Le FMI retrouve un peu d'optimisme pour la croissance mondiale

 |   |  696  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fond monétaire international relève sa prévision de croissance mondiale à 3,5% pour 2012. L'institution internationale appelle les États à soutenir leur niveau de production. C'est notamment le cas en Europe où la zone euro devrait connaître un niveau de récession moins grave que prévu.

Le Fonds monétaire international retrouve un peu d'optimisme pour l'économie mondiale. L'institution internationale a relevé ses prévisions de croissance pour cette année à 3,5% contre 3,3% lors de son estimation de janvier. Pour 2013, ces prévisions passent à 4,1% contre 3,9% auparavant.

"A mesure que la crise s?écoule, et que les bonnes nouvelles arrivent à propos de l?économie américaine, un certain optimisme revient", écrivent les rédacteurs du rapport sur les perspectives de l'économie mondiale publié ce mardi. Le FMI note les effets positifs de la restructuration de la dette grecque sur la crise en Europe. Il salue également les plans d'austérité en Espagne et en Italie.

Toutefois, ces bonnes nouvelles sont tempérées par une mise en garde: "Même en l'absence d'une nouvelle crise en Europe, la plupart des économies avancées sont confrontées à des freins majeurs à la croissance. Et le risque d'une nouvelle crise est toujours très présent", prévient l'organisme. Parmi les scénarios pris en compte: une hausse du prix du pétrole de plus de 50%, qui aurait pour conséquence de réduire la croissance mondiale de 1,25%. En raison de l'incertitude géopolitique, une forte inflation des prix pétroliers n'est pas exclue.

Récession modérée en Europe

La zone euro devrait connaître une récession modérée en 2012, l'activité se contractant de 0,3%, puis renouer avec la croissance en 2013 avec une taux de 0,9%, selon le FMI qui anticipait une contraction de 0,5% et une croissance de 0,8% en janvier. "La récession devrait être peu profonde et de courte durée dans de nombreuses économies de la zone euro sachant que la confiance et les conditions sur les marchés se sont déjà améliorées et que la demande en provenance d'autres régions devrait se renforcer", indique le FMI dans son rapport. Selon ses prévisions, les deux premières économies de la zone euro devraient connaître une croissance légèrement meilleure que prévue cette année, avec un Produit intérieur brut de de 0,6% pour l'Allemagne (contre 0,3% envisagé par le FMI en janvier) et de 0,5% pour la France (contre 0,2%).

Pour le FMI, l'Europe doit à la fois prendre garde à ce qu'une crise de la dette souveraine ne se reproduise pas - ce qui pourrait réduire sa croissance de 3,5 points en deux ans dans la zone euro - et préserver ses leviers de croissance. Aussi l'institution demande-t-elle aux membres de l'Union européenne de se montrer prudents sur le rythme de la réduction des déficit budétaires et les appellent à recapitaliser leurs banques. Avec les Etats-Unis et le Japon, ils sont en outre incités à mettre en place de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Prévisions relevées pour les Etats-Unis

Pour la première économie mondiale, les prévisions sont relevées à 2,1% en 2012 et 2,4% l'année prochaine.  Le FMI prévoyait auparavant une hausse du PIB américain de 1,8% pour 2012 et 2,2% pour l'année suivante . Le taux de chômage aux Etats-Unis devrait se stabiliser sur son niveau actuel de 8,2% cette année pour baisser à 7,9% en 2013. L'économie américaine "s'en sort par ses propres moyens", avec l'amélioration des conditions intérieures, estime le FMI qui relève que le rythme de croissance demeure contraint par l'endettement des ménages, le niveau élevé du chômage et un marché immobilier déprimé.

Mais le sort de l'Europe aura des conséquence outre-Atlantique, avec 1,5 point de croissance perdus en cas de nouvelle crise dans la zone euro. Par ailleurs, les Etats-Unis sont aussi confrontés au nécessaire ajustement de leurs finances publiques, rappelle le FMI . "Un tel ajustement massif pourrait siginificativement saper la reprise économique", estime-t-il.

8,2% de croissance en Chine

Enfin, les économies émergentes et en développement devraient dans l'ensemble enregistrer une croissance de 5,7% cette année et de 6,0% en 2013 contre 5,4% et 5,9% attendus en janvier. La Chine voit sa prévision de croissance de l'économie chinoise a été confirmée à 8,2% cette année et 8,8% en 2013. Malgré un ralentissement attendu des exportations, l'investissement et les dépenses des ménages devraient soutenir une croissance qui reste très élevée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2012 à 10:42 :
bel exemple du principe de Peters.
elle avait démontré sa nullité en France et certains l'ont catapulté à un poste encore plus important !
c 'est tout bonnement honteux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :