Le désendettement de la France se profile mais...

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
La dette italienne pourrait également reculer estime le Fonds monétaire international. Toutefois, cette prédiction est fragile. Pour qu'elle se réalise, il faut que les taux d'intérêts restent bas et que la croissance reparte. L'institution redoute les "petits chocs", c'est à dire d'éventuelles dérives budgétaires liées à certaines promesses électorales audacieuses.

C?est une bonne nouvelle pour les générations futures. Selon le Fonds monétaire international (FMI) dirigé par Christine Lagarde, la dette d?une soixantaine de pays dont la France et l?Italie devrait continuer à s?élever jusqu?en 2013 avant de stabiliser puis de reculer. En France, le pic serait de 90,8% en 2013. En Italie, il atteindrait 123,8%. "Cependant, cette anticipation repose dans beaucoup de cas sur l'hypothèse d'un maintien d'un différentiel entre taux d'intérêt et croissance très favorable sur les quelques années à venir dans la plupart des pays, malgré les niveaux élevés d'endettement", ont prévenu les économistes du FMI dans le "Moniteur des finances publiques" semestriel. Selon eux, "pour beaucoup d'économies avancées, y compris la France, l'Italie et le Royaume-Uni, il ne suffirait que de petits chocs [...] pour empêcher la stabilisation de la dette à moyen terme".

"La persistance de taux d'intérêt historiquement bas" n'est pas garantie. Explication:  "la disponibilité d'une base d'investisseurs stable" (banques centrales, fonds de pension, assureurs) dont la fidélité "ne devrait pas être tenue pour acquise", a relevé le FMI. En revanche, aux Etats-Unis et au Japon, la probabilité que la dette publique progresse est très élevée. Elle atteindrait les niveaux record de 113% aux Etats-Unis et de 256,6% en 2017.

Petits chocs ou promesses électorales audacieuses ?

Malgré les incertitudes qui les entourent, ces prévisions peuvent-elles apaiser les marchés qui, selon la majorité actuelle, seraient prêts à s'affoler en cas de victoire de François Hollande, le candidat socialiste ?  En tout ca, le  FMI redoute « les petits chocs » qui pourraient détruire son bel édifice économétrique, il désigne certainement à mots couverts les éventuelles dérives budgétaires qui pourraient intervenir après le second de l?élection présidentielle. Parmi ces dérives, on peut citer la création immédiate de 60.000 postes dans l?éducation nationale promise par François Hollande ou le déblocage de 900 millions d?euros pour la Corse promis par Nicolas Sarkozy. Une mesure de dernière minute qui vient alourdir le coût du programme du candidat sortant qui, selon l?Institut Montaigne, a été, comme celui de son rival socialiste, largement sous-estimé.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2012 à 20:53 :
comme le dit DALIDA : des mots rien que des mots
a écrit le 17/04/2012 à 12:58 :
le déficit budgétaire a reculé ,il était prévu à 5.6 et finalement c'est5.2 du PIB ,malgré une croissance inférieure à ce qui était prévu. en 2008 nous empruntions a 4.5 ,aujourd'hui à 3.3. Les programmes des uns et des autres ne vont pas dans le sens qu'il faudrait ,surtout si embauche de fonctionnaires ,et le recule de l'âge de la retraite ,nous serons sanctionnés
Réponse de le 17/04/2012 à 16:54 :
Ce qui ne recule pas, ce sont les ballivernes des menteurs politiques de l'UMP.
a écrit le 17/04/2012 à 12:13 :
C'est curieux cette tendance qu'ont tous les candidats à vouloir acheter les voix avec l'argent des autres.
a écrit le 17/04/2012 à 12:06 :
C'est absolument faux, la France ne peut pas se désendetter tant que le déficit budgétaire et le déficit d'exportation ne sont pas enrayés. Le Fonds monétaire international (FMI) et Christine Lagarde sont pris en défaut de mensonge. Celà mérite une éviction, un limogeage de Mme Lagarde sans attendre plus longtemps.
Réponse de le 17/04/2012 à 13:07 :
Il ne faut surtout pas effrayer les investisseurs, voyons ! Le désendettement ? Pfff ! Ce sera 1 ou 2% de croissance perdue pendant 1 ou 2 années, rien de plus !!! Allez, regardez en Grèce, tout est rentré dans l'ordre ! Voyez l'Espagne, elle reprend le chemin de la croissance et puis l'Italie, elle ne s'en sort pas si mal !!! La France ? Oh, mais, regardez les taux des OAT, on n'a rien à craindre !!! Les mouvements de capitaux des pays du sud vers les pays du nord ? Bah, ce n'est qu'une conséquence passagère de la crise de l'Euro, rien d'alarmant ! Dormez tranquille, le FMI, Bruxelles, la BCE veillent !
Réponse de le 17/04/2012 à 18:48 :
Pour vous résumer: pffff, oh, bah... FMI ! Donc...
Réponse de le 17/04/2012 à 19:23 :
C'est vrai que c'est n'importe quoi ses affirmations.
Le déficit prévu est de 90,8% fin 2012. Pour qu'il atteigne 90,8% fin 2013, il faudrait un budget exédentaire en 2013ou changer le mode de financement de la dette pour emprunter en dessous du taux de croissance prévu en 2013: (1%?). Si on ne change pas le mode de finacement de la dette par le marché il y a 95% de chances que la dette dépasse les 100% à la fin du quinquenat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :