés, le pragmatisme économique ou le ressentiment en cas de guerre, pourrait les amener a se tourner vers l'Inde, la Chine définitivement. Par sa population éduquée et ses richesses colossales, l'Iran rejoindra le cercle des BRIC, quoi qu'il arrive.
Réponse de le 22/02/2012 à 13:08 :
faire partie des BRIC quoi qu il arrive je ne suis pas d accord la richesse de l'Iran vient surtout de son pétrole et dans une moindre mesure du fer.Le reste est en point de suspension si le régime tombe il y a effectivement des potentialités d évolution non négligeable mais rien n est jamais acquis par avance Le reste en particulier le probléme de la possession de l arme atomique est vraiment accessoire de mon point de vu c est certain qu ils l ont soit par un developpement interne soit plus probablement ils ont bénéficié des "ogives perdues" par la Russie dans les temps de chaos qui ont suivit l effondrement de l'URSS mais de toute maniére c est une arme qu ils ne peuvent se permettre d utiliser
a écrit le 21/02/2012 à 20:42 :
Guerre ou paix? l'historien et orientaliste Bernard Lewis refuse de répondre à cette question qu'il formule ainsi: August 22,Does Iran have something in the store?." dans un passionnant article paru dans le Wall Street Journal....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :