Fraude fiscale : l'ONG ICIJ met ses riches "offshore leaks" en accés libre

 |   |  630  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Consortium indépendant des journalistes d'investigation (ICIJ), l'ONG qui a révélé un grand nombre d'informations sur les paradis fiscaux, a mis en accès libre ses "Offshore Leaks", afin de pouvoir bénéficier de l'aide des internautes pour lutter contre la fraude fiscale.

Le réseau de journalistes à l'origine des révélations sur les paradis fiscaux baptisées "Offshore Leaks" a ouvert vendredi soir sa base de données au public, espérant ainsi découvrir de nouveaux scandales.

Basé à Washington, le Consortium indépendant des journalistes d'investigation (ICIJ) estime dans un communiqué mis en ligne sur son site que "les meilleures informations pourraient bien venir d'une collaboration ouverte, où les lecteurs peuvent explorer la base de donnée" à l'origine de l'enquête baptisée "Offshore Leaks".

L'ONG a donc mis au point une application qui permet de trouver les liens entre une filiale offshore d'une grande entreprise et des "bénéficiaires" ou propriétaires de comptes plus ou moins mystérieux.

BNP Paribas et Crédit Agricole ont aidé à la création de sociétés offshore

Comme l'a révélé le journal Le Monde dès avril, BNP Paribas et Crédit Agricole ont aidé à la créations de sociétés offshore dans des paradis fiscaux dans les années 1990 et 2000.

Une recherche rapide menée jeudi soir sur la base de données de l'ICIJ à partir du nom "BNP Paribas" a conduit à plusieurs entités offshore. En cliquant sur une filiale dont l'adresse est sur l'île anglo-normande de Jersey, on est rapidement dirigé vers une filiale nommée "Portcullis Trustnet" située aux îles Vierges, dans les Caraïbes, et un autre écran s'ouvre sur une importante liste de comptes existant en 2005.

On découvre de nombreux noms de sociétés à consonance asiatique, mais aussi une société "Tiger Woods International", qui pourrait avoir appartenu au champion de golf, ou encore des fonds aux noms dignes de James Bond comme "Perfect Mission International Ltd".

Difficile de se retrouver dans cette forêt de noms

Mais il est bien difficile de se retrouver dans cette forêt de noms, de savoir si ces comptes existent toujours et à qui ils appartiennent vraiment, même pour les dizaines de journalistes d'investigation ayant enquêté depuis plusieurs mois sur quelque 2,5 millions de dossiers.

"Après plus d'un an de recherche et de reportages, les journalistes de l'ICIJ et leurs partenaires sont encore en train de creuser cette mine énorme d'informations", explique l'ONG.

"La base de données de l'Offshore Leaks donne à l'ICIJ l'opportunité de s'adresser aux journalistes et aux membres du public du monde entier, et notamment des pays les plus affectés par la corruption et les magouilles", ajoute l'ICIJ. "Le public peut nous aider dans cette tâche extrêmement importante en nous orientant sur de nouvelles pistes".

C'est la première fois dans l'histoire qu'une telle masse d'informations sur des comptes secrets est mise à la disposition du public, a affirmé le directeur de l'ICIJ Gerard Ryle.

La prochaine réunion du G8 donnera la priorité à la lutte contre l'évasion fiscale

En collaboration avec plusieurs titres de presse, l'organisation avait coordonné une vaste enquête journalistique mondiale sur des placements dans les paradis fiscaux. Un grand nombre de personnalités avaient été éclaboussées par ces révélations début avril.

En France, l'ancien trésorier de campagne de François Hollande, Jean-Jacques Augier, avait dû s'expliquer sur des placements effectués dans les îles Caïmans.

"Nous faisons cela parce que le climat politique a énormément changé depuis quelques mois", a-t-il ajouté, rappelant que la prochaine réunion du G8 sera notamment consacrée à l'évasion fiscale.

Le Premier ministre britannique David Cameron, qui sera l'hôte de cette réunion la semaine prochaine en Irlande du Nord, a appelé le mois dernier les dirigeants de dix territoires d'outre-mer ou dépendant de la Couronne, réputés être des paradis fiscaux, à assister les efforts de Londres pour combattre l'évasion fiscale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 19:11 :
voila une bonne nouvelle les etats ont tous a y gagnes en faissant la chasse aux fraudeurs d inpot braveau au journalistes qui meneront ce conbat.. car tout le monde a y gagne en ne payent mois d impot surtout a renbourse les dettes que nous ne devont pas laissez a nos ENFANTS ce conbat doit etre le devoir de tous???
a écrit le 16/06/2013 à 15:54 :
A M. Petit
Vous êtes un as de l'économie en plus d'être fort en littérature.
Combien les étrangers vivant en France peuvent-ils envoyer d'argent à leur famille au pays? Le calcul peut être estimé simplement.
Supposons que quelques 5 millions d'étrangers envoient 100 euros par mois car ils ne gagnent en moyenne pas bien plus que le SMIG. Cela ferait 500 millions d'euros par mois, soit 6 milliards par an.
Même s'ils envoient en moyenne 200 euros par mois, cela ne ferait guère que 12 milliards par an.
En empêchant ces transferts, en supposant que cela soit permis, cela ne ferait qu'une goutte d'eau dans l'océan des besoins financiers actuels.
Réponse de le 16/06/2013 à 17:34 :
Nous devons empêcher ces transferts d'argent illégaux. C'est une chose à faire très importante. On DOIT stopper ces transferts d'argent noir. Mais vous vous êtes un peu trompé. L'argent envoyé dépasse de beaucoup le SMIC. Il y a des commerçants qui gagnent avec toute leur famille environ 10 à 30 000 E, ce n'est pourtant que le minimum. Cela reste sans déclaration des impôts, et ils envoient tout cet argent noir à l'étranger. Juste pour cette vérification, il suffit de contrôler leur passeport pour voir combien de fois par an ils vont dans leur pays, surtout les dirigeants de commerce. Il n'y a pas d'autre solution à part celle-là pour gagner autant d'argent. Pour eux, un SMIC et un jour de salaire. Je ne suis pas seulement un « économiste », je suis aussi fort en littérature, j'ai plusieurs fois annoncé ma capacité à développer l'économie de France sans investir nouvellement, seulement en développement le système de fonctionnement. Sachez que je ne suis pas un diplômé d'état, mais je ne parle pas dans le vent.
a écrit le 16/06/2013 à 13:15 :
J'ai une expérience suite à un travail de bénévolat avec une association d'un pays d'Asie, qui devint indépendant en décembre 1971. Vers 1991, date du voyage de MME Danielle Mitterrand, tout les gens « illégaux » devinrent « légaux », par l'influence de différentes manières, probablement sous le « règne » de MME. Mitterrand. Or ces gens en vendant des cacahuètes, des bijoux prétendus dans la métro or pure... gagnèrent beaucoup d'argent, parfois 1 000,00 F par jour à l'époque. J'ai vu, quelques ans auparavant, un MR. vendant des fleurs dans des bars, gagnant 1 000,00 à 3 000,00 E par nuit. Si il ne gagnait que 1 000 E, le business s'était mal passé. On ne peut imaginer combien d'argent ils gagnent par an. Tout cet argent est envoyé à l'étranger, qualifié d' « argent noir ». a un moment, pour les aider, je traduisais des documents, les envoyais dans différentes associations. Suite à ça, ils s'intéressèrent à moi, et pour me remercier, m'envoyèrent dans leur pays, avec leur argent gagné. Quand je fus arrivé là-bas, j'ai été surpris par leurs habitations, car en envoyant ici l'argent de France, ils ont pu construire l'équivalent d'une villa à Nice ou Monaco. Mais ils vivent ici pauvrement avec leurs enfants. Et ici, nous français, ne voyons pas ça, et ne pouvons ni être jaloux. Or ceux qui sont comme nous, et qui vivent grâce à leur travail ici et au crédit de la banque achètent une maison, et pour leur nécessité, achètent une ou deux voitures, aussi par le crédit bancaire, et nous sommes jaloux de ça. Mais ce qu'on voit ici a vingt ou trente fois moins de valeur que ce qu'il y a en dehors des frontières. J'ai vu une famille qui garde elle aussi son argent, roulant avec deux voiture ? une pour le travail et une pour la famille ? et tout les français du quartier faisant une pétition contre elle au service d'impôts. Nous ne voyons que ce que nous avons envie de voir, rien d'autre, pas la stricte vérité qui se cache derrière. Au moins MR. ou MME. Petit a essayé de faire le nécessaire pour retrouver les fraudeurs fiscaux, pour que l'état puisse gagner un minimum d'argent. C'est quelque chose de réelle si on réfléchit vraiment, surtout pour les gens détenant le pouvoir, surtout le Ministre à qui MR. ou MME. Petit a envoyé son courrier.
Réponse de le 16/06/2013 à 16:00 :
Vous avez là un très bon tuyau: en vendant des fleurs dans des bars on gagne au minimum 1000 euros par soir, soit 20 000 euros par mois en prenant de bons week-ends.
Je m'y lance tout de suite, à moins que je ne me mette à vendre des cacahuètes et des bijoux de fantaisie dans le métro, mais là je risque de gagner un peu moins, peut-être 15 000 euros seulement.
Réponse de le 16/06/2013 à 17:20 :
On gagne peut-être un peu plus. Je vous donne un nom: Shafique DEWAN, qui vient du pays que j'ai indiqué. A l'époque dont je parle, il gagnait par jour 30 000,00 F en organisant avec la OFPRA, des papiers en échange d'argent, unetelle somme par personne. Il y a des jours ou il recevait un à cinq personnes, et disait : si vous réussissez à cibler cet homme qui vit peut-être à Paris ou qui est retourné dans son pays d'origine car il gagné des milliards d'euros, demandez lui, comment en vendant des fleurs, il a pu gagner 1 000 à 3 000 E ? Ce n'est pas seulement 20 000,00, il gagnait 30 à 90 000,00 E, car il travaillait aussi les week-end.
a écrit le 16/06/2013 à 12:31 :
Il y a quelques ans, j'ai eu l'occasion de regarder « Ripostes », dont le sujet était « Duel Royal/Sarkozy », débat télévisé de 2006 par Serge Moati. Je l'ai commenté par courrier, adressé aux politiciens ayant participé au débat. Le nom de l'article était « vivre ensemble ». Quelques semaines après j'ai eu la surprise d'entendre mon titre formulé de manière différente, « tous ensemble ». j'ai envoyé un autre article au journal, en insistant sur un mot, « le changement ». Quelques ans plus tard, j'entends ce mot avec surprise, déformé : « le changement, c'est maintenant ». Donc, vous avez raison, ils ne nous écoutent pas mais prennent nos idées, à nous, écrivains non-déclaré. Vous avez raison, aussi, de dire que ça sort de l'ivresse. Mais pour moi, ce que j'ai dis est vrai, je l'ai fait en bonne et due forme, ce n'est nullement du charabia. Quand on dit quelque chose, ou qu'on envoi un courrier tout le monde le lit, cela va de mains en mains. Mais ce que j'ai envoyé, j'en ai reçu un résultat. Seulement quand cela atterrit dans les bureaux locaux, cela vire à l'indifférence. Suite à ma vérité dite, si vous êtes blessé, vous m'en voyez « désolé ». Mais si vous vous sentez concerné par ce qui est écrit, vous m'en voyez fier, car ça a pu vous corriger de vos fautes d'avant. Avec l'argent envoyé à l'étranger, il est encore temps d'en faire des propriétés au nom des siens. Sinon votre suite ne pourra bénéficier de votre héritage. Ni la France, auquel cet argent revient. Je vous demande d'interroger tout de suite vos enfants sur l'endroit ou ils voudraient vivre plus tard, ici ou dans leur pays d'origine ? Je connais déjà la réponse. Ils voudront à coup sûr rester ici. A part si vous êtes un diplomate, de tout façon si vous en êtes un, mon post ne vous concerne pas. Je sais que comme à peu près tout les parents, vous aimez vos enfants, peut-être un peu plus. En étant dans cet état d'esprit, avez-vous pensé une fois dans votre vie que, ce que vous avez gagné dans votre vie et que ce que vous avez fait dans votre pays, que sans votre présence, vos enfants pourront (ou pas) bénéficier de tout cet héritage ? Si vous avez fait le nécessaire, vous avez raison, car la France aura ces impôts et vos enfants seront dans une bonne voie. Donc, vous n'êtes pas concerné par mes propos. Je connais des gens qui partent chaque année dans leurs pays mais qui ne font rien du tout ici, vivent dans un immeuble insalubre, sans électricité, sans eau, alors qu'ils en auraient la possibilité s'ils n'avaient pas dilapidé tout leur argents pour des chimères à l'étranger, juste en un mois de vacances.
a écrit le 16/06/2013 à 9:48 :
Tu parles de "journalistes"...
"Collabos" me semble un terme plus approprié pour ces thuriféraires des pilleurs.
a écrit le 16/06/2013 à 9:18 :
Le coté organisation de la délation spontané par les journalistes flics c'est bizarre
la délation organisée c'est vichy international
c'est franchement gênant et le mélange des genres est troublant
Orwell qui revient à la mode, et si la machine à fliquer est programmée au départ par les "défenseurs "de la liberté?
a écrit le 16/06/2013 à 0:52 :
et moi je vais mettre en ligne tous les journalistes, fonctionnaires, politiques qui bénéficient de l'argent du contribuable sans rien apporter en échange !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 17/06/2013 à 9:32 :
@bertrand, d"accord avec vous: certaines et certains journalistes ne parlent plus normalement lors de débats télévisés: ils aboient avec vulgarité, comme cette journaliste de France inter par exemple.
a écrit le 15/06/2013 à 20:43 :
Mais oui, j'y suis. Incroyable que le nom le plus populaire de France y soit.
a écrit le 15/06/2013 à 17:22 :
On parle toujours de fraude fiscale, et j'approuve la lutte contre ce fléau. Mais on ne parle jamais de la fraude à la Sécurité Sociale, et encore moins des moyens pour lutter contre cette perte sèche de plus de 45 milliards d'euros, au détriment de tous les ayants droits floués et refloués.
Réponse de le 15/06/2013 à 18:57 :
Bien au contraire, je trouve qu'on trouve beaucoup plus des petits crimes et délits, de la délinquance en mobylette, que de la délinquance en col blanc. Proportionnellement, l'évasion fiscale nous coûte 100 fois plus que les fraudes à la sécu et aux allocs réunies. Vous dites qu'on parle "toujours" de la fraude fiscale, je dis qu'on n'en parle que récemment, et qu'il est plus que temps.
Réponse de le 16/06/2013 à 0:06 :
c'est vrai qu'il est plus que temps de quitter l'Europe. L'argent que les gens ont mis à l'étranger, c'est LEUR argent, l'argent de leur travail !!! si vous en voulez de l'argent, TRAVAILLEZ !!!! les besoins sont là, TRAVAILLEZ !!!
les chiffres avancés sont bien évidemment bidons !!!
ensuite les fraudes à la sécu sont bien souvent opérés par les politiques qui aident et conseillent !!!!
et enfin les grands fraudeurs sont les politiques qui payés PAR NOS IMPOTS mettent cet argent à l'étranger ce qui est quand même culotté !!!!!
il y a quelques années, le magazine CAPITAL précisait que les hauts fonctionnaires de Bercy étaient payés en Suisse, les intéressés n'ont nullement démenti !!!!
a écrit le 15/06/2013 à 16:15 :
Monsieur le chef des rédacteurs, par différents commentaires j'ai déjà insisté sur la recherche des fraudeurs fiscaux, j'ai essaye de montrer comment on pourrait les cibler. Pour cette raison le 9 avril 2013 j'ai envoyé un courrier auprès du ministre de l?Économie à Bercy. Voici ci dessous le courrier en entier :
« Monsieur le Ministre,

C'est avec beaucoup d'attention que j'ai vu votre émission sur i>télé le Dimanche matin, 07 Avril 2013, où les journalistes vous ont interviewé. C'est ça, le rôle de journaliste ; ils ont découvert de nouveaux éléments et ils ont aussi apportés des « couleurs ». Dans le même temps, ils peuvent aussi donner un exemple du côté positive, ce qu'ils ne font pas souvent, voire même jamais. Selon mon avis personnel, quand la situation est grave, ils peuvent jouer un rôle important grâce à leurs journaux et dans les médias. Par leurs méthodes, ils sont capables de lancer un appel de solidarité entre les français, mais également les autres personnes, ceux d'une autre nation vivant en France. Mais ils sont également capables de réunir tous les politiciens sous un même drapeau, car, selon leurs points de vu, la situation est critique. Donc pour amener un fort économique, développer notre industrie, et rembourser les dettes publiques, il ne suffit pas de dire que l'Allemagne est forte, il faut les suivre et faire ce qu'ils font. Les Allemands sont travailleurs, comme les États-Unis et le Japon. Mais personne ne vole leur démocratie. Si on peut prendre cet exemple, personne ne nous volera notre démocratie, notre économie deviendra forte et on retrouvera nos valeurs de la République.
Pour appeler la solidarité je peux donner un exemple ; les étrangers qui vivent ici, travaillent souvent « noir ». Selon mon avis personnelle, ils ne pensent pas à l'avenir de leurs enfants qui vivront ici en France. Peut-être qu'ils ne connaissent pas les valeurs de la République où peut-être n?essaient pas de comprendre et pensent toujours à leur vie dans leur pays et qui envoient leur argent noir dans leur pays d'origine. Si on multipliait par quatre la somme noire qui part chaque année à l'étranger, on pourra rembourser entièrement les dettes de la République.
Chaque année on construit des centaines d'immeubles de 10 à 30 appartements dans des villes étrangères au nom de quelqu'un d'autre. Certaines personnes construisent jusqu'à une dizaine immeubles. Le résultat est que la France n'en retirera jamais aucun bénéfice fiscale, ni leurs enfants (les enfants des personnes qui envoient l'argent au pays). Or, cet argent là appartient à la France.
La plupart des personnes de notre communauté sont jalouses de nous. Ils nous posent des questions comme : « Comment arrivez-vous à faire tout ça, même si vous le faîtes avec le crédit par la banque, et pourquoi, nous, nous n'y arrivons pas, pourquoi la banque ne nous donne pas de crédit ? ».
Ma réponse était « Vous travaillez noir et vous envoyez votre argent au pays pour construire des immeubles, ou construire des bâtiments religieux avec le nom du grand père ou grand-mère, et nous avons travaillé ici, nous essayons de tout faire ici, en France, car nous vivons là et nos enfants vivrons ici également. Or vos enfants, votre famille vivent ici pauvrement, mais vous envoyez votre argent au pays, argent que vous gagnez en travaillant noir, et c'est la raison pour laquelle la Banque ne donne pas de crédit ».
Si on voit la réalité en face, on verrait qu'ils partent au moins deux-trois fois en voyage au pays par ans, parfois avec leurs familles, avec un salaire minimum. Pour cela on peut demander à l?ambassade du pays en question à Paris de communiquer les coordonnées de ce pays de toutes les personnes originaires du pays donné qui vivent ici en France, soit de nationalité françaises, des immigrés, des réfugiés politiques... Si on a réussi a cibler leurs propriétés dans leur pays d'origine (les immeubles qu'ils ont construis avec cet argent envoyé), on peut rembourser les dettes publiques, on peut diminuer la TVA et les français pourraient gagner le pouvoir d'achat, on pourra même diminuer les taxes envers les fermiers, les pêcheurs et les agriculteurs.
En disant ça, je ne suis pas en train de trahir ma nation natale, mais quand on est en France, quand nos enfants vivent ici, on doit donner l'exemple et prendre des responsabilités qui sont bonnes pour la France. Qu'on soit Français ou non, mais qu'on vit en France, chacun a droit de servir à la France, voilà mon opinion.
Je vous prie de croire , Monsieur le Ministre, en ma sincère considération. »
Je l'ai écris car déjà la crise économique et les fraudeurs fiscaux existent depuis toujours. Pour cela, j'ai beaucoup cherché... et j'ai trouvé que beaucoup d'étrangers en étaient responsables. C'est la vérité et personne en pourra me contredire. C'est aussi la raison pour laquelle beaucoup d'étrangers innocents vivant en France sont victimes. Ils n'ont rien fait pour leur pays d'origine qui serait contraire à la loi de France, tout est fait ici, travail, vie argent... rien n'est envoyé ailleurs. Ils ont bien intégré et très bien adopté leurs enfants dans la société française, mais ils sont quand même victimes d'attaques de français. Ils restent tout le temps la bouche fermée. Ils pensent à l'intérieur d'eux-même : à cause d'une centaine mauvaises personnes, c'est moi qui souffre. Mais encore combien de jours cela va-t-il durer ? Si cela touchait seulement moi-même, je pourrais laisser passer, mais là, cela touche ma famille et ça, c'est intolérable. C?est la raison pour laquelle j'ai envoyé le courrier. Merci MR le rédacteur en chef.
Réponse de le 16/06/2013 à 0:38 :
Beau charabia. Compliments.
Réponse de le 16/06/2013 à 9:57 :
Je prends tout de même la liberté d'ajouter que le destin de cette somptueuse leçon de charabialogie est d'avoir été lue -non par le ministre, ne rêvons quand même pas- mais par la personne qui lit pour le ministre, puis d'avoir été lue par la personne qui lit pour le gars qui lit pour le ministre, puis, un ou deux mois après,d'avoir été seulement parcourue par celui (ou l'adjoint de son adjoint) qui lit pour celui qui lit pour celui qui lit pour le ministre.

Au regard de cette gigantesque pièce de littérature, et pour ne pas avoir d'aigreurs d'estomac susceptibles de gâcher sa journée, le dernier de la file a mis tout simplement le tout à la poubelle.

Voilà...

Un peu d'aspirine, docteur ?
a écrit le 15/06/2013 à 16:08 :
"Le réseau de journalistes.... espérant ainsi découvrir de nouveaux scandales" me parait un phrase exagérée et peu catholique.

"Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain" 8ème commandement de la bible.

"Le devoir d'éviter le scandale commande souvent une stricte discrétion" Catéchisme de l'église catholique approuvé par le pape Jean-Paul II.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :