Le choix surprise de Barack Obama pour la présidence de la Banque mondiale

 |   |  419  mots
Barack Obama et Jim Yong Ki lors de la nomination de ce dernier au poste de président de la Banque mondiale / AFP
Barack Obama et Jim Yong Ki lors de la nomination de ce dernier au poste de président de la Banque mondiale / AFP
Le président américain a choisi Jim Yong Kim pour succéder à Robert Zoellick à la tête de l'institution d'aide au développement. Les pays émergents espèrent élire un de leur représentant.

Le prochain président de la Banque mondiale devrait s'appeler Jim Yong Kim. Cet américain d'origine coréenne qui dirige la prestigieuse université Dartmouth, vient d'être choisi par la Maison Blanche pour succéder à Robert Zoellick, l'actuel président de l'institution d'aide au développement qui quittera ses fonctions le 30 juin. Cette nomination constitue une surprise dans la mesure où son nom n'avait pas été mentionné parmi ceux des possibles candidats des Etats-Unis.

Selon une source proche de la Banque mondiale, citée par l'AFP, la Maison Blanche a vraisemblablement mis "une pression colossale sur Hillary Clinton", la secrétaire d'Etat du président Obama, mais celle-ci avait dit aspirer à se mettre en retrait de la vie politique après la fin du mandat présidentiel en cours.  Une nomination de Susan Rice, actuelle ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, semblait plus plausible, même si celle de Lawrence Summers, ancien secrétaire au Trésor, n'était pas exclue.

En vertu d'une règle non-écrite, la présidence de la Banque mondiale a toujours échu à un Américain tandis que celle de son institution jumelle, le Fonds monétaire international (FMI) revenait à un Européen. La prééminence des Occidentaux est cependant de plus en plus ouvertement contestée. Le Brésil a suggéré le 15 février dernier, le jour même où Robert Zoellick annonçait qu'il abandonnerait ses fonctions fin juin, qu'il soit remplacé par un représentant des pays émergents.

Lors de la succession ouverte au FMI par la démission de Dominique Strauss-Kahn en mai, les émergents avaient demandé que les Européens cèdent la place mais s'étaient finalement ralliés majoritairement à Christine Lagarde. Les Etats-Unis n'entendent pas abandonner leur chasse gardée de la Banque Mondiale. L'administration américaine avait indiqué le 15 février qu'elle ferait connaître son candidat rapidement.

Médecin et anthropologue formé à Harvard, Jim Yong Kim, né il y a 52 ans à Séoul, la capitale de Corée du Sud, a émigré aux Etats-Unis avec ses parents à l'âge de cinq ans, selon sa notice biographique sur le site internet de Dartmouth. Ancien directeur chargé du dossier du sida à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), il assurait depuis 2009 la présidence de l'université Dartmouth, un établissement privé parmi les plus prestigieux des Etats-Unis et installé depuis le milieu du XVIIIe siècle à Hanover (New Hampshire, nord-est). Parmi les anciens élèves de cette université figure en particulier l'actuel secrétaire au Trésor, Timothy Geithner.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :