Zone euro : la croissance sera faible jusqu'au troisième trimestre, au moins

La zone euro, qui traverse une courte récession depuis fin 2011, devrait en sortir au printemps mais son économie devrait stagner au moins jusqu'au 3e trimestre, selon les prévisions d'instituts de conjoncture français, allemand et italien publiées mardi.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)

Après un hiver de récession, un long printemps maussade s'annonce. Selon les prévisions publiées ce mardi par trois instituts de conjoncture (Ifo, Insee, Istat), la zone euro devrait sortir au printemps de la récession dans laquelle elle est plongée depuis le 4è trimestre 201. Mais son économie devrait stagner au moins jusqu'au troisième trimestre.

L'Insee, l'Ifo et l'Istat confirment leur prévision d'un recul du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro de 0,2% au premier trimestre de cette année, après une diminution de 0,3% au dernier trimestre 2011 conforme à ses précédentes estimations. "La demande externe et la demande interne se sont repliées. La crise des dettes souveraines s'est transmise à l'économie réelle via le renchérissement du crédit, et l'investissement privé s'est replié de 0,5%", écrivent-ils.

L'austérité et le chômage pèsent sur la croissance

Pour la suite, les trois instituts tablent sur une stagnation au deuxième trimestre (+0%) puis sur une très faible croissance de 0,1% au troisième. "L'activité se rétablirait lentement", "mais la croissance reste faible", estiment-ils. Selon ces instituts, la zone euro pâtit toujours de freins, car la réduction des déficits publics et la dégradation du marché  du travail "pèsent sur la consommation", qui a diminué de 0,5% au quatrième trimestre.

Selon les instituts, "l'apaisement des tensions financières n'améliorerait que lentement les conditions d'octroi de crédit, et l'investissement resterait atone".

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 03/04/2012 à 18:24
Signaler
La croissance n'existent si et seulement si l'acquéreur a les moyens d'acheter ce qu'il a envie soit par l'emprunt soit par l'épargne, c'était le cas de l'Europe vis a vis de la Chine mais maintenant c'est la Chine qui se rembourse sur le client...

à écrit le 03/04/2012 à 16:53
Signaler
Compte tenu des taxes en tous genres qui pèsent sur les entreprises et sur les particuliers, la croissance sera toujours faible pour ne pas dire inexistante d'une part et le chômage s'aggravera d'autre part. Et cela particulièrement en France comme e...

le 03/04/2012 à 17:41
Signaler
Merci de nous rappeller que l'euro est une véritable prison. Je suis étonné qu'il y ait si peu de gens qui en parle! La camisole médiatique est bien fisselée.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.