Le triste bilan d'une économie algérienne sans espoir

 |   |  876  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le bilan économique du pays qui fête ses cinquante ans d'indépendance est plus que mitigé. Sa trop grande dépendance à la manne des hydrocarbures donne l'image d'une économie sans perspective.

L'Algérie célèbre ce jeudi 5 juillet le cinquantenaire de son indépendance dans l'inquiétude face à un avenir incertain. La fête est gâchée par l'annonce, la veille, par le ministre des Finances Karim Djoudi, d'un éventuel plan de rigueur pour faire face à la baisse du prix du pétrole, dont dépend l'économie du pays. Le ministre de l'Énergie Youcef Yousfi a exprimé des inquiétudes et estimé le manque à gagner à 20 milliards de dollars cette année si le pétrole continuait à baisser. Cette agitation s'explique par la forte dépendance de l'économie algérienne vis-à-vis des hydrocarbures qui illustre le bilan mitigé des cinquante années d'indépendance du pays.

Echecs de la politique économique

Le régime en place depuis 1962 n'a réussi ni à diversifier l'économie, entièrement dépendante des hydrocarbures, ni à lutter contre la corruption généralisée, ni à stopper l'avancée de l'économie informelle (40 % du PIB). L'ouverture économique a été un échec. Tout comme les privatisations. Pourtant, entre 2001 et 2011, plus de 500 milliards de dollars ont été dépensés pour moderniser les infrastructures de base et améliorer les conditions de vie des Algériens. Pour l'économiste Abdelmadjid Bouzidi, « le bilan des cinquante ans d'indépendance n'est pas bon ». « Le pays se désindustrialise, la dépendance alimentaire augmente, la pauvreté s'installe dans des pans entiers de la société », regrette M. Bouzidi.

Absence de diversification

Les dépenses faramineuses (500 milliards de dollars) effectuées entre 2001 et 2011, grâce à la manne pétrolière, pour moderniser les infrastructures de base et améliorer les conditions de vie des Algériens n'ont pas permis à l'économie de se diversifier. L'Algérie ne produit presque rien et nourrit sa population grâce aux importations. Son industrie agonisante représente moins de 5 % du PIB, en dépit des sommes colossales injectées par l'État pour relancer les entreprises publiques. Son agriculture, archaïque, n'arrive pas à satisfaire la demande locale en pommes de terre et en tomates. En 2011, les importations avaient atteint le record de 46 milliards de dollars, dont cinq milliards de dollars de produits alimentaires. « S'il n'y avait pas le pétrole, l'Algérie serait au même niveau de développement que les pays du Sahel », déplore le directeur général d'un groupe public. « Quand les caisses de l'État sont pleines, comme c'est le cas actuellement, le gouvernement bloque les initiatives et veut tout contrôler », ajoute t il.

Immobilisme gouvernemental

Les chefs d'entreprises accusent le gouvernement d'être à l'origine de l'immobilisme économique de l'Algérie. Ils se plaignent du blocage de leurs projets d'investissements, de régionalisme dans la répartition de ces projets et de favoritisme dans l'octroi de terrains et de financements aux investisseurs. Ils dénoncent un environnement économique exécrable et un retour au dirigisme des années du socialisme (1962 1988). « On leur dit que le pétrole va s'épuiser, ils nous répondent que nous avons le solaire », ironise Réda Hamiani, président du Forum des chefs d'entreprises (FCE) sur l'absence d'une vision économique en Algérie. « Le Maroc et la Tunisie ont des stratégies de développement sur 5, 10, 20 ans. Ce n'est pas le cas de l'Algérie. On n'a pas de vision sur ce que sera l'Algérie de 2025 ou de 2030 », déplore t il.

Le pire à venir ?

Et si la situation actuelle est mauvaise, le pire est à venir. « À partir de 2020, les recettes pétrolières du pays devraient commencer à diminuer », avertit l'ancien PDG du groupe pétrolier public Sonatrach, Abdelmadjid Attar, qui plaide en faveur de l'utilisation de la rentre pétrolière pour assurer la transition énergétique du pays à partir de 2025. L'Algérie devrait commencer à importer du pétrole à partir de 2020 et ses exportations de gaz devraient diminuer en raison de la hausse de la demande locale et du recul de ses réserves. Sans rente pétrolière, le gouvernement n'aura pas les moyens de financer sa coûteuse politique sociale à laquelle il consacre plus de 13 milliards d'euros par an pour maintenir la paix sociale et permettre au régime de se maintenir.

Pas d'amélioration du niveau de vie

Cet argent sert à subventionner les prix des produits de large consommation comme le lait, les céréales, les carburants, ainsi qu'à faire fonctionner les hôpitaux, les universités et les écoles. Le gouvernement subventionne aussi à coups de centaines de millions d'euros par an l'électricité, l'eau, le gaz, les médicaments ; sans oublier le financement de sa politique de lutte contre le chômage.Mais ces dépenses sociales n'ont pas contribué à améliorer les conditions de vie des Algériens, en raison de la corruption - qui a permis l'émergence de nouveaux riches - et de la contrebande des produits subventionnés vers les pays voisins. Le pays manque cruellement de loisirs, le pouvoir d'achat reste très faible, le chômage est endémique et touche plus de 25 % des jeunes, la santé est sinistrée, l'école est en crise, la consommation de drogue en forte hausse, les inégalités sociales accentuées. Cinquante ans après son indépendance, l'Algérie donne l'image d'un pays à l'abandon !

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2014 à 12:08 :
Avant l'indépendance, l'Algérie était un pays agricole, et la colonisation leur a apporté toutes les infrastructures qui leur manquaient (routes,ponts,immeubles,engins agricoles et surtout une organisation structurée). Sans la France, il seraient encore pour la plupart des bergers dans leurs mechtas en torchis. De nombreux rapports chiffrés existent sur l'aide colossale de la France à l'Algérie.
Ils ont choisi l'Indépendance, ce qui peut être compréhensible, mais alors il faut qu'ils assument. Maintenant ce sont les jeunes sans avenir qui désertent leur Pays pour venir quémander de l'aide à la France. Une fois de plus, nous devons ouvrir notre porte monnaie au travers des aides sociales RSA,etc...
Ultime humiliation, le Président Algérien BOUTEFLIKA, se fait soigner en France.
Alors plutôt que de parler de repentance, l'Algérie ferait mieux de nous remercier de ce que nous lui avons apporté.
Certains DOM veulent également l'indépendance. Qu'ils la prenne et nous nous porterons mieux économiquement. Plus de 60% de ces départements vivent de l'aide sociale et sont un fardeau pour l'économie Française.
Liberté d'opinion en Démocratie: Ceci est le fond de ma pensée.
a écrit le 25/02/2013 à 22:03 :
Un article totalement biaisé qui ne fait preuve d'aucun esprit critique et qui descend pour le plaisir de descendre. Je ne suis pas un partisan du pouvoir loin de là, mais force est de constater quelques réalisations. L?Algérie à une balance budgétaire largement excédentaire, le niveau de vie n'a eu de cesse d'augmenter, il suffit de comparer avec la décennie noire et même le début des années 2000. Il est injuste d'acculer l'économie algérienne de la sorte.
De plus, le titre "économie algérienne sans espoir" est plus que mal choisi puisque tous les économistes s'accordent sur le fait que justement l'économie algérienne regorge de potentialités mais qu'il faut que des réformes structurelles fortes soient mises en place. Quant à la critique d'un gouvernement omniprésent sur l'économie, je trouve qu'il n'y a aucun mal qu'un Etat veuille garder ses prérogatives sur des sujets qui relèvent de sa compétence tels que l'éducation, les infrastructures publiques, les denrées alimentaires de première nécessité. Ce n'est pas parce que d'autres ont adopté un laissez-faire qui montre chaque jour un peu plus ses limites, qu'il faut les imiter.
Ensuite, quand vous parlez de diversification inexistante, est ce que vous savez que la Sonatrach a des plans qui prévoient d'alimenter tout le territoire algérien à une électricité d'origine solaire d'ici une quinzaine d'années ? De même, vous dites que l'Algérie est un "pays en abandon" mais vous soutenez aussi implicitement que l'Etat est trop omniprésent, ça me dépasse.
Il ne faut pas veiller à oublier que l'économie n'est qu'un outil, parmi tant d'autres, pour assurer le bien être des individus, et non pas une fin en soi (même si à l'échelle mondiale on a eu tendance à l'oublier et qu'on en voit là encore les conséquences). En ce sens, selon les statistiques du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l'index de développement humain (IDH) qui mesure le bien être de la population en prenant en compte divers facteurs dont l'éducation, la santé et les revenus annuels, est de 0.698, sachant qu'un IDH élevé commence à 0.700. Fait intéressant, l'IDH de l'Algérie est plus haut que celui de la moyenne des pays arabe, et sensiblement plus haut que la moyenne mondiale. Ce qui est d'autant plus impressionnant c'est que cette tendance ne date que du début des années 2000.
Une autre étude répondant au nom de Happy Planet Index mesurant le degré de bonheur dans les différents pays classe l'Algérie comme 26e pays au monde où les gens sont les plus heureux devant la France, les USA et même certains pays scandinaves. C'est évidemment anecdotique, mais ça permet de mettre les choses en perspective et de tourner sa langue 7 fois avant de parler. De même, le coefficient Gini qui mesure le degré d'inégalité des pays est de 0.35, ce qui est relativement bas, et classe l'Algérie 85e pays le plus inégalitaire sur 136 (le 1er étant donc là où les inégalités sont les plus criantes). C'est une fois de plus un point à relativiser. D'ailleurs, c'est regrettable que votre étude ne s'appuie pas sur des faits tangibles, des statistiques.
Enfin, vous touchez un problème endémique en Algérie, celui de la corruption, où l'Algérie, en termes de classement, selon Transparency International, est dans le ventre mou, rien dont il faille se satisfaire, évidemment. D'ailleurs le rapport de la même ONG, pointe le fait que la corruption en Algérie ne se fait pas à grande échelle, mais plutôt dans des milieux fermés et à coup de sommes faramineuse. Là encore, l'action politique se doit ferme et intransigeante...

Donc voilà, somme toute un article qui manque d'objectivité et je pense que le meilleur service que l'on puisse rendre à notre pays, avant de le descendre en flèche, comme c'est fait ici, est de lui rendre justice. Ne pas le sur évaluer, mais ne pas le sous-évaluer non plus, ce qui est fait là, à bien des égards. Et même s'il faut
a écrit le 23/02/2013 à 5:20 :
Effectivement l'article n'a rien à voir avec la réalité sur le terrain... il suffit de se rendre chaque année en Algérie pour voir l'évolution du pays. Un très ambitieux projet de réhabilitation d'Alger est lancé: la capitale algérienne deviendra une ville moderne et mondiale tout en gardant sa spécificité méditerranéenne. Vous verrez que d'ici quelques années on se bousculera pour visiter l'Algérie !
a écrit le 24/09/2012 à 14:55 :
A lire tous ces commentaires , on peut rester incrédule . L'Algérie ,les économistes ne cessent de le répéter est au fond du trou et ne survit que grâce aux subsides du pétrole et du gaz. L'Algérie a été récemment labourée par une quasi guerre civile qui a fait des milliers de morts. L'Algérie est gangrenée par la corruption . L'Algérie ne doit l'équilibre précaire de sa population que dans l'émigration massive de ses forces vives en France et ailleurs. L'Algérie jadis paradis agricole doit désormais importer pour s'alimenter. L'Algérie est sans doute la victime des statistiques économiques qui sont méchantes avec elle.
a écrit le 27/07/2012 à 14:17 :
Depuis 1962 on nous chante nos incapacités,
On est là !!!!
Caresseriez-vous l'espoir de nous faire haïr notre pays ?
Ce qui nous plombe c'est notre francophonie, notre affiliation a un pays vieillissant
Souffrez que les nouvelles générations d?Algériens, connaissent la Shanghai et les grande métropoles de chine du japon et des usa
Souffrez qu?on s?ouvre au reste du monde,
Un reliquat post-colonial c?est l?aune de vos écrits démoralisateurs des insulteurs de service !!!!!
Réponse de le 09/08/2012 à 14:25 :
alors autant immigrations et des algeriens qui brandissent leurs passeports en criant des visas lors de la visite de chirac que les algeriens repartent rab
a écrit le 18/07/2012 à 9:08 :
Si ça peut aider à faire vendre votre papier, tant mieux pour vous. Il semblerait en effet que ça caresse l'ego français que de minimiser les réalisation de l'Algérie indépendante. Pour le reste, l'analyse de votre journaliste est au ras des pâquerettes. Quelques propos alarmistes de quelques dirigeants algériens (c'est devenu un sport national) qui sont généralement contredits par la réalité sur le terrain, quelques banalités sur la dépendance au pétrole (qui est le lot de tous les pays exportateurs), un titre provocateur pour faire vendre, voilà en gros la teneur de cet article. Pour le reste l'Algérie va très bien, et ça se bouscule au portillon pour y investir.
Réponse de le 03/11/2012 à 16:13 :
Ces propos sont également tenus par la presse algérienne indépendante (dont je salue le travail, le courage et la clairvoyance).
Je voyage régulièrement en Algérie et je trouve cet article tout à fait objectif.
La corruption généralisée, les lourdeures administratives et le manque de main d'oeuvre qualifiée freinent les investissements dans ce pays.
Le pays est recouvert d'ordures, l'urbanisme est complétement à revoir, les routes sont mortellement dangereuses...
Bref rien pour flatter la vue l'odorat ou le portefeuille.
Pour information à titre personnel je suis lecteur de la Tribune pour des questions économiques, l'égo national ne m'intéresse pas.
Bref vous êtes en dehors de la plaque...
Votre orgueil nationaliste vous aveugle.
a écrit le 14/07/2012 à 17:55 :
S'il vous plait un peu plus d'objectivité et moins de sensationnel pour cet article sur l'économie algérienne. Le titre lui même est dégoulinant de maladresse: "triste bilan...sans espoir"...autrement dit c'est pire que Munch en Enfer votre histoire.

Pourquoi ne pas dire, à côté de ce qui ne va pas et que l'on lit et relit à l'envi dans les colonnes de la presse française, ce qui marche ? : une situation financière exceptionnellement saine (plus de dette, des réserves de devises de 200 Mds? qui rapportent chaque année 4 mds? de recettes), des infrastructures qui se modernisent (des centaines de milliers de logements livrés, des trams, des autoroutes, des ponts des barrages, de nouveaux aéroports, le métro d'Alger....), une agriculture redevenue exportatrice nette de céréales depuis 2009, des projets de diversification de l'économie avec des partenaires étrangers (Allemands dans l'armement, Chinois dans l'électronique, Français peut-être dans l'automobile)....

Le constat est surtout très sombre pour la France qui perd des parts de marché dans ce pays au profit des autres....parce que la France ne cesse de creuser la tombe de sa relation avec son ancienne colonie, ce que cet article très "impartial" achève de faire.

A bon entendeur.
a écrit le 06/07/2012 à 1:40 :
@REDA-KAIZER @IKRAM @ des progrès incontestables
Bouteflika à ramené la paix??? mon fils tu ne connait rien au pouvoir Algérien, la veille de chasser Zeroual dans l'Hôtel Meurice à Paris ont a expliquer à Boutef qu'il va être président à condition de ne jamais se mêler de l'armée et de ses appendice de sécurité, de la gendarmerie et de la police et de toute les questions de sécurité, 200 000 voitures !! c'est vrai mais au ministère de l?intérieure on explique que seulement 21% des Algériens sont véhiculer et à 51 ans je part toujours chez mon père (84 ans ) pour qu'il me prête sa voiture pour que je promène ma femme et ma fille .

La santé ??? avec 200 milliards de $ on s'est foutu de mon oncle en lui retardant sa chimio thérapie à l?hôpital mustapha jusqu'a sa mort !!!! Pourquoi NOUS VIVONS AVEC CETTE cherté et 1 dirham du Maroc vaut 10 dinars ?????

@ des progrès incontestables
j'ai dû supplier 3 députer FLN pour ne pas voter la loi de chakib khelil sur les hydrocarbures (les multinationales prennent 100% des gisement après 30 jours de délais et ne laissent avant 30 jours que 20 % des gisement et après 1 mois ils prennent tout le gisement en ne payant que une taxe de 30% à l'état), ces 3 députer m'ont dit : nous on excecute un ordre de Bouteflika !!!! Heureusement que Toufik, Sid Ahmed Ghozali , Hocine Malti avec l'aide de Hugo Chavez ont réussis à pousser Bouteflika à annuler cette loi, sinon ont serait en état de famine comme l'on expliquer plusieurs économistes !!!!

Avez vous oublier la brillante analyse de Ahmed Benbitour le 27/12/2011 sur le soir d'Algérie où il explique que si on ne diversifient pas notre économie en 2022 on ne pourra pas acheter du pétrole alors ont va marcher au mulet !! plus de gaz donc plus Electricité (plus de tv, plus d'internet) et ont va couper les arbrees pour cuire un repas !! que Dieu nous protège !!!
Réponse de le 12/07/2012 à 22:21 :
@ YASS et VBE
Je vis à Alger; je vous parle de notre misère vu la dévaluation du Dinars, la vie est excessivement chère !!!! Je passe admirer la CLIO RS chez Renault mais je ne peut me payer une Logan chez Dacia.

En plus l'état a fait une grave erreur économique (notamment Mohammed Lakscaci gouverneur de la Banque D'Algérie) en 2011 ils ont augmenter les salaires de 30% au lieu de réévaluer le Dinars de 30 % et ainsi rendre la vie moins chère avec la même masse salariale en Dinars !!!! résultats une ralonge de 1610 Milliards de dinars pour 2011 et pour cette année 2012, pour 2013 il y a le fond de régulation qui dispose de 5000 milliards de dinars; mais avec une légère baisse du prix des hydrocarbures en 2013 l'état risque de ne pas pouvoir payer les salaires et retraites en 2014 !!!!! Aie !!! ou en va ????
a écrit le 06/07/2012 à 0:15 :
Vider un puit de pétrole n'est pas beaucoup plus difficile que de profiter gratis des aides sociales ...
Cela se fait d'un côté ou de l'autre de la méditerranée ..
Profiter en ne faisant rien c'est toute une culture ...
a écrit le 05/07/2012 à 23:08 :
Un pays a l'abandon? Une économie sans espoir? Ces jugements sont durs et partisans! L'Algérie n'a pas de dettes, une réserve de change conséquente et la capacité de diversifier son économie au cours des 10 ou 20 prochaines années. Oui le gouvernement est omniprésent et la redistribution loin d'être parfaite, mais ce que j'ai vu en Algérie n'est ni à l'abandon et au contraire me laisse beaucoup d'espoir pour le pays!
Réponse de le 06/07/2012 à 0:21 :
+1
Réponse de le 06/07/2012 à 14:29 :
Beaucoup d'espoirs ???
Depuis le temps que cela dure, beaucoup de problèmes auraient dûs être résolus depuis longtemps. Faire fonctionner un pays et ce depuis des dizaines d'années, qu'en puisant dans les bénéfices du pétrole, sans chercher à créér des industries, est de l'incompétence.
Comment cela se fait t'il que les pays producteurs de pétrole, arrivent a développer leur pays et en faire des pays riches et modernes, tandis que l'Algérie reste au fond du trou et qu'il y a vraiment de la misère.
Les militaires gradés partent avec des bonus indécents par rapport à ce que gagnent les habitants.
Un pays comme le Sultanat d'Oman, qui a trouvé du pétrole vers 1970, a développé son industrie, de telle sorte qu'actuellement les bénéfices du pétrole ne représentent qu'environs 20% de leur revenus. Le reste provient de revenus annexes acquis grace au pétrole.
Et le pays est un modéle de modernité comme beaucoup de pays du golf.
Comment se fait t'il que l'Algérie avec toutes ses ressources pétrolières et minières reste un pays aussi pauvre ????
a écrit le 05/07/2012 à 21:49 :
sa va bien.qu'est que vous fait la?
a écrit le 05/07/2012 à 19:18 :
Faîtes comme les Marocains, livrez votre pays au tourisme bas de gamme, vos filles auront du boulot bien payé.
Réponse de le 21/05/2014 à 4:26 :
Tourisme bas de gamme ? renseignez-vous, car le tourisme de masse c'est pour la Tunisie. Le Maroc quant a lui opte pour le tourisme haut de gamme.
a écrit le 05/07/2012 à 18:34 :
Bon titre, à réutiliser bientôt pour la France.
a écrit le 05/07/2012 à 18:22 :
M.Bouteflika a ramener la paix et a fait evoluer le pays comme personne au par avant, que Dieux le garde.

3 a 4 millions de citoyens partent en vacances a l'étranger chaque année ( au maroc c'est l'inverse, 3 millions de MRE qui rentrent pour faire vivre le pays.
Un peuple qui achète 200.000 voitures par an ( environ 15.000 au maroc)
. 2 millions de logement distribués GRATUITEMENT ( opération bidonville au maroc en 2010 seulement 10.000 logements payants)
. Une couverture sociale pour l'ensemble des salariés mais aussi gratuité médicale pour tout le monde.
Des subventions des aliments de base depuis la nuit des temps qui allège sérieusement le panier de la ménagère.
Un coût de la vie 2 fois moins cher qu'au maroc ( alimentation, logement, essence, loisirs) il faut 400 euros de salaire en moyenne à un marocain pour avoir l'équivalent en Algerie.


ce pays est en train de s?industrialiser (négociations déjà abouties avec Daimler-Benz, et en cours de finalisation avec VW)et a therme l Allemagne deviendra le premier partenaire economique du vieux continents.
Les Etat Unis et la Grande-Bretagne ne cesse d envoyer des delegations de ministres et d'hommes d'affaires comme dernierements Lord Howell Lors de sa visite en Algerie qui a durée 1 semaines a dit « L'Algérie a connu son printemps il y a plus de 20 ans » et a finie par «L'Algérie est la plus grande économie de la région».
Réponse de le 06/07/2012 à 15:09 :
pourquoi vous vous comparez au Maroc? :D
l'article concerne l'Algerie et uniquement l'Algerie.

Réponse de le 09/07/2012 à 1:05 :
nimporte quoi je connais les deux pays et je vous assure que le maroc et bcp plus cher
Réponse de le 01/02/2013 à 0:49 :
Tous jalous de l algerie. pays d homme.
a écrit le 05/07/2012 à 17:39 :
Pourquoi ce titre d'article ? l'Algérie va bien, son peuple ne regrette pas l'époque colonial ! Ses réserves 205 milliards de dollard, ils sont les 2e plus riches du monde arabe après l'Arabie, pour rien au monde, je change de pays. VIVE L'ALGERIE.
Réponse de le 05/07/2012 à 17:51 :
l'algérie va bien ? peut être, mais son peuple visiblement pas du tout. a part une clique d'autocrate peu de gens voit la couleur de cette argent qui abonde en algérie.
Réponse de le 05/07/2012 à 19:27 :
Si tout va bien en Algérie ... Alors il va y avoir énormément de retours d'Algériens qui vivent en France ? Quand au 2e pays le plus riche du monde, il faudrait arreter de se raconter des histoires ... Emirats 1000 milliards, Kowiet 400 milliards, Qatar 300 milliards, Norvège 300 milliards ... Je suis content de savoir que cela va bien pour le pays car il a beaucoup souffert depuis la corruption généralisée du FLN ...
a écrit le 05/07/2012 à 17:38 :
ah bon? En attendant les reserves de changes algérienne sont au beau fixe, non non l'Algérie ne connait pas la crise contrairement a certains pays européens!!!
Beaucoup de choses ont été faites depuis que le terrorisme ne sévit plus autant
-construction de l'autoroute est ouest
-métro d'Alger
- tramway d'Alger
-tramway en construction dans d'autres régions du pays(Oran, Constantine) ou en projet(setif, ouargla)
-aéroport d?Alger tout beau tout neuf
plein d'autres chantiers sont en routes, dans le domaine du transport, du logement, de la santé
bref , je ne nie pas la corruption sévit toujours, mais on avance doucement et se sera toujours mieux que d'etre sous l'occupation française!



-
a écrit le 05/07/2012 à 17:20 :
un pays de tier monde le FMI lui demande de l'algent algerien
a écrit le 05/07/2012 à 16:48 :
yaqua faire revenir des colons...chinois;
a écrit le 05/07/2012 à 16:12 :
En suivant quelques déclarations d'Algériens et Français qui ont vécu l'époque de 1962, je conclue que l'Etat Français a laissé faire les usurpateurs de l'indépendance Algérienne. Comment accepter, l'entrée de bataillons d'hommes armés jusqu'aux dents par Nasser, alors que les accords d'Evian stipulaient que l'armée des frontières, resterait dans ses bases en Tunisie et au Maroc, jusqu'à l'installation d'un pouvoir politique à partir du congrès du CNRA. L'armée Française était encore sur place, quand Boumédiène débarquait avec son armada, soutenue par les Egyptiens, pour en découdre avec nos Moudjahidine qui ont combattu à l'intérieur pendant 7ans et demi. Boumédiène s'est accaparé le pouvoir par la violence, pendant que l'armée Française observait la violation flagrante des accords d'Evian. La France est un peu complice dans les fondements même du régime militaire en Algérie qui perdure à ce jour et elle n'a jamais soutenu les démocrates Algériens comme Boudiaf, Ait-Ahmed, Réda Malek et autres. Il ne sert à rien de critiquer aujourd'hui, l'état catastrophique dans lequel baigne notre pays, malgré les inombrables richesses humaines, naturelles et intellectuelles qui composent l'Algérie. camp démocrate
a écrit le 05/07/2012 à 15:54 :
Ce pays qui était la perle du Maghreb a perdu avec le rapatriement de ses "pieds noirs" en métropole l'essentiel des forces vives qui faisaient tourner ce pays. Les "vainqueurs" ont mis le pays sous la coupe réglée de la corruption.
a écrit le 05/07/2012 à 15:45 :
et pour ca ils ont combattu,quel gacgis franchement !
a écrit le 05/07/2012 à 15:33 :
ce qui arrive à l'algérie est fort dommage, ce pays a un sous sol fabuleux, des terres agricoles parmis les meilleurs, et pourtant il ne parvient même pas à nourrir sa population. comme quoi il ne suffit pas de posséder, encore faut-il savoir utiliser et faire fructifier. le modèle soviétique a empêché l'économie algérienne de se développer.
Réponse de le 05/07/2012 à 18:14 :
@RPR: et que viennent encore faire les soviétiques dans ce débat ? faut arrêter de te masturber en lisant tes bouquins de propagande, non ? :-)
a écrit le 05/07/2012 à 13:44 :
sls
a écrit le 05/07/2012 à 12:53 :
les arabes etaient meme pas 100 000 pour propager le message de l'islam ils n'ont rien colonisé d'ailleur la majorité des musulman d'espagne sont des berberes
les turcs ne s'occupé pas de l'economie de l'etat vassal du royaume d'alger
ils se contenté de renfocer les ports du pays pour les course et la piraterie et de defendre contre les attaques espagnoles et de prelevé un impots les berberes avaient une tres large autonomie et vivaient tres bien a l'epoque otomane
l'algerie a connu 2 vrais colonisateur dans son histoire
les romains
les francais
renseignez vous
Réponse de le 05/07/2012 à 14:53 :
On a écrit des pages très intéressantes sur le processus de "bédouinisation" inauguré par les tribus berbères chamelières, puis les envahisseurs arabes (les "100 000"), enfin par les Bani Hillal (et associés). Dans ces conditions, au vu de la faiblesses démographique de l'Algérie de l'époque (2 millions d'habitants?) 100 000 envahisseurs étaient largement suffisants pour faire basculer l'équilibre économique du pays. Au reste, les maîtres actuels du pays sont un peu nomades eux-aussi: passant de puits de pétrole en puits de pétrole, sans soucis du lendemain...
a écrit le 05/07/2012 à 12:49 :
C?était ça le rêve de l?indépendance? La France avait échoué à en faire une partie intégrante d'elle même ce territoire, et heureusement que finalement elle en est partie car sinon le coût en aurai été monstrueux. Il est aussi temps de partir de nos confettis d'empire que sont les dom tom...
Réponse de le 05/07/2012 à 15:26 :
A laisser le pouvoir directif aux mains d'incompétents, le résultat est forcément celui là : idem pour l'angola, le mozambique, le surinam, l'ex-congo etc... a contrario, quand l'indépendance est faite par le peuple et pour le peuple avant tout, tout ce passe mieux : Inde, Macao etc...
a écrit le 05/07/2012 à 12:08 :
C'est ce qui arrive quand on laisse des mécréants au pouvoir. Il faut installer un émirat islamique en Algérie et tout ira mieux.
Réponse de le 05/07/2012 à 12:31 :
C'est précisément ce qui c'est passé quand les Arabes ont envahi le Maghreb et réduit a néant ce que les romains avaient faits les plaines a blé grenier de la Rome antique les aqueduc les voies romaines sans oublier les vignes , puis ensuite ce qu'avaient fait les Turcs , puis les Français. Ce n'est pas en brandissant l?étendard de l'Islam et en faisant la prière que l'industrie se développera. Bonne chance mon Ami vous avez encore les mains pleines et Dieu vous a gâter mais cela ne saurait durer car comme le dit si bien Shakespeare "" a fool and his money are soon departed
Réponse de le 05/07/2012 à 13:41 :
Cromagnon, va vivre chez les Talibans si ça te chante et laisse les algériens tranquille....
Réponse de le 05/07/2012 à 16:43 :
vive l'algerie vive l'algerie l'algerie c'est le seul pays qui vous demande rien elle fait tourner votre industries
Réponse de le 05/07/2012 à 19:20 :
@kader - Bonne nouvelle et tant mieux que tout va bien en Algérie ... Alors on va donc bientot voir des milliers de retours d'Algériens vivant en France ... Tant mieux car le pays a beaucoup de potentiel, mais n'a certainement pas été bien géré.
a écrit le 05/07/2012 à 12:05 :
COMME QUOI les subventions ne servent à rien!
Mieux vaut donner à une homme un outil pour pecher, becher ... il en fera bon usage( proverbe chinois)
Réponse de le 05/07/2012 à 18:00 :
Le moins que l'on puisse dire est que cet article manque un peu d'objectivité, le titre est vraiment limite quand on connaît un tant soit peu l'Algérie, à vu d'oeil en allant en Algérie, on observe les progrès économique...les plans quinquennaux qu'on aime ou deteste bouteflika ont permis l'amélioration des infrastructures,les plans dans l'agriculture, le logement ont permis aux algériens d'avoir un emploi et un toit parfois à titre gracieux.
Nous suggérer qu'avant c'était mieux, pas acceptable, l'Algérie avance et Dieu merci elle a évité ce terrible "hiver arabe" qui la cerne.
Réponse de le 05/07/2012 à 18:30 :
Avoir de l'argent c'est bien, avoir une belle réserve c'est très bien, améliorer les infrastructures c'est très très bien, avoir de l'imagination et une force de création ainsi qu'une force de contact c'est mieux, le soucis de l'algérie ? Manque de confiance en elle et très mauvais diplomate pour faire de véritable contact et amorcer une dynamique positive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :