Un nouveau pouvoir par intérim s'installe en Egypte

 |   |  514  mots
L'ancien ministre des Finances Hazem el Beblaoui va être nommé Premier ministre du gouvernement de transition. Copyright Reuters
L'ancien ministre des Finances Hazem el Beblaoui va être nommé Premier ministre du gouvernement de transition. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Moins d'une semaine après le renversement de Mohamed Morsi par l'armée égyptienne, la présidence annonce que l'ancien ministre des Finances Hazem el Beblaoui va être nommé Premier ministre du gouvernement de transition. Le Prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei, figure de l'opposition laïque, devient quant à lui vice-président par intérim en charge des relations internationales.

Après plusieurs jours de négociations et d?incertitude quand au visage du prochain Premier ministre égyptien, c?est finalement un économiste, Hazem al-Beblawi - ancien ministre des Finances sous Mohamed Morsi - qui a été chargé mardi 9 juillet de diriger le gouvernement de transition en Egypte.

Pour compléter la tête de l?exécutif par intérim, le Prix Nobel de la Paix Mohamed ElBaradei se glissera dans le fauteuil de vice-président, comme l?a annoncé mardi après-midi le porte-parole de la présidence, Ahmed al-Muslimani.

Une politique populiste de courte durée en vue?

Le choix s?est donc porté sur un économiste pour diriger le gouvernement de transition, à un moment où l?Egypte se trouve au bord de la faillite financière et minée par les violences politiques.

Reste à voir si ces deux personnalités vont réussir à s?imposer et à être fermes dans leurs orientations politiques, dans un contexte extrêmement tendu, où les différents partis politiques peinent à s?accorder. A ce propos, Jane Kinninmont, spécialiste du Moyen Orient à l'institut des relations internationales de Chatham House, reste prudente quant à la capacité du nouveau pouvoir par intérim de procéder aux réformes exigées par le FMI pour l?accord de 4,8 milliards de dollars d'aide : « Tout gouvernement en place pour une courte période sera tenté de s'en tenir à une politique populiste. Mais, dans le même temps, tous les économistes savent que les subventions, en particulier au carburant, doivent être révisées de toute urgence » estimait-elle lundi 8 juillet auprès de La Tribune.

>> Egypte: "Une situation similaire à celle de la Syrie apparaît peu probable"

Le groupe Tamarrod, à l'origine de la contestation contre Mohamed Morsi, a exprimé des réserves sur le nouveau cadre institutionnel et déclaré préparer avec des experts une série d'améliorations.
De leur côté, les salafistes d'Al Nour, deuxième parti islamiste d'Egypte après les Frères musulmans, ont annoncé qu'ils ne s'opposeraient pas à la nomination de Beblaoui. A-Nour, qui a soutenu au sein d'une coalition majoritairement laïque le coup d'Etat militaire, avait annoncé lundi son retrait de ces discussions après les violences du Caire qu'il avait qualifié de "massacre". Il s'était auparavant opposé à la nomination de M. ElBaradei.

Des élections encore incertaines

D?autres part, afin de relancer la transition politique, le président par intérim, Adly Mansour, a émis dans la nuit une déclaration constitutionnelle prévoyant l'organisation d'élections législatives d'ici début 2014. Elle stipule également qu'une Constitution amendée sera soumise à référendum, avant l'annonce d'une élection présidentielle.

Les Frères musulmans ont rejeté cette déclaration: "Un décret constitutionnel par un homme nommé par des putschistes... ramène le pays à la case départ", a commenté un de leurs responsables, Essam al-Erian, sur son compte Facebook. La date d'éventuelles élections reste pour l'heure à déterminer.

Vu des Etats-Unis et de l?Union européenne, l?instabilité politique en Egypte suscite l?inquiétude.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2013 à 22:05 :
enfin l''EGYPTE , prends son destin en main , au grand "dam" des USA et de l'europe ,
qui ont misés sur le retour a l'obscurantisme , a se demander si ces pays donneurs de leçons
démocratiques , savent vraiment ce qu'est la démocratie ?
apparemment non , vu l'affaire récente des écoutes américaines!
l'égypte écoute son peuple , quelle leçon a nous autres occidentaux , dont les dirigeants le méprise , et vont a l'encontre de ses votes comme en 2005 sur le traité européen,pas de quoi pavoiser!
a écrit le 10/07/2013 à 17:08 :
L'EGYPTE ET LES AUTRES? tu te rappel de la branlee magistrale ISRAELIENNE dans le GOLAN avec des AMX 13 tourelle FL11 technique en CRABE je te dis pas les godasses et les MIRAGES le VOR et la JAUGE quelle DECULOTEE......!!!!!!!!!
a écrit le 10/07/2013 à 13:40 :
qui a envie d'aller en Égypte .... plus personne ! Bref, ils n'ont rien compris !!!!!!!!!! Tunisie idem .... Maroc sur la tangente !
a écrit le 10/07/2013 à 11:52 :
Les medias occidentaux auront bien fait leur travail de propagande mais un coup d'etat restera un coup d'etat. Au fait rien n'a changé, apres les coups en afrique et en amerique du sud, les media francais ne font que repeter ce que les politiciens voulent nous faire croire. Si ca les convient, les madias parlent de changement necessaire sinon c'est un coup d'etat, voir un "crime contre l'humanite".
Ces pantins qui acceptent d'etre les pions des militaires n'ont aucune ligitmite democratique, Morsi a remporté 6 elections, la seule facon de s'en debarasser a ete de le renverser par la force, c'est ce que retiendra l'histoire.
Réponse de le 10/07/2013 à 12:59 :
Moui sauf que l armée est soutenue par une part importante de la population qui s est vu depouillée de sa revolution par un homme qui commencait a n ecouter que ceux de son parti et imposer ses vues religieuses....L armée n est pas forcement le "méchant" regarder ce qui s est passé en Russie si l armée n avait pas pris position pour le peuple lors de la tentative de push par les éléments "durs" de l ex URSS que se serait il passé???
Réponse de le 10/07/2013 à 13:45 :
Putsch.... avec le monde islamiste .... on a plus envie d'y aller !.... perso les religions je n'y crois pas ! ça fiche le bordel depuis 2000 ans !!!!!!!!!!!!
Réponse de le 10/07/2013 à 16:18 :
En democratie il y aura toujours un partie de la population qui ne sera pas contente, la majorite des presidents dans le monde sont elus avec a peine 1 ou 2 % en plus de la majorite, Est-ce une raison pour l'armee d'intervenir en faveur des 49-47% restant ? N'esssayez pas de justifier l'injustifiable !
a écrit le 10/07/2013 à 9:28 :
avant on croyait un conflit EST/OUEST ... ensuite NORD/?SUD .... et la nous sommes rendus à un conflit inter arabes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :