Tokyo va désigner un gouverneur de la BoJ favorable à une politique monétaire expansionniste

Le gouvernement japonais va désigner l'actuel président de la Banque asiatique de Développement, Haruhiko Kuroda, pour diriger la Banque du Japon (BoJ), ont affirmé lundi les journaux nippons. C'est un proche du parti conservateur favorable à la politique ultra-accommodante souhaitée par Shinzo Abe.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

En plein psychodrame monétaire, le gouvernement japonais va désigner son futur gouverneur de la Bank of Japan (BoJ). Le nom de Haruhiko Kuroda a déjà filtré dans la presse nippone. Sans surprise, l'actuel président de la Banque asiatique de Développement est réputé favorable à la politique monétaire ultra-accomodante souhaitée par le premier ministre Shinzo Abe. L'annonce officielle de la désignation du futur chef de la BoJ devrait intervenir cette semaine et soumise au Parlement d'ici au 19 mars.

Shinzo Abe aux commandes

L'actuel gouverneur de la BoJ Masaaki Shirakawa avait démissionné fin janvier. Il avait cédé à la pression de Shinzo Abe qui souhaitait voir la banque centrale se fixer un objectif d'inflation annuelle de 2%, afin d'en finir au plus vite avec une déflation entravant l'économie nippone par intermittence depuis 15 ans. Pour lui succéder, le premier ministre a prévenu qu'il souhaitait un responsable en accord complet avec cet objectif et désireux d'assouplir encore la politique monétaire de la BoJ, statutairement indépendante du gouvernement.

Un membre du sérail conservateur

Ex-fonctionnaire de 68 ans, Haruhiko Kuroda répond à ce profil et remplit a priori les autres conditions posées par le Premier ministre: expérience dans le domaine de la finance, réseau relationnel étendu et capacité à exposer et défendre la politique monétaire et économique nippone sur la scène internationale. Avant de prendre ses fonctions début 2005 à la Banque asiatique de Développement, M. Kuroda fut conseiller spécial du Premier ministre de droite Junichiro Koizumi de 2003 à 2005.

Il fut vice-ministre des Finances chargé des Affaires internationales de 1999 à 2003, à une période où se succédaient les interventions directes du Japon sur le marché des changes pour stopper la hausse du yen.

Le yen continue de s'affaiblir

Lundi matin, la devise nippone baissait face aux principales devises. Vers 01H20 GMT (10H20 à Tokyo), le dollar grimpait à 94,04 yens contre 93,37 yens vendredi à 22H00 GMT, et l'euro à 124,02 yens contre 123,18 yens également vendredi. Ces dernières semaines, le yen a chuté en raison des nouveaux engagements de la BoJ en terme d'inflation. Des investisseurs tablent sur une poursuite de cette dépréciation si Haruhiko Kuroda devient gouverneur. Conséquence, la Bourse de Tokyo grimpait nettement et l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes gagnait 1,74% un peu plus d'une heure après l'ouverture.

>> Lire aussi Le Japon prépare une révolution culturelle de son modèle économique

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/02/2013 à 12:53
Signaler
L?annexion de l?Europe par l?Allemagne.... on dirait !

à écrit le 25/02/2013 à 12:44
Signaler
reste à ses anciens alliés d'en faire autant ! N'est ce pas Angela !!!!

à écrit le 25/02/2013 à 10:23
Signaler
Et pendant ce temps l' Euro a adopte le statu quo et l' Europe se declare contre une guerre des monnaies. Que de naivete.

le 25/02/2013 à 11:47
Signaler
La France de 2013 semble faire face aussi courageusement à l'Euromark qu'à l'Allemagne de 1939. A croire que les français sont fait pour être au service d'une "superpuissance".

le 25/02/2013 à 12:56
Signaler
la politique de nos élus ... n'est sans risque pour autant .... dans un monde où les fonctionnaires sont rois ! (je suis une gueux de la république)

à écrit le 25/02/2013 à 9:48
Signaler
Voilà un vrai sujet pour nos politiques car le niveau du yen aura une incidence directe sur nos exporttaions det nos importations de produits du Soleil Levant mais il est vrai que nos politiques préfèrent blablater sur la phrase du salon de l'agricul...

le 25/02/2013 à 11:51
Signaler
Le lobbying de l'automobile "verte" remerciera bien bas le Japon de nous faire profiter de batteries Lithium-Ion de conception japonaise et de fabrication chinoise à moindre coût.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.