Yves Rocher s'est-il fait piéger par Poutine ?

 |  | 555 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
L'opposition anti Poutine appelle au boycott international du groupe cosmétique français après que la direction russe d'Yves Rocher ait déposé une plainte contre un adversaire du président russe, Alexeï Navalny.

« Yves Rocher plante trois millions d?arbres en Russie? et [coffre] les deux frères Navalny ? » titrait mercredi le journal d?opposition Novaïa Gazeta, publiant au passage les dix pages de la plainte déposée par le groupe breton. Signée par Bruno Leproux, le directeur général d?Yves Rocher Vostok (branche russe du groupe), cette plainte datée du 4 décembre 2012 vise Alexeï Navalny, charismatique leader de l?opposition libérale russe, et son frère cadet. Ils sont accusés du « crime » d?avoir « obligé » Yves Rocher à surpayer un service de transport durant quatre années. L?accusation d?apparence anodine intervient dans un contexte de harcèlement policier et judiciaire mené pour discréditer Alexeï Navalny.

Des militants de l?opposition russe ont immédiatement réagi mercredi soir en lançant une campagne sur Facebook appelant les internautes du monde entier à boycotter les produits d?Yves Rocher, qui se trouve désormais accusé de « participer aux poursuites politiques » engagées par le Kremlin. Novaïa Gazeta suggère que le puissant Comité d?Enquête de Russie, directement placé sous l?autorité de Vladimir Poutine, a « demandé » à la direction d?Yves Rocher Vostok de porter plainte. « Et la société n?a pas trouvé la force de résister », ironise le journal. Le service de presse d?Yves Rocher est resté injoignable hier.

Le deuxième marché du groupe après la France

Homme d?affaires installé en Russie depuis quinze ans, Bruno Leproux ne peut ignorer ni la situation politique, ni les règles régissant les rapports entre affaires et pouvoir. En dénonçant l?opposant le plus populaire du pays au chef du Comité d?Enquête, qui appartient au premier cercle de Vladimir Poutine, il a placé Yves Rocher dans un engrenage aux conséquences imprévisibles. La Russie est le deuxième marché du groupe après la France en terme de chiffre d?affaires Le Kremlin cherche des poux dans la tête des opposants gênants par des moyens directs (contrôles fiscaux) mais aussi de plus en plus souvent par des moyens détournés, en faisant pression sur des plaignants tiers pour qu?ils engagent des litiges commerciaux avec les sociétés des opposants. Les autorités vont parfois jusqu?à menacer de retirer aux opposants la garde de leurs enfants « pour mauvais traitements ».

Vinci a déjà connu des déboires similaires

Face à la répression et à l?inflexibilité du Kremlin, l?opposition russe vise occasionnellement ce qu?elle suppose être des alliés du pouvoir russe. La société Vinci en a déjà fait les frais, cible d?attaques très médiatiques d?écologistes russes opposés à la construction d?une autoroute à travers un bois dans le Nord de Moscou. Vinci construit l?autoroute avec la bénédiction de Vladimir Poutine au sein d?une coentreprise avec un homme d?affaires réputé proche du président. Vladimir Poutine a promis en décembre dernier de faire remonter la Russie de la 120ème à la 20ème place du classement « Doing business » de la Banque Mondiale, distinguant les pays en terme de climat d?investissement. Pas sûr qu'impliquer les investisseurs étrangers dans le bourbier politique russe soit la meilleure façon d'y aprvenir.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2013 à 1:58 :
French businessmen must to remember the name of this pseudo-journalist, and through his connections to deprive his work. This person is constantly manipulating the facts and engaged anti-Russian propaganda. He is not a journalist but a "professional critic of the Kremlin."
a écrit le 08/02/2013 à 15:44 :
Des opposants russes appellent à boycotter Yves Rocher
Actualité beauté : Des militants de l'opposition appellent à boycotter Yves Rocher, accusant un responsable du groupe de participer aux "poursuites politiques" contre l'opposant Alexeï Navalny
a écrit le 08/02/2013 à 9:37 :
Yves Rocher on servise of ex-colonel KGB Putin. Money not smell bad, isnt it?
Réponse de le 08/02/2013 à 21:05 :
Yes, my dear countryman! Definitely there is a conspiracy against such very popular oppositionists as Mr. Navalny! His personality is so quite charismatic that only stupidness of Russians still has not allowed him to realize one more revolution in Russia! It is very sadly! Because there is only one most important thing for russians, going across of all our history - revolution! We all are tired of the being calm life! We insist on revolution! Viva REVOLUTION!!!!
Réponse de le 11/02/2013 à 3:14 :
Une chose est de faire des affaires en Russie et complètement une autre à s'impliquer dans la politique.


Vous pouvez faire ce que vous voulez en Russie, révolution ou pas, mais la France ne veut pas s'impliquer.

La France a ses propres intérêts.

Ainsi, les français devraient boycotter Yves Rocher, que d'autres entreprises se connaître mieux.
a écrit le 08/02/2013 à 9:25 :
@l'auteur : dans votre résumé, "après que la direction... A déposé une plainte..." Et non "ait". Je vous prie de respecter les règles élémentaires de conjugaison.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:11 :
Jamais de subjonctif après "après que". Nah! Bonne journée.
a écrit le 08/02/2013 à 8:47 :
Je vais prendre un autre arrêté produits Yves Rocher.
Réponse de le 08/02/2013 à 18:55 :
de sorte que vous écrivez, parce que vous - le robot embauché Yves Rocher .. dès que vous arrêtez de payer - vous les renvoyer!
Réponse de le 08/02/2013 à 18:58 :
de sorte que vous écrivez, parce que vous - le robot embauché Yves Rocher .. dès que vous arrêtez de payer - vous les renvoyer!
a écrit le 08/02/2013 à 8:46 :
Je vais prendre un autre arrêté produits Yves Rocher.
Réponse de le 11/02/2013 à 5:16 :
Yves Rocher est à blâmer pour avoir la vie politique russe et des trolls internet russe pour la France et pour qui seul mérite boycott.
a écrit le 08/02/2013 à 0:14 :
Peu d'impôts , mais il faut savoir fricoter avec Poutine et sa clique sans en avoir l'air.
a écrit le 07/02/2013 à 22:39 :
Article béotien: comme si Poutine avait le temps de s'occuper de toutes les petites choses qui se passent en Russie :-) Même s'il le voulait, il n'aurait pas le temps. Il s'agit donc d'un article non informé et de toute évidence manipulateur !!!
Réponse de le 08/02/2013 à 8:48 :
Je vais prendre un autre arrêté produits Yves Rocher.
Réponse de le 08/02/2013 à 23:49 :
Soyez un peu plus sérieux, le mot "Poutine" sous-entend "le régime de Poutine"
Réponse de le 11/02/2013 à 3:45 :
Vous vous trompez. C'est le plus grand conflit depuis compagnie britannique a aidé Poutine à mettre Mikhaïl Khodorkovski en prison.
a écrit le 07/02/2013 à 21:41 :
Prenez leurs menaces très au sérieux et laissez-les. Vraiment. L'individu et la vie n'ont pas le même prix à Moscou.
a écrit le 07/02/2013 à 21:17 :
on s'en fout de l'opposition.croyez vous que Mr HOLLANDE ecoute l'opposition sur un grand sujet de société ??
le pouvoir est a la majorité et dans les urnes,certainement pas dans la rue et dans l'opposition.
a bon entendeur .
a écrit le 07/02/2013 à 18:13 :
coffre ou qu'offre ....!! faute de traduction ??
Réponse de le 08/02/2013 à 9:56 :
coffrer : mettre en taule. Le titre russe utilise le verbe "posadit" qui signifier à la fois planter un arbre et emprisonner.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:03 :
@La Tribune: +10000
Où est le rédacteur en chef???
a écrit le 07/02/2013 à 18:01 :
En Russie faire des affaires, c'est un jeu d'équilibriste sur une corde verglacée
Réponse de le 07/02/2013 à 18:37 :
+ 1, c'est presque aussi dangereux que le scooter dans Paris !
Réponse de le 07/02/2013 à 19:16 :
En France faire des affaires en 2013, c'est un jeu d'immobilisme sur des budgets gelés.Il faut chercher la croissance hors de nos frontières. Citez un pays en forte croissance où il est facile de faire des affaires?
Réponse de le 07/02/2013 à 19:33 :
Ca, c'est typiquement un commentaire franco-français !!! Croyez-vous qu'en France, cela soit du "gâteau" ?
Réponse de le 08/02/2013 à 10:11 :
@TARTARIN Excusez moi messire, je n'ai pu résister à écrire une plaisanterie. Pour la Chine, j'aurais mis : danser sur la tête du dragon, et pour la France, essayer de sortir du labyrinthe avec la pile de papiers complète, poursuivi par les syndicats.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :