Quel Vladimir Poutine les Russes enverront-ils au Kremlin ?

 |   |  898  mots
Au cours de sa campagne, Vladimir Poutine a donné des signes très contradictoires quant à la politique qu'il entendait mener.  Copyright AFP
Au cours de sa campagne, Vladimir Poutine a donné des signes très contradictoires quant à la politique qu'il entendait mener. Copyright AFP
La question n'est pas de savoir si Vladimir Poutine sera le nouveau président russe, mais quel habit endossera le nouveau président au cours de son mandat: celui du chef autoritaire, de l'oligarque ou du réformateur ?

Ces élections présidentielles russes ne sont pas celles que Vladimir Poutine souhaitait. Dans le projet initial, il devait être porté "naturellement" à la candidature par le succès de Russie Unie aux élections lmégislatives, la décision de Dmitri Medvedev de ne pas solliciter un nouveau mandat aurait dû ne susciter aucune interrogation dans la population russe, et le retour au Kremlin de Vladimir Vladimirovitch devait s'inscrire dans le cadre de la "stabilisation" de la Russie, c'est à dire du maintien au pouvoir des clans qui la dirigent aujourd'hui. L'histoire qui s'est écrite depuis quelques mois est toute différente: les Russes de la classe moyenne ont vécu comme une humiliation le fait que Poutine envisage de se réapproprier le Kremlin selon un processus de succession automatique. Et ils ont particulièrement mal vécu la triche aux élections législatives de décembre 2011, au point de susciter la formation, pour la première fois depuis plus de dix ans, d'un véritable mouvement d'opposition, manquant certes d'une base idéologique structurée et d'un leader incontesté, mais infligeant néanmoins au pouvoir poutinien une sacrée leçon de libre expression. 

Le mythe s'est érodé

Le mythe du personnage providentiel, rendant à la Russie son lustre d'antan, lui donnant à nouveau une position de premier plan sur l'échiquier international, tout en conduisant avec fermété le renouveau économique et social du pays, s'est érodé. Le retournement de l'économie russe depuis 1998 est attribué essentiellement à la remontée des cours du pétrole, mais cette manne a été mal gérée. Entre 2007 et 2011, le déficit du budget (hors revenus pétrtoliers) est passé de 5,3% du PIB en 2007 à 11,2% en 2011. Si Vladimir Poutine va au bout se ses promesses d'investir 164 milliards de dollars dans les dépenses sociales au cours des six prochaines années, le niveau de prix du baril nécessaire pour équilibrer le budget de la Fédération passerait de 117 à 130 dollars. Même si la Russie présente aujourd'hui une situation financière que beaucoup de pays européens lui envierait (avec une dette de 11% du PIB...), la gestion de l'économie russe au cours des prochaines années va nécessiter des choix drastiques en matière de baisse des dépenses publiques et de hausse des revenus.

Homme du passé ou du futur ? 

Sous quel personnage Vladilmir Poutine va-t-il se révéler aux yeux des Russes, à l'occasion de son retour au Kremlin ? Le plus connu pour l'instant est celui du leader autoritaire, théoricien moderne de la verticale du pouvoir, adepte du contrôle de l'Etat sur l'économie, méfiant à l'encontre des oligarques libre-penseurs, confiant dans la rôle du complexe militaro-industriel comme vecteur de la modernisation et de l'ouverture de la Russie vers les nouvelles technologies. Mais cette approche est aujourd'hui obsolète. La "verticale du pouvoir" a davantage servi à neutraliser les opposants et les leaders régionaux récalcitrants plutôt qu'à fonder un nouvel ordre politique. L'augmentation de la corruption des élites politiques a ôté toute chance de favoriser l'émergence d'une nouvelle classe de dirigeants soudés autour d'objectifs communs et uniquement soucieux de l'intérêt général. Le second personnage est celui de l'oligarque d'Etat. Vladimir Poutine a permis l'élmergence d'une nouvelle catégorie d'hommes d'affaires, proches du pouvoir, et ayant investi lourdement dans des activités stratégiques, dans lesquelles l'Etat est présent ou à l'affût. Cette vision d'un capitalmisme étatique puissant et fermé, ne correspond pourtant guère aux aspîrations de la nouvelle élite russe qui milite pour davantage d'ouverture, pour le développement des PME, pour la désétatisation du secteur bancaire et pour davantage de neutralité de la puissance puiblique dans les affaires du secteur privé. Enfin, le troisème personnage pourrait être celui du leader moderniste et libéral qu'une partie de la Russie attend. Au cours de sa campagne, Vladimir Poutine a donné des signes très contradictoires quant à la politique qu'il entendait mener. Ses appels à la libéralisation de l'économie ont été nombreux, tout comme ses avertissements sur la lutte contre la corruption ou la désengagement de l'Etat de l'économie. Le problème est que dans d'aurtres interventions, il a tenu des positions inverses. 

Engager une vrai diversification

Il reste que la Russie ne peut pas rester inerte face à sa dépendance vis à vis des revenus du pétrole et du gaz. Pour moderniser le pays en profondeur, pour renouveller le potentiel énergétique, pour construire des infrastructures pétrolières, gazières et logistiques, la Russie doit mobiliser d'énerormes capacités financières, qui vont bien au dela des recettes pétrolières, même optimisées. Comme la campgane électorale a été réduite à sa plus simple expression, que Vladimir Poutine s'est refusé à débattre avec ses opposants, les Russes qui vont voter dimanche, vont probablement confier le Kremlin à une sorte de mystère politique. Il sait que son crédit est entamé, que la société russe cherche d'autres réponses à ses questions que la verticale du pouvoir, que les économistes et les investisseurs attendent des signes clairs d'ouverture et de libéralisation économique. Mais pour l'heure, il se tait, gardant probablement ses intentions réelles pour l'après-élection, ce qui témoigne une d'une conception plutôt inhabituelle de la démocratie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2012 à 15:37 :
Pourquoi toujours vouloir faire de l'ingerence dans les affaires des autres? les russes sont certainement moins naifs que nous en reconduisant poutine et c'est leur affaire pas la notre. pourquoi cette campagne anti-poutine? occupons-nous de nos affaires. Quelle arrogance bien franchouillarde que de toujours vouloir foutre son nez dans les decisions politiques et affaires electorales des autres pays. pour qui nous prenons nous? Surtout apres avoir tolere une quasi dictature ultra autoritaire, INJUSTE et ultra repressive sur notre sol pendant 5 ans. Kadhafi et Assad pour ne citer qu'eux, ont ete invite a Paris et non a Moscou. DEBARRASSONS-NOUS DE SARKOZY, Laissons les elections russes aux russes, en france les corbeaux continueront a voler sur le dos de peur de voir la misere et toutes les crottes de chien qui fleurissent sur nos trottoirs et les vaches seront bien gardees dans tout l'hexagone. Il faut arreter avec la franchouillardise inspiree par les medias!
a écrit le 02/03/2012 à 14:46 :
La Russie est un pays du passé, technologie obsolète, population vieillissante, racisme effroyable, ravage de l'alcoolisme, population paupérisée livrée à elle même et administration corrompue et il est loin le temps de la grandeur militaire soviétique...quand on n'a que le butane comme richesse...
Réponse de le 02/03/2012 à 22:45 :
@cavaliere: la Russie de 2012 est quand même plus récente que tes vieux bouqins où tu prends tes sources :-)
a écrit le 02/03/2012 à 8:42 :
Franchement qui sommes nous, quel film on se raconte ! Nous voilà dans la propagande anti Poutine, avant nous avions eu droit à l'obligation d'aller liquider des "dictateurs" (chez qui nous sommes allés nous bronzer pendant 30 années sans que ça gêne personne !) via des fausses révolutions pour y mettre plus dociles (oups raté). Nous voilà maintenant avec nos tirades pour expliquer la liberté tout en sanctionnant de plus en plus ... MAIS VOILA pendant ce temps "van rompuy" est élu président de l'Europe sans AUCUNES élections (pas de problème de fraude en effet), la BCE exige ceci ou cela (UNE BANQUE!!!), Sarkozy signe Lisbonne comme un dictateur car ne l'oublions pas nous avions dit non démocratiquement ... c'est incroyable, "Qui sommes nous", quel arrogance, quel prétention...
a écrit le 01/03/2012 à 23:20 :
un copier-coller de ce brouillon d'article dans Word, et il m'a trouvé pas moins de 20 erreurs. Et cela quasi instantanément. Fautes de frappe, orthographe, grammaire, tout y est. Je sais que La Tribune a des soucis financiers, mais faire fuir le lecteur avec tous ces articles bourrés d'erreur n'est peut-être pas la meilleure solution pour redresser la boutique. Quand j'étais à l'école, 20 erreurs à 1 point, ça faisait au final un 0/20 sur le bulletin. INADMISSIBLE ! Et totalement irrespectueux pour le lecteur. Et si les articles ne sont pas relus et corrigés avant la mise en ligne sur le site, que penser de la vérification des informations, qui n'a aucune raison d'être faite plus sérieusement. AFFLIGEANT !
Réponse de le 02/03/2012 à 9:50 :
Pour moi, à l'école, le tarif était plus sévère : 5 fautes de grammaire = 0/20. C'est vrai que ce monsieur n'a sans doute pas eu le temps de se relire.
Il y aurait aussi des remarques à faire sur le fond, mais ça c'est encore autre chose.
a écrit le 01/03/2012 à 22:54 :
C'est un homme inconstant qui envoie, souvent un peu trop loin le bouchon. Ses raisonnements ne sont pas crédibles parce qu'il pense souvent le contraire. Il est un agent de déstabilisation, alors que la Russie pourrait contribuer au renforcement du monde occidental. Faudra attendre ses successeurs pour un monde nouveau.
a écrit le 01/03/2012 à 20:23 :
infernal ces fautes d'orthographe, l'article perd toute crédibilité
a écrit le 01/03/2012 à 19:56 :
Un article de plus pour dénigrer Monsieur Poutine.
Dans le contexte géopolitique actuel, on ferait mieux de s'intéresser à la France et éviter de dégrader encore plus notre pays. Si vous comprenez l'anglais informez-vous au sujet de ce que nos dirigeants manigancent en Syrie et ailleurs. J'ai l'impression que l'on a vraiment un cinglé à la tête de notre pays que je l'
échangerais volontiers avec l'actuel Premier Ministre russe. Jean-Claude Meslin
Réponse de le 01/03/2012 à 22:46 :
Jean Claude arrêtez un peu la propagande pro-Poutine vous devenez ridicule. Poutine est un chef d'Etat moyen et c'est un dictateur entouré de gens souvent peu fréquentables. Il a sans doute été relativement utile au début et encore. S'il n'y avait pas l'énergie et les matières premières en Russie, le bilan serait bien pauvre et en fait négatif. Et il n'y a plus de pétrole pour longtemps en Russie désormais au rythme d'exploitation actuel. Pourquoi ne pas admirer Bush junior et son bilan pendant que vous y êtes.
Réponse de le 02/03/2012 à 7:52 :
@ Russe.Une chose est sure Mr. Poutine est un patriote Russe, en France que reste t'il du patriotisme? qui est fréquentable dans le gouvernement actuel en France, des noms svp.
Réponse de le 02/03/2012 à 9:52 :
Je franchement que Russe ne sait pas de quoi il parle. Encore un russophile béat qui habite en France !!!!
Réponse de le 21/03/2012 à 15:41 :
TARTARIN et Russian
J'appelle les commentateurs comme ce Russe des "putains". ou comme on a eu en 1940-44 des "collabos" qui tourneront leur veste au moindre changement.
Je ne suis pas un expert mais je vais en Russie (à Orenburg) tous les ans depuis 1997. Mes oreilles et mes yeux fonctionnent toujours bien. D'ailleurs là-bas on m'a donné un produit pour les cataractes qui est merveilleux (à presque 73 ans ma vue s'améliore). Je n'ai presque plus besoin de lunettes pour la lecture. Entr' autre; j'en ai fait confectionner une deuxième paire (meilleure que les françaises m'ayant coûté 800 ? pour 80 ? (visite médicale, verres spéciaux et étui; tout compris). Quand je commente, je me base sur des faits vécus et concrets...Si l' obtention de visa était plus facile, je passerais huit mois par an en Russie et je conseille aux jeunes français qui craignent pour leur avenir d'apprendre l'anglais et le russe. J'adore la France, mais je méprise ceux et celles qui la gouvernent, la gèrent et l'informent ...Jean-Claude Meslin
a écrit le 01/03/2012 à 19:53 :
aspîrations....avec un "i" circonflexe !!!! Les autres erreurs sont plus ou moins acceptables, encore que....mais là, taper sur la touche circonflexe et sur le i, il faut vraiment que vous n'abusiez plus de boisson alcoolisée pour vos déjeuners...
a écrit le 01/03/2012 à 18:54 :
Vous êtes vous relu, Monsieur Roche, avant d'envoyer cet article ? Non ? Vous devriez...
a écrit le 01/03/2012 à 18:43 :
Typos: lmégislatives, Dmitri, fermété, pétrtoliers, l'élmergence, capitalmisme, puiblique, d'énerormes.
Je dois en rater, cela en fait beaucoup.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :