Grèce : le FMI évoque un scénario de sortie de l'euro

 |   |  387  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international envisage la possibilité d'une "sortie ordonnée" de la Grèce de la zone euro. Elle s'exprimait sur France 24 ce mardi, peu après l'annonce de l'échec d'une dernière tentative pour former un gouvernement à Athènes, entraînant le pays vers de nouvelles élections.

Au tour du FMI d'envisager une Grèce hors de l'euro. Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a évoqué une telle possibilité ce mardi sur France 24. "Si les engagements n'étaient pas tenus, il y a des révisions appropriées à faire et cela ça veut dire soit des financements supplémentaires et du temps supplémentaire soit des mécanismes de sortie, qui devrait être une sortie ordonnée dans ce cas", a-t-elle affirmé. "C'est quelque chose qui serait extraordinairement coûteux", a-t-elle reconnu tout en expliquant qu'il fallait y penser. Cela "fait partie des options qu'on est obligé de regarder techniquement", a-t-elle prévenu.

Une telle éventualité est d'autant plus envisageable qu'à Athènes, les négociations en vue de former un gouvernement ont à nouveau échoué ce mardi, ce qui conduira à de nouvelles élections législatives. L'enjeu principal de ce scrutin sera la poursuite ou non de la politique de rigueur budgétaire imposée par les créanciers du pays dont fait partie le FMI et qui conditionne le versement d'aides cruciales.

Lagarde prête à examiner le programme " à la marge"

Si Chrisitine Lagarde a reconnu que la Grèce avait "engagé des réformes importantes" et fait "un certain nombre de sacrifices", elle estime que "tout envoyer promener sur un désaccord politique profond c'est vraiment très dommage pour le peuple grec". Le plan prévu par la "Troïka" (FMI, Banque centrale et Union européennes) pourra être réexaminé "à la marge" , a avancé la patronne de l'Institution internationale, mais "pas dans les fondamentaux". Et, dans ce dernier cas, "il n'y a pas 36 solutions malheureusement", a-t-elle regretté avant de conclure que la décision appartenait aux grecs et aux membres de la zone euro.

Parmi ces derniers, la France et l'Allemagne doivent reprendre leurs discussions à ce propos, mis entre parenthèses pendant l'élection présidentielle française. François Hollande, à peine investi doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel dans la soirée. Côté allemand, le scénario d'une sortie de la Grèce avait été évoqué par le ministre des Finances Wolfgang Schäuble, mais, ce mardi, Guido Westerwelle, le chef de la diplomatie allemande a rappelé la volonté de son gouvernement que "la Grèce fasse partie de la zone euro"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2012 à 23:55 :
@ Héline vous avez entièrement raison, vous dites la Vraie Vérité
a écrit le 16/05/2012 à 21:45 :
Maintenant que celui qui a régulièrement sauvé le monde a été renvoyé dans ses foyers par les électeurs, c'est effectivement la seule voie possible!!
Réponse de le 17/05/2012 à 0:07 :
Vous parlez du "pompier pyromane" qui se prenait pour un Napoléon des temps modernes ?!? Vu le désastre laissé derrière lui, après cinq ans de clientélisme politique, je le préfère en vacances, pour toujours !
a écrit le 16/05/2012 à 18:04 :
Il serait temps que l'Europe se mette en mouvement pour d'abord clarifier quelle solidarité elle souhaite mettre en ?uvre entre les citoyens européens et quelle politique sociale à la place de la concurrence au moins disant social qui est la règle actuelle.
A partir de cela on pourra clarifier comment elle s'organise pour piloter la concurrence et le système financier et, aussi, coordonner les budgets européens, nationaux, régionaux. Et dans le cadre de la Grèce on pourra alors dire si oui ou non elle fait partie de la famille et à quelles conditions (taxation de certains?) elle sera secourue.


a écrit le 16/05/2012 à 14:03 :
Mais que les grecques fassent donc comme les Islandais : Qu'ils n'acceptent pas de payer les dettes des banques, qu'ils dévaluent et conduisent les banquiers devant les tribunaux !! ce n'est pas aux citoyens de payer les salop.....des banqiers !!!
Réponse de le 16/05/2012 à 14:24 :
Quant on n'y connait rien il vaut mieux s'abstenir. C'est l'état Grec qui est endetté. Les difficultés rencontrées par les banques sont consécutives au non remboursement des prêts qu'elles ont consenti aux états.
Qui dévalue ? Les banques ? Première nouvelle.
Réponse de le 16/05/2012 à 16:54 :
J'adore lire les commentaires de La Tribune, juste pour voir à quel point certains veulent jouer aux experts !!!

" qu'ils dévaluent et conduisent les banquiers devant les tribunaux !! "

Du grand n'importe quoi !!! Je te conseil la lecture d'un bon ouvrage de théorie monétaire et bancaire, vous pourrez ainsi vous exprimer en toute sagesse mon cher VoltR
a écrit le 16/05/2012 à 13:42 :
comment la grèce peut elle s'en sortir si son peuple vote extrême ? si le petit peuple est ponctionné jusqu'à l'os .... imposer une rigueur êxtrème par l'europe est difficile : essayez donc d'imaginer - pas d'autre solution ...
a écrit le 16/05/2012 à 11:47 :
La Grèce ne sortira pas de la zone euro ; c'est comme en management il faut toujours au moins avoir un bras cassé dans son équipe ; sinon ou va la responsabilité du désordre ; pas à la France ou à l'Allemange quand même. Rassurez-vous, la nature profonde du capitalisme, c'est la crise qui ne sert qu'à vous faire payer plus d'impôts ; principalement lorsque les fiscalos-socialos sont au pouvoir. Le socialisme est le plus grand allié du capitalisme ; c'est curieux lorque le socialisme arrive au pouvoir le capitalisme va mieux. Va comprendre Charles : et oui la politique se fait maintenant à la corbeille.
a écrit le 16/05/2012 à 11:41 :
C'est quoi au juste ce carnaval ? Avec quoi les Grecs pourraient s'en sortir ? Qu'ils renstent, qu'ils partent mais de grace qu'on nous "foutes" la paix avec eux.
Réponse de le 16/05/2012 à 13:51 :
50 milliards euros pour la FRANCE S'ILS SORT DE L?EURO.
a écrit le 16/05/2012 à 10:48 :
Marine LEPEN disait vrai, mais les Français sont ignares et tourne leur veste en permanence ne cultivant pour certain que leur intérêt personnel, et non l'intérêt général, maintenant il va falloir passer à la caisse, et revenir à la cas départ, le grand monopoly financier rigole...
a écrit le 16/05/2012 à 10:45 :
Cela fait plus de 1 an que la sortie de la Grèce est prévu, mais le système bancaire international et tout les vautours de la finance, ont préférés saignés et dépecés la Grèce jusqu'à l'os. Maintenant le Portugal, Espagne, Italie, et la France la cerise sur le gâteau, le plus gros poisson. Les Grecs ont tenue bon, rien dans les médias ne filtre, à part des inepties du genre les "Grecs c'est des fainéants". Mais ils sont tous descendus dans la rue et ils connaissaient leurs ennemis, les politiques et les banquiers et ils ont tout cassés, brûlés des banques et agressés les politiques physiquement, notamment le ministre du commerce Grecs. Les Portugais, Espagnol et Italien c'est peut-être des pays du club med, mais les Espagnols on inventés la Guérilla (Napoléon s'en souvient encore), alors si le souhait des banquiers c'est de voir les pays d'Europe à feux et à sang et les voir s'entretuer, ils se trompent les peuples se retourneront contre eux et non contre les immigrés bouc émissaire que ces mêmes banquiers font venir en Europe massivement avec la complicité des élites Européennes qui ne sont que des pions entre leurs mains. Nous ne sommes pas dupes.
a écrit le 16/05/2012 à 10:28 :
Qu'elle commence par donner sont salaire de plus de 500 000 dollars par an, certain on besoin de seulement 100 euros pour finir leur fin de mois, c'est à vomir, mais les peuples se réveillent, le 21 décembre 2012 sera l?émergence d'une nouvelle conscience mondial, et pour sur la fin du système bancaire actuel.
Réponse de le 16/05/2012 à 13:28 :
Vive l anarchie ! Haut les flingues ! Vous devriez partir vivre en corée du nord et monter un business type kolkhoze, il y a de l avenir...
a écrit le 16/05/2012 à 10:20 :
Si les Grecs ne comprennent pas qu'ils doivent cesser leurs errements politiciens et se mettre au boulot avec courage et acharnement, au moins ne pourront-ils plus prétendre qu'ils n'avaient pas été prévenus. L'Etat grec peut décider de perdre son honneur, de rompre sa parole, de perdre toute souveraineté, mais il devra assumer pleinement les conséquences de ce choix.
a écrit le 16/05/2012 à 9:40 :
"Sortie ordonnée" de la Grèce de l'Euro ! Mme Lagarde se moquerait-elle en plus des peuples ? Après un désordre anarchique qui a tout de même et qui continue de profiter à beaucoup de ses amis partenaires financiers, bancaires, spéculateurs des groupes et compagnies elle tâche de nous faire avaler ce cuisant échec. Qui de plus en annonce d'autres...les gouvernances libérales sont toutes responsables et vont le payer jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à la conclusion de leurs gestions irresponsables et contre l'intérêt général des peuples épris de justice sociale et de paix. Notre jour viendra !
a écrit le 16/05/2012 à 8:55 :
Fascinante Mme Lagarde qui se serait traitée elle-meme " d'irresponsable " ou de "semi-folle" si elle avait tenu ce genre de propos sur une sortie , meme ordonnée, d'un pays de la zone euro il y a 2 ans .

Il y a du Le Pen dans le discours de Mme Lagarde désormais : comme les temps changent !......................................................................
Finalement les plus lucides ne sont pas ceux qui voulaient se faire passer pour des "experts" depuis tant d'années !!..................................................................
Le durcissement de la crise fait tomber les masques , certes un peu tard !
Réponse de le 16/05/2012 à 9:05 :
+ 1
Nos "décideurs" n'ont aucune compétence économique ou industriel, ne maitrise pas leurs dossiers et n'ont pas de vision, pour ces raisons qu'ils changent d'avis et n'ont en fait jamais d'opinion ou de convictions.
a écrit le 16/05/2012 à 8:10 :
Enfin!!! Qu'on virent ces bons à rien dehors!
a écrit le 16/05/2012 à 3:22 :
Chaque Francais a deja paye 1000? pour la Grece. Chaque Grec a recu 33 000? .
C'est bon la !
Réponse de le 16/05/2012 à 9:12 :
si on prend le ratio population active/population totale , c'est plus 1000 euros ! de meme si on rajoute le fait qu'un francais sur 2 ne paye pas d'impots ...
a écrit le 16/05/2012 à 0:09 :
80% des grecs veulent rester dans la zone ?. Mais aux dernières élections ils n'ont pas voté comme la France, L'Allemagne, le FMI et la BCE le souhaitaient. Il faut donc maintenant leur faire peur pour qu'au mois de juin ils votent enfin comme on leur demande.
En réalité , maintenir la Grèce sous perfusion pendant des années ( des décennies peut-être ? ) coutera une fortune , mais les faire sortir , ce serait plonger dans l'inconnu, sans doute dans le chaos , ce serait surement fun mais les grands financiers qui nous dirigent sont des expert comptables en costumes gris , pas des adeptes des sports extrêmes. La Grèce ne sortira pas de la zone ?.

Réponse de le 16/05/2012 à 6:11 :
Il y a eu un "avant l'Europe". Il y aura un "après l'Europe". Qu'on en sorte le plus vite possible. C'est un échec en à peine 10 ans.
a écrit le 15/05/2012 à 23:50 :
Christine Lagarde ? ce nom me dit quelque chose !!! c'est pas elle qui affirmait il y a 3 ou 4 ans que la Grèce rembourserait tout et que l'on pouvait sans crainte , nous endetter un peu plus pour leur prêter ???? c'était pas elle ?
Réponse de le 16/05/2012 à 6:36 :
Si, effectivement. C'est encore elle qui aura les rênes du pouvoir en France d'ici quelque temps, car Flamby considère que l'on peut davantage se surendetter ! :)
a écrit le 15/05/2012 à 21:33 :
Tout ça on s'en tape ce qui compte c'est de réussir à avoir un TOIT et à MANGER alors si les grecs débrouillards y arrivent tant mieux et que les fumistes se démer.... Il serait temps de séparer les pourris qui bousillent tout et partout des gens qui font ce qu'ils peuvent en Grèce ou AILLEURS !
a écrit le 15/05/2012 à 20:59 :
C'est incroyable qu'un scénario de sortie de la Grèce n'ait pas déjà été envisagé. Cela dit, cela semble typique de la politique moderne: incantations et primauté de l'émotion sur la raison. Résultat: on règle les problèmes trop tard, mal, et dans la précipitation.
Réponse de le 15/05/2012 à 23:41 :
En réalité ce "scénario" à été envisage depuis plusieurs année déjà. Il était même inexorable vu le niveau d'imbecilite des plans de relance successifs en contrepartie de mesures d'austérité inapplicables en réalité. Ce qui était tabou à prononcer il y a encore 6 mois ne l'est plus aujourd'hui. D'autres suivront...
a écrit le 15/05/2012 à 20:48 :
Si la grece sort de l euro, elle devrait rembourser tous les prets consentis depuis le depart de cette affaire. on va encore se faire rouler dans la farine !!! y en a marre.
Réponse de le 15/05/2012 à 21:15 :
Et si elle reste dans la zone euro, avez vous envie de payer éternellement?
Une fin dans la douleur n'est-elle pas préférable à une douleur sans fin?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :