En Algérie, Sanofi perd en appel sur le dossier des surfacturations de médicaments

Sanofi a été condamné en appel pour surfacturations de médicaments en Algérie. Le géant français se pourvoit en cassation. L'Algérie cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis de la France en matière d'importation de médicaments.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Sanofi va se pourvoir en cassation après la confirmation par la Cour d'Appel d'Alger du verdict prononcé en mai dernier par le tribunal de première instance d?Alger contre sa filiale algérienne dans l?affaire de surfacturation de médicaments. « Sanofi va se pourvoir en cassation afin que toute la lumière soit faite sur ce dossier pour lequel nous estimons avoir toujours travaillé dans le respect le plus strict des lois algériennes », a indiqué dimanche le groupe français dans un communiqué.

Amende de 20 millions d'euros pour surfacturation
Le 2 mai, le tribunal d?Alger avait condamné Sanofi Algérie à une amende de 20 millions d?euros et son directeur général Thierry Lefebvre à une année de prison avec sursis pour surfacturations de médicaments et matières premières importés. Les Douanes algériennes, alertées par le ministère de la Santé, avaient dressé sept procès verbaux contre Sanofi Aventis, avait indiqué un avocat de la défense, Maître Kamel Maachou.
Les groupes étrangers recourent à la surfacturation des produits exportés vers l?Algérie pour contourner les difficultés que rencontrent leurs filiales locales pour transférer leurs dividendes.

Réduire la dépendance de l'Algérie en matière de médicaments vis-à-vis de la France
La pratique de la surfacturation est devenue un sport national. Depuis 2009, les entreprises importatrices ne sont pas autorisées à transférer leurs dividendes réalisées en Algérie. « Beaucoup de groupes étrangers préfèrent garder leur plus-value chez eux. Les autorités le savent et ferment les yeux », explique un proche du dossier. Mais seul Sanofi a été attaqué. Cette affaire est en fait l?une des conséquences de la volonté de l?Algérie à réduire sa dépendance en matière de médicaments vis-à-vis de la France qui lui fournit plus de 50% de ses besoins. « Il y a 5 ans, on dépendait à 71% de la France pour les médicaments. Maintenant, un peu moins, jusqu?à 52%. J?ai diversifié les sources d?approvisionnement. J?ai multiplié les contacts avec les Anglais, les Américains, les Polonais, les Indiens, les Chinois », avait déclaré le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès.

Sanofi écarté du pôle de biotechnologie près d'Alger
Outre sa condamnation par la justice, Sanofi a été écarté du projet de réalisation d?un pôle de biotechnologie près d?Alger, en discussions depuis une année, entre le gouvernement et des laboratoires majoritairement américains de l?association PhRMA. « Le rapprochement avec les Américains visent à affaiblir les Français sur le marché du médicament, mais cette politique ne fait pas l?unanimité ni au sein du gouvernement algérien, ni auprès des industriels locaux. Le projet avec les Américains n?est pas clair », explique le proche du dossier.
Le groupe français est présent depuis 20 ans en Algérie où il emploie plus de 650 personnes. Il s'agit du premier groupe privé sur le marché algérien du médicament avec 12% de parts de marché. Sanofi a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 210 millions d'euros dans le pays. Il ambitionne de réaliser une nouvelle usine près d?Alger pour 66 millions d?euros. Selon l?Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop, importateurs et producteurs privés), la taille du marché national des médicaments a atteint 2,9 milliards de dollars en 2011, dont 1,85 milliard USD d?importation et 1,05 milliard USD de production locale.

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 25/06/2012 à 21:08
Signaler
ILs ont fait pareil avec Renault ... jusqu'à ce que Renault jette l'éponge...et ouvre une superbe usine .... au Maroc !! et là, ils sont revenu la queue entre les jambes supplier renault de bien vouloir créer des emplois en algérie, en acceptant tout...

le 26/06/2012 à 0:35
Signaler
La décision de Renault d'ouvrir une usine au Maroc n?obéit à aucune logique économique. C'était une décision politique dans laquelle se sont mêles des intérêts géopolitiques de la France et l'action des lobbies marocaines fortement représentés en Fra...

le 26/06/2012 à 1:27
Signaler
ils sont fous, chez Renault, ... maintenant, ils ouvrent des usines juste pour faire chier les voisins ....!!!

le 26/06/2012 à 2:05
Signaler
je suis algerien et je suis fier de rouler en Allemande , les française je n'en veux pas

le 05/07/2012 à 15:53
Signaler
La décision de Renault d'ouvrir une usine au Maroc obeit a une regle j'achete se qui est produit sur place comme la chine avec airbus ...ect j'invite toutes l'afrique a en faire autant j'achete se que vous produirais avec la main d'oeuvre local stop...

à écrit le 25/06/2012 à 16:57
Signaler
De toute façon les algériens sont soignés en majorité avec des médicaments bien français remboursés par la CPAM via la diaspora

le 25/06/2012 à 17:40
Signaler
+100, il suffit de prendre un vol Lyon-Alger ou Paris-Alger et d'ecouter les conversations des autochtones qui se gargarisent de bien profiter des largesses et de la gabegie de leur pays d'accueil, certains se vantant d'avoir mis en place de vrais pr...

à écrit le 25/06/2012 à 16:31
Signaler
Bouteflika a t il payé les millions dépensé a l hotel dieu pour soigner son cancer et le maintenir en vie ?

le 25/06/2012 à 17:18
Signaler
Encore des conneries d'un nostalgique de l'ALgérie française qui est toujours en 1962. Faut évoluer!!

le 25/06/2012 à 23:08
Signaler
Un peu de respect messieurs les algériens...... Sans la France, vous ne seriez pas grand chose !!!!!!!!!!!!

le 26/06/2012 à 12:04
Signaler
Oui et sans l'Algérie, la France ne serai rien!!!

à écrit le 25/06/2012 à 16:02
Signaler
l'algerie devrait payer les dizaines de million a la securite sociale de la france pour avoir soigné depuis 3 ans des malades algeriens

le 25/06/2012 à 17:20
Signaler
Remboursez nous d'abord avec les intérêts de la dette de 1830. Elle se monte, aujourd'hui, à plus de 2000 milliards d'euros!

le 25/06/2012 à 18:39
Signaler
1. Remboursez aussi le trésor du dey : 500 milliards d'euros selon pierre payant. 2. Sanofi fait ~210 millions d'euros/ année de chiffre d'affaire en Algérie soit 30 % de son chiffre d'affaire en afrique !! Ce labo a fait appel un algérien pour stim...

le 25/06/2012 à 19:43
Signaler
En plus pire? La pire betise qu'on ait fait c'est de coloniser l'algérie. On en paye les prix fort et pour des années encore. S'ils ne veulent de nos médicaments c'est pas grave qu'on les laisse, ils seront moins nombreux...

le 25/06/2012 à 19:56
Signaler
... de lire que sanofi-aventis a besoin d'un labo algérien pour compenser une prétendue insuffisance en inno, quant à ce que serait la France sans l'Algérie, c'est la ritournelle habituelle ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ! J'ai jamais lu un comme...

le 25/06/2012 à 23:18
Signaler
En 1830, l'Algérie appartenait aux turcs et était un centre d'esclavagisme d'européens razziés en méditerranée et sur les côtes européennes.... La dette au Dey turc pour ces tortionnaires et ces pillards ne compense pas le million d'esclaves qui sont...

le 26/06/2012 à 1:19
Signaler
Le discours selon lequel les algériens étaient des corsaires est un discours colonialiste vu, revu et qui ne convint personne aujourd'hui.... Il est l'apanage des faux intellectuels au service du palais. La première source de revenu de la régence tu...

le 05/07/2012 à 9:50
Signaler
Ah Bon ? C'est par de paisibles marchands de blé que Cervantès s'est fait capturer ? Et je suppose que les barbaresques qui ont capturé la moitié de la (faible ) population de l'islande au XVIIIeme siècle étaient en fait venu pour y chercher des céré...

le 05/07/2012 à 16:15
Signaler
on licensie deja Le directeur général de Sanofi, Chris Viehbacher, a présenté jeudi aux représentants des salariés du groupe un projet prévoyant notamment des suppressions de postes de chercheurs sur ses sites de Toulouse et de Montpellier, ...

à écrit le 25/06/2012 à 15:37
Signaler
diversifier les sources d'approvisionnements est le meilleur moyen de faire baisser les prix. Les algériens auraient du faire cela depuis des années déjà.

le 25/06/2012 à 17:21
Signaler
Oui c'est bien ce qu'ils font - une fois par avion, une fois en voiture,une fois en bateau....

le 26/06/2012 à 0:23
Signaler
Ils diversifient déjà leurs sources : de grands laboratoires Indiens, Égyptiens fournissent l'Algerie depuis déjà longtemps.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.