Barack Obama veut faire appel aux immigrés pour stimuler la création d'entreprise

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président des Etats-Unis soutient des arguments défendus par les tenants d'un "Start-up Visa" susceptible d'attirer une matière grise étrangère qui dynamiserait l'économie avec la création de start-up. Une proposition de loi en ce sens vient d'être déposé au Sénat américain.

Les Canadiens l?ont créé, les Américains l?envisagent? Outre-Atlantique, le ?start-up visa? a le vent en poupe. Le principe? Autoriser davantage d?étrangers à s?installer dans le pays pour y monter des jeunes entreprises innovantes. Afin d?attirer des cerveaux du monde entier, des sénateurs démocrates et républicains américains ont déposé mercredi une proposition de loi à cette fin. Projet visiblement soutenu par le président des Etats-Unis qui, à Las Vegas, prononçait la veille un discours sur son projet de réforme de l?immigration.

?Après tout, les immigrés ont contribué à créer des entreprises comme Google et Yahoo!?

?Après tout, les immigrés ont contribué à créer des entreprises comme Google et Yahoo!? a ainsi argué Barack Obama. Des géants de la Silicon Valley et d?autres grandes entreprises avaient d?ailleurs adressé une lettre à la Maison-Blanche en septembre 2012 pour plaider la cause d?une loi favorisant l?immigration. Parmi les signataires: Apple, Dell, Hewlett-Packard, IBM, Intel, Microsoft, ArcelorMittal mais aussi des organisations comme la Chambre de Commerce américaine. Une initiative à laquelle l?administration Obama avait dans un premier temps opposé une fin de non recevoir, préférant intégrer cette mesure à la grande réforme sur l?immigration prévue pour la fin de l?année.

"Une start-up sur quatre fondée par des immigrés"

Sur le fond, Barack Obama a repris mardi les arguments des défenseurs du ?start-up act?, série de lois favorable aux jeunes pousses comprenant un visa spécial. Il a affirmé par exemple, que lors des années précédentes ?une startup sur quatre dans les nouvelles technologies a été fondée par des immigré aux Etats-Unis? et que ces entreprises généraient des emplois. Un raisonnement détaillé par Steve Case, co-fondateur d?AOL, dans un entretien donné au magasine du cabinet McKinsey. L?homme d?affaires, désormais à la tête du fonds d?investissement Revolution, y clame que l?Etat doit davantage se concentrer sur les entreprise qui connaissent une forte croissance ?parce que c?est de là que vient la croissance des emplois?.

Ode à l'esprit d'entreprise

Revenant sur l?histoire américaine, il affirme que ?l?ingrédient secret? qui a fait des Etats-Unis la première puissance économique de la planète, c?est l?esprit d?entreprise. ?Les autres nations qui tentent de faire la même chose [le] reconnaissent?, ajoutait-il. Ces affirmations font écho aux revendications de certains entrepreneurs français, qui à travers le mouvement des Pigeons notamment ont agité l?argument de la création d?emploi pour réclamer la suppression d?un mesure de la loi de Finances qu?ils considéraient comme nuisible. Mais, pour l?heure, aucun ne réclame encore de ?Startup Act? à la française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2013 à 14:20 :
Les "Start-up Visa" veut aussi dire "money" a transférer au USA, l'article est incomplet.
a écrit le 31/01/2013 à 18:23 :
nos concitoyens fuient déjà en masse aux Etats-Unis.... le français, quand il n'est pas syndicaliste ou à tendance gauchiste, est très prisé à l'étranger. C'est pas un hasard si la plupart des étudiants des grandes écoles commencent leur carrière à l'étranger... et finissent par y rester !
a écrit le 31/01/2013 à 17:41 :
ç'est une conseillere économique française qui lui a soufflée l'iddée?
a écrit le 31/01/2013 à 17:28 :
apres Lafayette nous voila,c'est la faillite vous voila
Réponse de le 31/01/2013 à 17:49 :
BIEN !
a écrit le 31/01/2013 à 15:01 :
On peut aussi dire que les 3/4 des start-ups ont été créé par des nationaux. Si les grands patrons du NASDAQ sont à la recherche de cerveaux compétents ils devraient plutôt remettre en cause le système éducatif du pays plutôt que de vider l'Europe de sa matière grise. De toute façon les valeurs des nouvelles technologies sont éphémères alors à quoi bon perdre du temps à remettre à plat le problème. Le pire reste à venir en social-démocratie...
Réponse de le 31/01/2013 à 18:32 :
Ils ont contraire une trés bonne stratégie.
Ils prennent plus de puissance et ils affaiblissent les concurrents.
a écrit le 31/01/2013 à 14:54 :
Assez étrange de la part du pays où se trouve les meilleures universités, les meilleurs chercheurs, les fonds d'investissement les plus faciles d?accès, les plus beaux rêves de richesse rapide, les impôts les plus faibles, l'absence de cotisations sociales, l'administration la plus light, ... et je dois en oublier. Ils n'arrivent plus à faire des ponts d'or malgré un dollar qui coule sous flots..?? Et ma green card dont je voyais des pubs à tous les coins de rue du net? Où-ce-qu'elle hait..??
Réponse de le 31/01/2013 à 15:34 :
L'une des bases dans la gestion de l'information c'est de recoupé les sources d'informations, les meilleures universités ? Chercheurs ? Mais qui a fait ce ou ces classements ? ...


Sinon je vous invites tous à voir le tableau des médaillés field (récompense mathématique)...

Pas si brillant que ça le copain américain...
Réponse de le 31/01/2013 à 16:24 :
Bien vu d'avoir détecté, in the night, que mon commentaire notait le décalage entre le discours de grandeur des US et cette déclaration qui prouve une détresse qui était prévue. Le rêve s'arrête toujours au réveil ... des réalités.
a écrit le 31/01/2013 à 14:24 :
génial, dommage nous faisons à peu près l'inverse....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :