Au seuil des 1.800 dollars l'once, l'or retrouve de sa superbe

La fermeté de l'euro et la remontée du pétrole ont dopé l'or ces dernières semaines. Le métal précieux affiche une progression de plus de 14% depuis le début de l'année.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

1.790,55 dollars l'once aux petites heures ce matin (mercredi 29 février), l'or a retrouvé de sa superbe. Depuis le début de l'année, il a déjà bondi de 14,85%. Les investisseurs, quelque peu échaudés pour une chute de 11,5% sur le seul mois de décembre après une fin d'été 2011 qui avait vu le métal jaune briller de mille feux - jusqu'à 1921,11 dollars début septembre -, semblent avoir retrouvé leur appétit dans un environnement de taux très faibles et d'affaiblissement du dollar.

La dernière étude de Barclays Capital sur les investisseurs et les matières premières les disaient dans les starting blocks, prêts à réinvestir dans les matières premières avec trois favoris susceptibles d'afficher les meilleures performances en 2012 : le pétrole, le cuivre... et l'or. Pour les experts de MKS Finance, en Suisse, le franchissement du seuil des 1.800 dollars l'once pourrait encore renforcer le mouvement.

« Les nouvelles sur le programme d'échange des obligations grecques, la deuxième opération de refinancement à trois ans de la Banque centrale européenne (BCE) et l'évolution du marché du pétrole restaient des facteurs clé pour le sentiment de marché et donc pour la tonalité des échanges sur l'or », selon les stratégistes de Barclays Capital.

Après 489 milliards d'euros injectés à trois ans le 21 décembre dernier, l'opération de refinancement programmé ce mercredi 29 février devait ajouter à la liquidité et, de fait, nourrir l'appétit pour le risque. L'euro a largement profité ces dernières semaines de l'action de la BCE, couplée à quelques indicateurs économiques encourageants, au bénéfice de l'or. Depuis la mi janvier, la monnaie unique s'est en effet appréciée de près 6,3% face au billet vert, rendant plus attractifs pour ses détenteurs l'achat de métal jaune. Reste à savoir si l'euro peut continuer à ce rythme.

Le facteur pétrole n'a pas encore joué à plein

A moins qu'un autre moteur ne prenne la relève. Un prix plus élevé du pétrole renforce les anticipations d'inflation, ce qui est favorable l'or. Et plus particulièrement dans des pays comme la Chine ou l'Inde dans lesquels les inquiétudes relatives à l'évolution des prix ont nourri les achats d'or par le passé, ndlr.

Pour les experts d'UBS, il n'est pas certain que le facteur pétrole, qui s'est hissé vendredi soir au-delà des 125 dollars le baril de Brent en séance - ait joué à plein jusqu'à présent. La corrélation entre le métal jaune et l'or noir s'est certes renforcée au cours des dernières semaines, mais elle reste loin des niveaux traditionnels. De fait, prime de risque géopolitique et prime pétrole seraient encore loin d'être intégrées dans les cours.

Sans compter qu'outre l'effet sur l'inflation, la cherté du pétrole pourrait bien peser sur la croissance mondiale. Le FMI a d'ailleurs commencé à s'en émouvoir. Pour les experts de MKS Finance, les tensions entre l'Iran et Israël, entre l'Iran et les Etats-Unis sont un facteur à surveiller, susceptibles en cas de conflit et d'envolée des cours du pétrole de porter l'or au-delà des 2.500 dollars l'once.

Reste un facteur de rappel : l'état de la demande pour l'or physique. L'envolée des cours pourrait bien peser sur la demande des grands consommateurs, parmi lesquels l'Inde.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 29/02/2012 à 16:54
Signaler
L'or est la seule valeur refuge/monnaie. Il permet aux épargnants de se protéger contre l'inflation, et la très certainement dévaluation de l'euro, voir de sa disparition. Achetez de l'or vite !!

à écrit le 29/02/2012 à 11:14
Signaler
Il y a gros à parier que l'or s'envole vers les 2500 $ l'once ! Quand je pense que Sarko en a bradé 55O tonnes en 2004 à 400 $ l'once alors qu'il était ministre des finances, je regrette bien de ne pas en avoir acheté à cette époque. Ce Sarko quel...

le 29/02/2012 à 13:31
Signaler
En effet et personne n'en parle jamais!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.