La Corée du Nord veut mettre au point une fusée plus puissante

 |   |  431  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Le tir d'une fusée nord-coréenne la semaine dernière s'inscrit dans un programme spatial de cinq ans lancé par le régime communiste au nom de son "développement économique" et destiné à produire un lanceur encore plus puissant, a rapporté lundi un journal pro-Corée du Nord.

Les provocations de la Corée du Nord continuent. Après le lancement raté d'une fusée la semaine dernière, la presse pro-régime a dévoilé que ce tir s'inscrivait dans un programme spatial de cinq ans. L'objectif officiel : développer l'économie du pays. Ainsi, le journal Choson Sinbo rapporte que Pyongyang espère produire un lanceur encore plus puissant que l'Unha-3 qui a explosé vendredi deux minutes après le décollage.  "Les scientifiques et les ingénieurs (nord-coréens) ne renonceront jamais" malgré leur échec, assure le Choson Sinbo.

Le président sud-coréen Lee Myung-bak a mis en garde lundi contre une course à l'armement ruineuse pour le régime communiste, en proie à des pénuries alimentaires chroniques. "La Corée du Nord peut s'imaginer pouvoir menacer le monde et promouvoir son unité interne grâce aux armes nucléaires et aux missiles, alors qu'en réalité ils lui font courir de plus grands dangers", a déclaré le chef de l'Etat sud-coréen dans un discours à la radio. "Nous avons clairement vu dans l'Histoire que l'Union soviétique s'était effondrée en s'engageant dans la course à l'armement", a-t-il ajouté.

Un fiasco de 850 millions de dollars

Pyongyang a procédé vendredi au tir manqué d'une fusée censée, selon le Nord, mettre en orbite un satellite civil d'observation terrestre, ce que les Etats-Unis considèrent comme un tir d'essai de missile balistique à longue portée. Ce fiasco a coûté quelque 850 millions de dollars (652 millions d'euros), de quoi acheter 2,5 millions de tonnes de maïs et nourrir pendant six ans les quelque 6 millions de Nord-Coréens nécessiteux (sur 24 millions), selon l'ONU , a affirmé le président Lee.

La Corée du Nord a connu une famine dans les années 1990 au cours de laquelle des centaines de milliers de personnes auraient péri. "Le seul moyen de survie pour la Corée du Nord est de renoncer aux armes nucléaires et de coopérer avec la communauté internationale dans le sens de la réforme et de l'ouverture", a plaidé Lee Myung-Bak.

Les Occidentaux et leurs alliés asiatiques, le Japon et la Corée du Sud, accusent Pyongyang de détenir plusieurs bombes nucléaires et de procéder à des essais atomiques afin de parvenir à les miniaturiser et les installer sur des missiles. Ils craignent que le régime ne veuille laver l'affront du tir manqué de la fusée en procédant à un nouvel essai nucléaire, comme il l'avait fait en 2006 et 2009, s'attirant les sanctions de la communauté internationale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2012 à 16:16 :
Une fusée plus puissante (avec un ogive dedans?) pour qu'elle tombe encore à l'eau.
C'est curieux de constater un fiasco financier pour la Corée du Nord quand le fiasco US pour ses guerres est incroyablement démesuré. Souvenez vous des rallonges trimestrielles de 90 milliards demandées au Congrès par GW Bush. On doit toujours être dans les mêmes eaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :