Des larmes de Poutine au bourrage d'urnes, les élections russes en images

 |   |  167  mots
Photo Reuters
Photo Reuters
A l'annonce de son élection au premier tour en Russie Vladmir Poutine a montré son émotion face aux Moscovites. Pendant ce temps là, à travers la Fédération, des caméras de surveillance montrent des bourrages d'urnes dans des bureaux de vote.

Poutine pleure

A Moscou, face à la foule de ses supporters, Vladimir Poutine ne cache pas ses larmes de joie. Elu président pour un deuxième mandat de président dès le premier tour avec près de 64% des voix, il s'est présenté dimanche soir avec le président sortant Dmitri Medvedev. Se présentant avec son premier ministre, ce dernier à salué la victoire de "Vladimir Vladimirovitch". Ce lundi, Medvedev signalait toutefois la distance qu'il a prise avec le président-élu, en décidant de revoir la condamnation de plusieurs personnes, dont l'ancien magnat du pétrole Mikhaïl Khodrokovski.

Bourrage d'urnes

Face à cette victoire proclamée, l'opposition à Vladimir Poutine ne désarme pas. Dans les bureaux de vote, des images montrant des bourrages d'urnes ont attisé sa colère. La video suivante, par exemple, aurait été tournée au Daghestan, dans le Caucase.

--> Regardez la vidéo

L'OSCE a d'ailleurs constaté ces irrégularités.

--> Regardez la vidéo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2012 à 22:20 :
Compte tenu du plaisir que semble procurer mes commentaires à certaines personnes; je tiens à préciser que je ne fais qu'exprimer le voeux de voir un dirigeant crédible montrer le Bon Exemple et initier un nouvel ordre mondial. Si vous êtes tous des esclaves du fric, incapables de voir à quel point nos systèmes occidentaux (surtout français) nous prennent pour des cons et nous grugent un peu plus chaque jour; donc, continuez. Pour le moment, il s'avère, selon mon humble avis, que cet espoir soit russe. Je peux me tromper.
Pendant 21 ans, résident en Amérique du Nord, j'avais eu, au départ (1964) le même espoir et j'ai du déchanter. C'est aussi simple que cela. Jean-Claude Meslin: indigné depuis 30 ans par la médiocrité ambiante et inquiet pour ceux et celles qui suivront...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :