La croissance mondiale plombée par la zone euro et... la Chine

 |   |  276  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La croissance mondiale va ralentir en 2013 selon la Banque mondiale, plombée par la zone euro et par le ralentissement de la croissance de la Chine et des autres BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). En revanche, l'Afrique sub-saharienne devrait confirmer son éveil.

La croissance mondiale va encore ralentir cette année pour s'établir à 2,2% du PIB selon la Banque mondiale. En cause, le fort ralentissement de la zone euro, qui devrait enregistrer une contraction de 0,6% en 2013 en raison du rééquilibrage des finances publiques et du manque de confiance des consommateurs, nous explique l'institution dans son rapport. Cette année encore, le moteur de la croissance mondiale se situe en Asie. Mais les BRICS confirment leur aterrissage.

La Chine et les BRICS confirment leurs ralentissements

Empétrée dans un rééquilibrage de sa croissance compliqué, la Chine va encore voir son économie ralentir avec un taux de croissance du PIB prévu à 7,7% contre 7,8% cette année. Par comparaison, le taux de croissance enregistré par la deuxième économie mondiale était de 10,4% en 2010 et ne cesse de ralentir depuis. En raison de sa structure économique, on considère qu'elle a besoin d'une croissance à 8%. La Banque mondiale est toutefois optimiste pour la suite et prévoit une très légère accélération de la croissance grâce à la reprise mondiale tant attendue en 2014. Avant de ralentir à nouveau. Parlant des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) dans leur ensemble, la Banque mondiale considère comme "peu probable que ces pays connaissent à nouveau des taux de croissance comparables à ceux qu'ils affichaient avant la crise".

L'Afrique subsaharienne confirme son éveil

Partant de loin, l'Afrique sub-saharienne bénéficie d'un effet de rattrapage et de la croissance des échanges Sud/Sud. Elle devrait connaître une expansion "robuste" de 4,9%, portée par ailleurs par "une forte demande intérieure" et une "hausse" des transferts d'argent des migrants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2013 à 11:30 :
il ne sert a rien de vivre dans une croissance galopante UNE DCROISSANCE MONDIALE SERAIT PLUS SURE ET PLUS INTELIGENTE POUR TOUS IL FAUT ARRETE DE SUBIR LE MARCHE FINANCIER ???
a écrit le 13/06/2013 à 19:33 :
Ainsi avant la crise, c'était le rêve américain "tous propriétaires de son logement" qui tirait la croissance à des niveaux rarement atteints pendant 20 ans. N'est-ce pas bizarre que la croissance soit le résultat d'une folie? Folie qui a aussi fonctionné un peu pour les espagnols.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :