Croissance et austérité sont conciliables, selon le directeur général adjoint du FMI

Pour le numéro 3 du Fonds monétaire international (FMI), l'Europe peut conjuguer croissance et austérité. Et les possibilités pour encourager la croissance sont multiples.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

Le numéro trois du Fonds monétaire international (FMI), le Chinois Zhu Min, s'est dit jeudi convaincu que l'Europe pouvait conjuguer "croissance et austérité". "Tout le monde parle de l'austérité contre la croissance. Je ne pense pas que ce soit un choix entre l'un ou l'autre", a déclaré Zhu Min lors d'une conférence à Washington. "Nous avons besoin d'avoir les deux, nous devons avoir les deux, et nous pouvons avoir les deux", a-t-il estimé. D'un côté, "les politiques pour la demande: dans tout pays qui a la place pour le faire, stimulons la demande, puisque la loi d'Okun fonctionne toujours. La demande est le moteur de l'emploi", a expliqué le directeur général adjoint du FMI. La loi d'Okun, du nom d'un économiste américain keynésien, décrit la relation entre activité économique et emploi.

Beaucoup de possibilités pour encourager la croissance

"Mais dans le même temps, il y a beaucoup de politiques pour l'offre que l'on peut mener. Nous venons d'achever une étude sur la manière d'encourager la croissance en Europe. Et elle conclut qu'il y a beaucoup de choses que l'on peut faire", a relevé le numéro 3 du FMI. Il a cité "la réforme du marché du travail", celle des retraites, "les mesures de dérégulation". Selon lui, "si on se penche très attentivement sur les réformes structurelles, notre estimation est que nous pourrions réduire de moitié l'écart" entre le produit intérieur brut et le PIB potentiel. "Ce que cela signifie, c'est qu'en Europe, on pourrait accroître de 4,5% le PIB sur les cinq prochaines années" par rapport à la projection sans ces réformes structurelles, a-t-il expliqué.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 19/05/2012 à 14:44
Signaler
La "croissance" risque surtout d'apporter une réponse inadaptée au problème des pays comme à celui des personnes. Et lorsqu'on apporte une réponse inadaptée à un problème, on amplifie le problème.

à écrit le 18/05/2012 à 18:08
Signaler
Voilà deux fois que j'essaie de ditre ce que je pense de ces préconisations ultra-libérales. Voilà deux fois que je suis censuré !

à écrit le 18/05/2012 à 18:06
Signaler
Les néo-libéraux, le FMI et autres institutions du même type ne peuvent pas proposer autre chose que la précarisation du travail, l'appauvrissement des retraités, la suppression des services publics...Un vaste retour en arrière sur deux siècles de lu...

à écrit le 18/05/2012 à 17:59
Signaler
On ne peut pas attendre du FMI autre chose que ce que dit mr Zhu Min, c'est à dire des médications à base d'ultralibéralisme. la réforme du marché du travail, c'est le retour aux conceptions du XIX ième siècle en matière de relations sociales, et pui...

à écrit le 18/05/2012 à 17:58
Signaler
Les "réformes structurelles" auxquelles pensent F. Hollande et A. Merkel sont inconciliables. Les Américains ont tout interet a privilegier celles de F. Hollande, car de nouvelles injections d'argent dans les pays de l'euro feraient l'affaire du doll...

à écrit le 18/05/2012 à 15:04
Signaler
Quelle croissance ? La France est le pays le plus taxé au Monde. Aucun avenir pour la jeunesse. Ceux qui veulent créer des emplois et de la richesse ont tout intérêt à quitter le pays. C'est la triste réalité.

à écrit le 18/05/2012 à 11:04
Signaler
Bla, BLA, BLA....L'Europe n'est pas la Chine, en Europe il y a des democraties alors ses "on pourrait " ou ses " beaucoup de choses que l'on peut faire," sonnent creux, Ne parlez pas de ce que vous ne connaissez pas, Mr Zhu Min.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.