États-Unis : croissance meilleure que prévu au 2ème trimestre

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le produit intérieur brut des Etats-Unis a finalement augmenté de 1,7% au deuxième trimestre 2012 en rythme annuel, soit 0,2% de plus que les précédentes estimations.

L'économie américaine regagne du tonus. Selon les chiffres publiés mercredi par le département du Commerce, la croissance des Etats-Unis a été sous-évaluée au deuxième trimestre 2012. Entre avril et juin, le produit intérieur brut de la première économie mondiale s'est accru de 1,7% sur un an alors que les précédentes estimations tablaient sur 1,5%. C'est la deuxième fois que les chiffres du deuxième trimestre sont revus à la hausse. A l'origine, certains experts s'attendaient à une hausse de 1,4% du PIB.

Selon les chiffres officiels, la hausse des dépenses de consommation (+1,7% contre +2,4% au trimestre précédent) a assuré à elle seule 70% de la hausse du PIB du printemps. Les bons chiffres du commerce américain ont également contribué à cette réévaluation. En juin, la balance commerciale s'est nettement réduite, passant de 48 milliards de dollars à 42 milliards en l'espace d'un mois. Les importations de biens et services ont baissé de 3,5 milliards de dollars d'un mois sur l'autre, à 227,9 milliards de dollars, tandis que les exportations ont grimpé de 1,7 milliard à 185 milliards de dollars.

Immobilier au beau fixe

Signe que la consommation reprend des couleurs au pays de l'oncle Sam, les promesses de ventes immobilières ont progressé de 2,4% en juillet par rapport au moins de juin et de 12,4% sur un an. De même, les ventes de logements neufs ont progressé de 3,6% pour s'élever à 372.000 unités en rythme annualisé. Les ventes du mois de juin ont également été révisées en hausse à 359.000 contre 350.000 unités annoncées en première estimation, soit le niveau le plus haut depuis deux ans. Conséquence, le marché se redynamise et les prix des maisons ont commencé à augmenter. En juin, les prix ont pris 0,5% alors que les économistes s'attendaient à un recul de -0,1%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2012 à 10:43 :
Le problème de la société américaine est qu'elle ne marche guère mieux que l'Europe. L'Allemagne a une meilleure protection sociale et un taux de chômage plus faible. En revanche, l'Europe a un défaut majeur, c'est le nombre d'inactifs qui est très fort, donc un taux d'emplois global faible, ce qui nous conduit à un PIB par tête de 70% des Etats-Unis. Autre problème de l'Europe, elle n'a pas de ressources naturelles et elle est mauvaise en technologie, d'où sa chute. Mais la société américaine va aussi devoir faire face à la réduction du niveau de vie impliquée par les déficits de l'Etat et les dépenses improductives. De plus, le chômage comme la pauvreté pose un problème moral... en particulier quand il touche la jeunesse, sans défense.
a écrit le 03/09/2012 à 10:34 :
Le chômage pose un problème moral, comme celui de réduire la misère... on voit comment le monde occidental se plante complètement. Parce qu'il faut sortir de la logique oligarchique. Nous avons quirielle de diplômés dont on ne veut rien faire... ce sont des sociétés qui ont perdu le sens de l'honnêteté. L'Etat français lui forme pour laisser les gens sur le carreau, ce faisant il paye les jeunes en copecs quand les séniors ont des salaires triples pour le même travail, prenons l'enseignement comme exemple. Et pire ils accusent les jeunes d'être responsables du chaos qu'ils sèment, voyez l'Europe du Sud!
a écrit le 30/08/2012 à 16:08 :
Je vis aux USA depuis un certain temps, je fais des A/R pour mon job, et je constate que la france s'écroule alors que les USA se sont bien repris ... Nous vivons beaucoup mieux qu'en france avec une fiscalité attrayante, le taux de chomage est de tout juste 8,50% alors qu'en france (petit pays) le chomage dépasse les 10 % ... Donc, l'évidence est là sous les yeux des français, OUI très belle reprise aux USA. Good luck to france ;)
a écrit le 30/08/2012 à 12:14 :
Et dire qu'ils y a encore du monde a défendre la rigidité de la BCE face à la FED. Preuve que la planche a billets compense largement une dette abyssale. Reste plus qu'a mettre en pratique avant d'être tous mangé a la sauce grecque. Relance ou rigueur c'est le mur assuré. C'est la planche a billets et un budget à l'équilibre qui peuvent nous éviter la casse. L'oncle Sam nous montre la voie (bien que son budget a encore besoin de retrouver l'équilibre).
a écrit le 29/08/2012 à 21:35 :
Pour être tangible, il faudrait que cela dure, et s'affranchisse des saisons. Cela deviendrait alors une tendance. Mais ce sera trop tard pour Obama.
a écrit le 29/08/2012 à 21:30 :
Vive le liberalisme nous on suit le socialisme comme les grque donc on va vers un chomage de dingues
Réponse de le 29/08/2012 à 22:13 :
c'est plutôt l'inverse. En Europe on casse tout avec l'austérité comme simple objectif, on massacre l'emploi, l'investissement, l'effort d'innovation au nom de la réduction des déficits. Les USA choisissent de concilier croissance, emploi et réduction des déficits. Même si le réduction des déficits est plus lente, ils auront au moins une base technologique et productive qui leur permettra de rester une grande économie. Ils n'utilisent pas à faire preuve de protectionnisme si nécessaire. Dans le match Amérique néo-keynésienne et Europe ordo-libérale, l'avantage est pour les Yankees.
Réponse de le 30/08/2012 à 10:51 :
ils ont surtout une autre culture de re-investissements au niveau nationale, une culture philantropique que nous n'avons pas...
lorsque l'etat us , a demandé aux grands patrons de participer a l'effort national, ils l'ont fait avec grand plaisir et patriotisme, sachant que pour les tres tres hauts revenus, il y a eu deux ou trois ans, de ponctions d'impots a plus de 80% pour eux.... ils l'ont fait sans rechigner , ils ont compris, qu'ils ne peuvent s'enrichir, que si l'economie à laquelle ils participent doit etre en bonne santé ...contrairement aux europeens (et surtout francais) quand l'economie va mal, ils cherchent par tous les moyens, a tirer au maximum et les deplacer dans d'autres pays plus clements !
a écrit le 29/08/2012 à 20:08 :
Pour compléter sur l'immobilier US : Immobilier US : des signes de reprise

A lire sur : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

Cordialement
Réponse de le 30/08/2012 à 13:35 :
Bonne désinformation : quand est-il des milliers de maisons qui sont dans les comptes des banques, récupérées (ou volées) grâce aux subprimes ? Et bien elles sont toujours aux banques et celles-ci ne sont pas près de les mettre en ventes au risque de faire encore plus chuter les cours de l'immobilier US, de perdre encore plus d'argent et de montrer qu'elles sont aux plus mal. CQFD
a écrit le 29/08/2012 à 17:57 :
Pourvu qu'ils ne cassent rien et qu'ils élisent Obama!
a écrit le 29/08/2012 à 17:41 :
Quand je pense que certains critiquent encore le liberalisme...
Réponse de le 29/08/2012 à 22:19 :
Etrange conception du libéralisme. Obama (avec la Fed inonde) le marché bancaire de liquidité, subventionne dès que possible les industries d'avenir, fait du protectionnisme pour calmer les Chinois. C'est une politique réaliste qui combine intervention étatique au niveau macro économique et libéralisme au niveau de la réglementation des entreprises. Le bon deal.
La seule libérale et idiote de service est l'Europe. Au nom du libéralisme, elle fait du libre échange avec des partenaires qui trichent, elle laisse le marché paniquer et s'emballer au lieu d'éteindre l'incendie, elle refuse toute politique industrielle au nom de la libre concurrence....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :