La Fed remet à plus tard de nouvelles actions pour soutenir l'économie américaine

 |  | 340 mots
Lecture 2 min.
Le président de la Fed, Ben Bernanke - Copyright Reuters
Le président de la Fed, Ben Bernanke - Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque centrale des Etats-Unis (Fed) a annoncé qu'elle maintenait son taux directeur entre 0 et 0,25% jusqu'à la fin 2014 et qu'elle prolongeait, comme prévu, son programme d'échange d'obligations. La Réserve fédérale américaine n'a donc pas annoncé de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine.

Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale (Fed) a annoncé mercredi qu'elle maintenait ses mesures de soutien à l'économie, en conservant son taux directeur entre 0 et 0,25% jusqu'à la fin 2014 et en prolongeant comme prévu son programme d'échange d'obligations.

La Fed , qui s'est dite prête à de nouvelles actions, a estimé que la croissance resterait "modeste" aux Etats-Unis pendant les prochains trimestres et que les tensions dans l'économie mondiale constituaient un risque "important". Un dirigeant de la Fed, Jeffrey Lacker, s'est opposé aux décisions de ses pairs. La Fed a donc opté pour le statu quo par rapport à la précédente réunion de son comité monétaire fin juin où elle avait déjà annoncé le maintien de son taux proche de zéro "jusqu'à la fin 2014". Elle avait également déjà annoncé l'extension de son programme d'échanges d'obligations, censé s'achever fin juin.

La Banque centrale s'est ainsi abstenue d'engager un "QE3", une troisième phase d'"assouplissement monétaire", une action non-conventionnelle qui l'avait conduite en 2008 et 2010 à racheter directement pour 2.300 milliards d'obligations, notamment du Trésor, pour injecter des liquidités sur le marché. Comme elle le fait depuis, la Fed a confirmé mercredi qu'elle maintiendrait ce montant à un même niveau en rachetant de nouveaux titres lorsque ceux qu'elle détient arrivent à échéance.

Après la publication du communiqué de la Fed, vers 18h35 GMT, le Dow Jones Industrial Average cédait 0,10% (-12,87 points) à 12.995,81 points. L'indice élargi Standard & Poor's 500 lâchait 0,07% (-1,02 point) à 1.378,30 points. La réaction limitée du marché n'étonnait qu'à moitié les analystes. "On commence à voir que le marché n'attend plus grand chose de la Fed (...) et à moins que l'on assiste à une dégradation de la situation économique d'ici à la fin de l'été, il semble peu probable qu'elle procède à un QE3", a commenté Gregori Volokhine, président de Meeschaert New York. Le marché obligataire se maintenait en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait à 1,519% contre 1,492% mardi et celui à 30 ans à 2,593% contre 2,577%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2012 à 12:51 :
Qu'on m'explique une chose: le but d'une société est-il de s'enrichir ou bien de s'apauvrir? Quand l'administration paye à 2 voire 7% des obligations pour ne créer aucune croissance, en quoi est-ce une bonne politique? Cela rend tout le monde plus pauvre... Regardez la politique allemande, c'est le seule pays au monde à avoir rétabli sa production d'avant crise, à n'avoir pas de déficit et à générer de la croissance avec un taux de chômage inférieur aux autres. Donc le niveau de vie n'est pas menacé. En revanche, certains pays sont dévastés par des hommes politiques de gauche qui combinent déficits et chômage de masse...
a écrit le 02/08/2012 à 10:37 :
J'avoue que j'aurais bien aimé qu'il lance le Q3, mais sans doute attend t-il que la BCE tire en premier et de voir si ça suffit a relancer la machine.
a écrit le 02/08/2012 à 8:20 :
Normal: Bernanke attend de Draghi qu'il force l'Europe à repousser la "résolution" du problème après la réélection d'Obama. C'est ce qu'est allé défendre Geithner. Mais on n'est jamais trop prudent, il attend de voir ce que ça donnera pour ne pas compromettre le succès de l'opération et éventuellement son échec auquel cas il reprendra la main.
En tout cas, vraie ou non, cette lecture des choses correspond bien à ce que l'on constate et que semble anticiper les qui ont déjà "pricé" entre 65 et 70% d'un éventuel QE supplémentaire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :