Chine : Bo Xilai déchu du bureau politique du Parti communiste

 |   |  293  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Bo Xilai, étoile montante de la politique chinoise jusqu'à son limogeage en mars de son poste de chef du Parti communiste de la ville-province de Chongqing, a été suspendu du Bureau politique du Parti communiste, a annoncé mardi l'agence de presse Chine nouvelle.

Bo Xilai, étoile montante de la politique chinoise jusqu'à son limogeage en mars de son poste de chef du Parti communiste de la ville-province de Chongqing, a été suspendu du Bureau politique du Parti communiste, a annoncé mardi l'agence de presse Chine nouvelle. Son épouse est par ailleurs soupçonnée d'implication dans le meurtre d'un ressortissant britannique sur la mort duquel l'enquête a été rouverte, et elle a été remise aux autorités judiciaires, a ajouté l'agence.

"Le camarade Bo Xilai est soupçonné de sérieuses violations de la discipline et le Comité central du parti communiste chinois a décidé de suspendre sa participation au Bureau politique et au comité central" du PCC, a expliqué l'agence officielle, selon laquelle Bo Xilai a été soumis à une enquête, apparemment pour corruption.

La fin brutale d'une longue ascension

Bo Xilai était membre du puissant Politburo de 25 membres et espérait intégrer, au prochain Congrès du PCC cet automne, son comité permanent de neuf membres qui dirige la Chine, avant de voir sa carrière brutalement arrêtée. Bo Xilai avait été fragilisé en février par la chute de son adjoint, Wang Lijun, sanctionné après sa rocambolesque visite dans un consulat américain où il aurait tenté d'obtenir l'asile politique. Une affaire qui avait défrayé la chronique.

Par ailleurs, la police chinoise a rouvert l'enquête sur la mort d'un Britannique après avoir découvert des éléments sur l'implication de l'épouse de Bo Xilai, a annoncé Chine nouvelle. Bo Kailai, épouse du dirigeant charismatique et controversé, a été "remise aux autorités judiciaires et est soupçonnée de l'homicide volontaire" de Neil Heywood, mort à Chongqing en novembre, a précisé l'agence officielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2012 à 21:42 :
Une larmichette pour le pauvre camarade Bo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :