Pour le Brésil, le tsunami financier provoqué par les pays riches pénalise les Brics

 |   |  220  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
La présidente brésilienne Dilma Rousseff a accusé les pays riches d'avoir déclenché un "tsunami" monétaire en abaissant le coût du crédit pour faire face à la crise économique mondiale, ce qui pénalise les pays en voie de développement tels que le Brésil.

"Nous sommes préoccupés par ce tsunami monétaire (que causent) les pays développés", a déclaré jeudi Mme Rousseff dans un discours aux chefs d'entreprises et aux dirigeants syndicaux. La chef de l'Etat brésilien a déploré que les pays riches répondent à la crise en abaissant le coût du crédit et en maintenant des taux d'intérêts bas. Selon elle, ces capitaux bon marché prennent le chemin du Brésil, dont la monnaie est forte et les taux d'intérêts élevés.

Le Brésil estime que cette "guerre des changes" renchérit ses produits tout en diminuant les prix de ceux venus d'Europe ou des Etats-Unis. La dirigeante a affirmé qu'elle se battrait pour défendre l'industrie brésilienne et qu'elle s'assurerait que les méthodes utilisées par les pays riches "ne vont pas cannibaliser les marchés émergents". Le Brésil tente depuis plusieurs années d'enrayer l'appréciation de sa devise, le real, qui a déjà augmenté de plus de 8% face au dollar depuis le début de l'année.

"Le Brésil ne restera pas impassible face à cette guerre des changes, nous devons nous défendre", avait martelé un peu plus tôt devant la presse le ministre des Finances brésilien Guido Mantega.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2012 à 13:57 :
Le Brésil souffre des même maux que la Russie, maffia, absence d'industrie technologique, produits manufacturés et micro informatique aux prix stratosphériques, trafic d'arme, racisme, commerce basée sur l'agriculture pour l'un et l'autre du gaz.
a écrit le 02/03/2012 à 13:53 :
La Chine et l'Inde oui seront peut être de grandes puissances , la Russie et le Brésil non.
a écrit le 02/03/2012 à 12:44 :
La tribune , vous auriez pu mettre une photo plus récente de la mère Dilma .... vous êtes pas à jour .... Pourquoi pas mettre une photo de l'époque de la dictature aussi ...
Réclamer sur les taux bas , c est normal quand on sait qu au Brésil le taux d'intérêt est de 10% par mois ... Le Brésil fait le nécessaire pour garder des taux hauts pour éviter aux brésiliens de faire des crédits ( qu ils ne remboursent as toujours ...), réguler la consommation pour éviter l inflation .... Il n'y a aucune politique de régulation des prix ... Tout le monde fait ce qu il veut ... donc c est toujours le prix fort ... Le brésil est un pays émergent au coût de la vie d un pays développé ...Vivre à São Paulo ou Rio c est aussi cher que de vivre à Paris ...
Une fois de plus on retrouve toujours le même problème inégalitaire qui existe depuis que le Brésil existe : si t as du fric c est bon , si t en a pas démerde toi .....
Si t as du fric , tu payes cash et en plus t as une remise d au moins 15 % ..... Si t as pas de fric , t achète ta bagnole a crédit sur 6 ans et tu payes la valeur de 3 voitures .... Si t as du fric , tu fais des placements sécurisés qui te garantissent 10% par an .... si t as pas de fric , tu suces ton pouce ....
La bande à Dilma Roussef , ce sont tous des corrompus ... 8 ministres ont été démis du gouvernement pour corruption .... Et dernièrement , elle vient de nommer un archevêque de l'église évangéliste comme ministre ..... Où est la séparation des pouvoirs ???? On se croirait vraiment au moyen âge !!! COmment peut-on se dire socialiste quand une personne qui gagne 100 000, 500 000 , 1 000 000 reais par mois est imposé au même taux qu une personne qui gagne 5 000 ???
Ceux qui viendront pour la coupe du monde en 2014 ...vous allez bien rigoler ....
a écrit le 02/03/2012 à 10:32 :
Ou comment mordre la main qui vous donne à manger...
a écrit le 02/03/2012 à 9:19 :
Comme tous les socialistes à travers le monde, notamment Sarko et Hollande en France, Dilma érige en art la mauvaise foi et le mensonge. Faut-il lui rappeler que sans l'ouverture libérale de l'Occident aux pays sous-développés, son pays serait encore une société primitive soumise à une dictature brutale ? Si elle a quelques problèmes, ce n'est pas à cause de la guerre des changes mais parce qu'elle applique une politique économique socialiste inadaptée, mercantiliste, protectionniste, anti-libérale. Qu'elle tire donc les leçons de son incompétence plutôt que de pleurnicher en cherchant des boucs-émissaires.
a écrit le 02/03/2012 à 8:10 :
Comme la Chine, le Brésil fait du nationalisme quand la situation et à leur défaveur...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :