L'Espagne renoue avec la récession

 |   |  361  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Le PIB de l'Espagne a reculé de 0,3% au premier trimestre par rapport au dernier trimestre 2011, où il avait déjà baissé de 0,3%, ce qui confirme le retour officiel du pays en récession, selon les chiffres provisoires publiés lundi.

Ce n'est pas une surprise, mais c'est maintenant officiel : l'Espagne, comme plusieurs pays européens, notamment le Royaume-Uni, entre de nouveau en récession. Selon les chiffres officiels, le PIB a reculé de 0,3% au premier trimestre, après un recul similaire au dernier trimestre de 2011. Etant donné qu'il faut deux trimestres consécutifs de recul du PIB pour qu'un pays soit considéré en récession, l'Espagne rejoint officiellement le club des pays européens en difficulté.

Cette tendance avait déjà été pressentie par le gouvernement lui-même et nombre d'économistes, tandis que la Banque d'Espagne, plus pessimiste, tablait, elle, sur un repli de 0,4% du PIB. Dans un communiqué, l'Institut national de la statistique (Ine) explique que cette situation est "la conséquence d'une contribution plus négative de la demande nationale (notamment, la consommation des ménages, ndlr), compensée partiellement par une contribution positive de la demande extérieure (exportations et tourisme, ndlr)".

Chômage, dette, récession : le cocktail perdant de l'Espagne

L'Espagne, privée dès 2008 de son moteur, la construction, au moment même où éclatait la crise internationale, oscille depuis entre récession et croissance atone, tandis que le nombre de sans-emploi monte régulièrement. Ce dernier a atteint au premier trimestre le taux historique de 24,44% de la population active.

Le gouvernement espagnol a reconnu vendredi vivre "peut-être un des moments les plus durs pour son économie" mais s'est voulu optimiste pour l'avenir. Le ministre de l'Economie Luis de Guindos, qui prévoit un PIB amputé de 1,7% en 2012, dont les deux premiers trimestres négatifs, a ainsi promis une sortie de la récession en 2013, avec une hausse de 0,2% du PIB, avant selon lui de renouer franchement avec la croissance (+1,4% en 2014, +1,8% en 2015).

Certains économistes prévoient sept trimestres de baisse de l'activité

La Fondation des caisses d'épargne (Funcas), plus pessimiste, attend sept trimestres de baisse de l'activité (en incluant le dernier trimestre 2011), ce qui augure d'une sortie de récession au second semestre 2013. Pour Commerzbank, l'Espagne sera le seul pays en zone euro encore dans le rouge en 2013, prévoyant -0,3%. Natixis prédit -0,5%, tout comme Standard and Poor's.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :