Le Sommet de l'OTAN s'ouvre à Chicago sous haute surveillance

 |   |  414  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Barack Obama accueille dimanche et lundi plus de 50 dirigeants du monde entier dans sa ville de Chicago pour un sommet de l'OTAN sous haute surveillance. Il s'agit de définir une stratégie de sortie du conflit afghan. Les forces de l'ordre sont mobilisées pour éviter le dérapage des manifestations annoncées.

La ville de Barak Obama, troisième plus importante ville du pays, est placée sous haute surveillance. Une cinquantaine de dirigeants du monde entier y sont réunis ce dimanche et jusqu'à lundi soir pour le sommet de l'OTAN, ce qui en fait  le sommet "le plus important" depuis la création de l'Alliance il y a plus de 60 ans. C'est par ailleurs le premier sommet à se tenir sur le sol américain depuis une décennie.

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé samedi dans les rues pour réclamer la libération de trois militants. Ces derniers, qualifiés de  "terroristes de l'intérieur des Etats-Unis" par la procureur Anita Alvarez, ont été inculpés pour avoir projeté un attentat contre le quartier général de campagne du président américain Barack Obama à Chicago et la maison du maire  Rahm Emanuel.

Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Chicago et 14 personnes ont été interpellées, la plupart pour des délits mineurs. On attend également une manifestation d'opposants  dimanche midi.

Souhaitant plus que tout éviter les troubles qui avaient marqué les sommets du G20 de Londres et de Toronto, la police et les organisateurs des manifestations ont mobilisé d'importants moyens pour éviter tout débordement.

Réunis dans un palais des congrès ultra-protégé, les dirigeants doivent tenter de dégager une stratégie claire de sortie du conflit afghan après plus d'une décennie de guerre.

La France maintient son projet de retrait d'Afghanistan d'ici à la fin 2012

La France a pour sa part décidé d'accélérer le processus en retirant ses troupes combattantes d'ici la fin de l'année,ce que le nouveau président  François Hollande a confirmé dès son arrivée à Washington vendredi lors d'un entretien avec M. Obama, affirmant que cette promesse faite pendant la campagne électorale n'était "pas négociable"

"J'ai également précisé qu'il y aurait toujours un soutien sous une autre forme", a-t-il précisé. Ces propos interviennent alors que Washington avait dit, jeudi, s'attendre à ce que Paris contribue à la force internationale en Afghanistan (Isaf) jusqu'en 2014 sous une forme encore à définir.

Selon le service de presse de l'OTAN, FrançoisHollande a par ailleurs prévu un entretien bilatéral ce dimanche avec le secrétaire général de l'Otan. De son côté, le président Obama devait s'entretenir avec son homologue afghan Hamid Karzaï.

Le sommet doit démarrer officiellement à 19H15 GMT..

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2012 à 11:22 :
En attendant les anglo saxons ont adoré Valérie Trierweiler
"A 47 ans, Valérie Trierweiler (le chic parisien sans effort), fait mourir de jalousie les femmes françaises et du monde !"
http://t.co/tJcxPKvN

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :