La Chine, bien partie pour devenir le deuxième marché mondial du luxe

Dans cinq ans, la Chine pourrait être le deuxième marché du luxe au monde, derrière les Etats-Unis, selon une étude du cabinet international Euromonitor.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

En 2017, la Chine sera plus importante que le Japon pour le secteur du luxe. C'est du moins ce que prédit le cabinet international Euromonitor dans une étude publiée mardi. 

Austérité de plus en plus sévère en Europe d'un côté, gonflement de la classe moyenne dans les pays émergents de l'autre : la donne est en train de changer sur ce marché de 302 milliards de dollars (estimation pour 2012) en hausse de 4% par rapport à l'année dernière. Actuellement, les quatre premiers marchés au monde - Etats-Unis suivis du Japon, de l'Italie et de la France - représentent près de la moitié des ventes en valeur. Mais les puissances émergentes du groupe des "BRIC" ((Brésil, Russie, Inde et Chine) prennent de plus en plus d'importance. Elles représentaient 4% du marché mondial en 2007, accueilleront 11% des ventes en 2012 (33 milliards de dollars), et 16% en 2017 (59 milliards de dollars). Dans cinq ans, la Chine sera le deuxième marché du luxe au monde, juste derrière les Etats-Unis, prédit le cabinet Euromonitor. 

Mais Goldman Sachs prédit que la progression de la Chine sur le podium mondial de la consommation de produits de luxe sera plus rapide encore : la banque d'affaires voit ainsi l'Empire du Milieu totaliser 30% des ventes mondiales de produits de luxe dès 2015.

Un  réseau de distribution en pleine expansion

"Les ventes de produits de luxe en Chine ont connu une croissance constamment supérieure à la moyenne mondiale, grâce au gonflement rapide de sa classe moyenne et à un réseau de distribution en fort développement", explique Euromonitor.

Et au sein de ce réseau de distribution de produits de luxe en expansion, les marques chinoises se déploient massivement. "Le joaillier Chow Tai Fook s?appuie sur 1500 points de vente dans plus de 320 villes, quand un acteur comme Tiffany compte 230 magasins au niveau mondial", citait Paris Tech Review l'été dernier. En soulignant de ce fait que le marché chinois, plein d'opportunités pour les marques de luxe occidentales, n'est toutefois pas un eldorado pour les Vuitton, Armani, Hermès, Gucci et consors, qui doivent adapter leurs produits à une clientèle chinoise aux multiples profils sociologiques.

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 12/10/2012 à 0:59
Signaler
La gourvernance administrative américaine se prépare à appliquer un décret du congrès qui mettra fin au comas artificiel dans lequel l'économie américaine s'enlise depuis le ''crash'' 2008-2009.Ce décret oblige à la gourvernance administrative , une...

à écrit le 10/10/2012 à 6:58
Signaler
LVMH-PPR,etc.tous iront s'installer à Hong Kong et pas la Belgique.Ca sera comme avec le Qatar.L'agenda sera dictée par eux.Pour bloquer le tout on envoyera Montebourg pour discu ter " un plan social "

à écrit le 09/10/2012 à 22:33
Signaler
Le fin du fin serait tout de même un riche Chinois se promenant dans les rues de la capitale dans un pousse-pousse tiré par un Français :-)

le 10/10/2012 à 0:17
Signaler
Le francais lui reparera les chambres à air mais il fera venir de la main d'oeuvre pour le reste

à écrit le 09/10/2012 à 17:19
Signaler
c'était prévisible

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.