Quelles conséquences en cas d'envolée des prix du baril de pétrole ?

 |   |  452  mots
(Crédits : Reuters)
En réaction à une imminente frappe militaire en Syrie, le prix du baril de Brent pourrait flirter avec les 150 dollars, selon une analyse de la Société Générale. Mais cette flambée des prix serait de courte durée.

Une intervention militaire en Syrie semble n'être plus qu'une question de jours. Les États-Unis ont clairement fait savoir qu'ils agiraient, même sans l'approbation du Conseil de sécurité des Nations unies. De son côté, François Hollande a laissé entendre, mercredi, que la France serait de la partie. Une décision qui se répercuterait alors directement sur les prix de l'or noir qui pourrait monter jusqu'à 150 dollars le baril de Brent, contre 115,95 dollars ce mercredi à 17h, selon certains analystes du marché.

Les prix du pétrole risquent de grimper…

En effet, les marchés craignent qu'une intervention internationale ne déstabilise l'ensemble du Moyen-Orient, région clé pour le brut. Une attaque contre la Syrie pourrait provoquer une importante rupture d'approvisionnement. Une baisse de l'offre entrainant une hausse des prix, si l'opération débute la semaine prochaine, d'après les analyses de la Société Générale, le cours du baril de Brent pourrait atteindre très prochainement un premier palier à 125 dollars, avant d'atteindre un second pallier à 150 dollars, si le conflit s'étend à des pays voisins, comme l'Irak et l'Arabie Saoudite. Le prix de l'or noir dépendra alors de la capacité des Saoudiens à gérer leurs réserves de pétrole.

...mais de façon provisoire

Mais la hausse du prix du baril de Brent ne serait que temporaire, poursuit Michael Wittner, l'analyste de la Société Générale, dans sa note. "Tout d'abord, il y aurait un impact négatif sur la croissance du PIB ainsi que sur la demande de pétrole au bout de quelques mois", explique-t-il. Avant de préciser que "les Saoudiens utilisent leur capacité de stockage afin de compenser toute perturbation sur le marché, ce qui leur permet de faire baisser les prix et ainsi maintenir le demande de pétrole, ainsi que le PIB".

Une situation historique ?

Enfin, si la situation devenait réellement problématique, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), créée en 1974 pour faire face au choc pétrolier, interviendrait en puisant dans ses réserves, d'après l'analyste de la Société Générale. C'est d'ailleurs ce qui s'était passé en 2011 pour la Libye. Trois mois après l'éclatement du conflit, le marché s'était vu privé de plus d'une centaine de millions de barils de pétrole brut. Les membres de l'AIE avaient alors été mis à contribution. Il s'agissait de la 3e décision de cet ordre, après les dégâts causés par l'ouragan Katrina en 2005 et l'invasion du Koweït par l'Irak en 1993. Si la situation syrienne impose une aide de l'AIE, une telle opération deviendrait alors la quatrième dans l'histoire de l'organisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2013 à 12:33 :
De toutes manières, le baril doit rester au-dessus de 100$ afin que les pétroles non conventionnels (huile de schiste, sables bitumineux, eau profonde...) puissent être extraits et traités en rapportant des bénéfices. Donc, qu'il augmente encore un peu, que ce soit pour "raison" de guéguerre locale ou autre, ne peut faire que les affaires des pétroliers (et des Etats qui prennent les taxes). Et il y aura bien un C. de Margerie ou deux pour vanter, après, le fait que le pic de pétrole s'éloigne et que l'on peut continuer à vivre comme avant. Très confortable...
Réponse de le 29/08/2013 à 13:04 :
@Serge
Merci d'évoquer le Peak oil, et ses conséquences.Nous ne sommes pas si nombreux à être conscient que le pétrole, malgré les "non-conventionnels" et éventuellement la découverte de quelques gisements, est un produit NON- RENOUVELABLE et qu'une fois les réserves épuisées, quand il n'y en aura plus, il n'y en aura plus. Le Peak oil sur les pétroles conventionnels est certainement déjà atteint, mais les conséquences d'une telle annonce déstabiliserait tellement le Monde que personne ne se résoud à dire la vérité... Et puis il y a matière à spéculer et faire beaucoup d'argent en manipulant tout ce qui touche au pétrole.Il y a déjà fort longtemps que je ne vis plus comme avant, différemment et tout aussi confortable...mais ça demande des efforts.
Réponse de le 29/08/2013 à 16:39 :
Effectivement, il y aura un limite a la production de pétrole mais heureusement ou malheureusement elle est très loin d'avoir été atteinte, après le pétrole de schiste ce sera le non conventionnelle puis celui de l'Amazonie, du pôle , la transformation du gaz en brut, bref la seule question est combien on pourra mettre dans 1 litre de pétrole , malgré tout, cela reste dans un volume réduit , l'énergie la plus simple a exploiter et a utiliser a ce jour (avec quelques litres, vous déplacer des engins qui peuvent détruire une forêt en quelques heures ! Vive le progrès ), il faudra encore pas mal d'année avant de s'en passer, néanmoins je suis un optimiste et fait confiance à l'illuminé qui trouvera ...
a écrit le 29/08/2013 à 11:02 :
le prix du baril n'a aucune raison de changer. c'est de la pure spéculation et de l'agitation médiatique. une intervention en syrie n'est pas souhaitable ni pour eux , ni pour nous. les meilleurs émissaires internationaux le disent.
Réponse de le 29/08/2013 à 11:43 :
Le prix du baril est inexorablement voué à la hausse, guerre en Syrie ou pas.
a écrit le 29/08/2013 à 11:01 :
Société générale, un salarié a fait 'perdre' 5 milliards à cette société alors leurs prévisions....
a écrit le 29/08/2013 à 10:35 :
Aucune relation de cause à effet : ce n'est que pure spéculation pour augmenter les profits de compagnies pétrolières et des fonds de pension US.
a écrit le 29/08/2013 à 10:05 :
" Une attaque contre la Syrie pourrait provoquer une importante rupture d'approvisionnement."

La société générale ne peut dire que la vérité, car actuellement, tout le monde peut le constater, les conditions d'exploitation et de livraisons sont excellentes et le moyen orient n'est en aucune façon déstabilisé.
Qu'il y ait augmentation du prix du baril, sans doute, mais pour des raisons moins avouables.

a écrit le 29/08/2013 à 10:01 :
la mémoire courte... le pétrole était il y a encore peu à 150 dollar le baril, tout avait alors augmenté (prix à la pompe prix des produits transformés) et depuis qu'il est revenu à 100 dollars rien n'a baissé..... alors que se passera t'il si les cours reprennent 2 hypothèses : soit rien ne change, car les prix n ayant pas baissés, donc restés figé à un cours à 150 dollars cela devrait rester neutre, toutefois, le monde n'étant pas aussi simple et honnête, on se fera encore allumer, et les prix ne redescendront toujours pas après...
a écrit le 29/08/2013 à 10:00 :
Les Etats Unis s'en fiche ...ILS EXPLOITENT LEUR GAZ DE SCHISTE ..!!! En France ON a des IDEES ....; Surtout des idées sur l'écologie
Réponse de le 29/08/2013 à 10:23 :
"créateur",vous devriez "creuser" davantage le sujet des conditions d'extraction de ce produits dits non conventionnels avant de vous exprimer.La France a un patrimoine inégalable (ce qui en fait sa référence mondiale en terme de tourisme,d'agriculture,d'eau,...) qui doit être préservé.Maintenant ,s'il s'agit réellement de diminuer notre consommation donc de diminuer notre dépendance aux matières fossiles ,je suis avec vous ! Au fait,connaissez-vous les coûts d'extraction réels de ces gaz ou pétrole de schiste ?
Réponse de le 29/08/2013 à 11:15 :
OK avec bioman pour le gaz de schiste....Pourquoi pas des emplois aidés pour l'isolation des habitations ? Les fleurs des parterres c'est bien ... l'isolation c'est mieux .!!
Réponse de le 29/08/2013 à 11:29 :
Merci, on viendra forer chez vous !
Réponse de le 29/08/2013 à 12:19 :
@bioman, vous devriez creuser le patrimoine inégalable en terme d'eau. Ce qui est inégalable c'est la pollution des ressources en eau. Et aussi le coût estimer pour remplir les objectifs (600 milliards d'euros rien que pour la première phase visant la pollution domestique, la moins honéreuse, et 2 autres suivent ....)
Mettre en rapport ce chiffre et le montant annuel de vos importations de pétrole ...
Réponse de le 29/08/2013 à 19:03 :
En matière d'exploitation minière, certains pays sont avantagés. Les USA peuvent saccager une partie de leur territoire pour y extraire du gaz et en préserver une autre pour ses beautés naturelles (et touristiques). La France est plus à l'étroit. D'un autre côté, la France étant moins bien dotée, elle pourrait avoir plus d'idées... Eh bien non: Tesla a été créé aux USA.
a écrit le 29/08/2013 à 9:32 :
MOI PRESIDENT JE BLOQUERAI LES PRIX A LA POMPE !!!!!§§§§
Réponse de le 29/08/2013 à 10:39 :
sur paris ...au bois de boulogne?
a écrit le 29/08/2013 à 9:12 :
Un conflit on c'est quand ça débute,petit regard sur l'Irak ils en sont ou en 2013 ?Par LEXPRESS.fr, publié le 29/08/2013 à 00:44 Le bilan de la série d'attentats survenus en Irak mercredi matin s'est alourdi à près de 70 morts avec de nouveaux décès dans les violences confessionnelles qui ont ravagé la capitale.Tout cela me parait bien chaotique .

a écrit le 29/08/2013 à 9:08 :
Cet article est-il une pub pour la SG ? La Société Générale n'a aucune crédibilité en matière financière. Ils ont pris une déculottée en Grèce, vont en prendre une autre en Russie, et l'affaire Kerviel a révélé la gabegie de la gestion à l'interne. Cela dit, on sait que le son du canon fait monter le cours du pétrole et de l'or !!!
a écrit le 29/08/2013 à 9:06 :
Les prévisions des banques sont toujours bidons. Je n'y accorde aucun crédit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :