La baisse des cours du pétrole doublerait quasiment la croissance française en 2014

 |   |  419  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Si le prix du pétrole brent se stabilisait autour des 90 dollars le baril jussqu'à la fin de 2014, la croissance française s'en trouverait dopée de 0,7 point l'an prochain, soit un quasi doublement de la hausse du PIB. C'est la conclusion à laquelle parviennent les économistes de HSBC.

Même si les cours ont un peu remonté ces derniers jours, le prix du pétrole semble durablement orienté à la baisse, sous l'effet du ralentissement de la croissance des pays émergents (Chine, au premier chef). Le Brent (mer du Nord), qui frôlait les 120 dollars le baril en février, se négocie actuellement autour de 100 dollars. Et les analystes parient sur un nouveau repli. Les économistes de HSBC parient sur une stabilisation autour de 90 dollars. Surtout, ils ont étudié les conséquences économiques de la stabilisation des cours autour de ce prix.
Ils estiment que la baisse des cours a moins d'impact que la hausse. Les effets n'en sont pas moins importants, en ces temps de croissance zéro -au mieux- dans la zone euro.

Inflation: -0,5 point en 2013, -1,5 point en 2014
Ainsi, s'agissant de la France, si le prix du Brent fluctuait autour d'une moyenne de 90 dollars d'ici la fin de l'année 2014, l'inflation s'en trouverait amputée de 0,5 point en 2013 et de 1,5 point en 2014. De quoi redonner, effectivement, du pouvoir d'achat aux consommateurs, et de réduire la facture énergétique de bons nombres d'industriels.
L'effet sur le PIB serait donc favorable, au-delà de ce qu'on imagine habituellement. Un effet modéré en 2013 (0,2 point de PIB en plus), mais relativement prononcé en 2014, eu égard aux performances économiques actuelles de l'économie française : le PIB serait alors dopé de 0,7 point.
La France se situerait, de ce point de vue, exactement dans la moyenne de la zone euro, tout comme l'Allemagne ou l'Italie.
0,7 point de plus, pour une croissance probablement inférieure à 1% en 2014, voilà ce qui bien sûr bon à prendre. C'est un quasi doublement qui serait donc enregistré.

L'économie française moins vulnérable que la moyenne
Ce résultat est atteint alors même que l'économie française est beaucoup moins dépendante des importations de pétrole que nombre de pays développés. Les experts de HSBC ont classé une quarantaine de pays industriels selon leur vulnérabilité aux importations d'or noir. Des pays comme le Mexique ou la Norvège sont peu sensibles, étant d'importants producteurs. La France se classe au 20ème rang (par vulnérabilité croissante), loin devant la moyenne de la zone euro, ce qui prouve une sensibilité moindre. L'Allemagne, par exemple, est plus sensible (31ème rang). Mais la France profiterait bien sûr des gains enregistrés par tous ses partenaires commerciaux, qui augmenteraient leurs importations...

Pour aller plus loin, suivez les cours du pétrole

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2013 à 19:17 :
De quoi redonner, effectivement, du pouvoir d'achat aux consommateurs, et de réduire la facture énergétique de bons nombres d'industriels.ils se foutent de notre gueule quen il ecrive cela , l'etat ne va jamais jamais baissé les prix à la pompe
a écrit le 28/08/2013 à 19:15 :
Le Brent (mer du Nord), qui frôlait les 120 dollars le baril en février, se négocie actuellement autour de 100 dollars.moi je vois pas le prix de l'essence baissé , donc l'etat se gave sur notre dos , c'est tout
a écrit le 15/05/2013 à 8:20 :
Le titre de l'article m'interpelle: la "croissance" est aujourd'hui négative de 0,2%. La doubler conduirait à une "décroissance" prononcée. Il est probable que les" prévisions" (terme convenable) de croissance hors effet de pétrole soient revues à la baisse une nouvelle fois d'ici peu. Il aurait été préférable de choisir un titre comme : La baisse attendue des cours du pétrole pourrait amener un net regain de croissance"
a écrit le 30/04/2013 à 11:59 :
A propos de pétrole, rappelons que l'on en est là : http://iiscn.files.wordpress.com/2013/03/laherrere_all_liquids_production_1900-2200.jpg
C'est à dire dans un monstrueux choc pétrolier qui hélas ne fait que commencer, et aussi raison principale de la crise dite "financière".
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
Mais chut, seul l'approche CO2 et climat est autorisée dans le discours officiel, approche éminemment valide, mais l'angle ressources finies et surtout contraintes sur le débit, on en est quasiment plus capable apparemment.
a écrit le 30/04/2013 à 9:30 :
A parier que le prix à la pompe ne baissera pas malgré cette hypothése de baisse.
Réponse de le 14/05/2013 à 19:52 :
Avant de parier votre argent, prenez connaissance de l'étude suivante qui présente les évolutions compar?es du prix a la pompe et du prix du Brent. Il y a bien corrélation, y compris a la baisse : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Etude_sur_la_repercussion_des_cours_des_produits_petroliers.pdf
a écrit le 30/04/2013 à 6:42 :
Le WTI est 10 dollars moins cher que le Brent et les Americains n ' ont aucun probleme pour l ' utiliser. Qui peut m ' expliquer pourquoi on est parle toujours du Brent.? Si on veut stimuler la croissance, pourquoi ne pas diminuer la TIPP? Ah j ' oubliais les khmers verts!
Réponse de le 24/08/2013 à 15:31 :
Le WTI est un pétrole léger d'excellente qualité... et de plus en plus rare. Comme tous les pétroles légers. (Certains pétroles de ce type - Bornéo - étaient utilisables immédiatement - sans raffinage - dans les moteurs diesel...) Le WTI est donc essentiellement consommé aux USA. Le pétrole de schiste extrait au Canada est un pétrole lourd.
a écrit le 30/04/2013 à 6:29 :
Bonjour, premièrement il n'y a pas de baisse durable sur se produit, car la spéculation est importante, ensuite deux fois zéro cela ne fait pas grang chose.... Nous ferrions mieux d'investir dans une usine de pétrole synthétique comme en Autriche ...... Histoire de voir la fin de ce produit de plus en plus précieux......
a écrit le 30/04/2013 à 0:41 :
"La baisse des cours du pétrole doublerait quasiment la croissance française en 2014". Je comprends pas ces chiffres. Si on a une croissance négative, mais que cette croissance double suite à la baisse du coût du pétrole, est-ce que ça double la récession ou ça la diminue par deux ?
Réponse de le 01/05/2013 à 17:48 :
Les maths et vous cela fait 2
Réponse de le 05/05/2013 à 23:21 :
là c'est pas un problème de math, car il a raison, la phrase est mal tournée, notre croissance est effectivement négative, je dirais que vu que cela ne concerne que le pétrole, c'est de l'ironie...
a écrit le 30/04/2013 à 0:12 :
Le réchauffement climatique est aujourd?hui constaté par la communauté scientifique internationale et reconnu par des agences comme l?AIE, les Nations Unies, le FMI et la Banque Mondiale. De grandes incertitudes persistent sur les coûts économiques et sociaux de ce phénomène et leur temporalité. Toutefois, on peut dire qu?une prise de conscience mondiale va s?effectuer et qu?elle se traduira par des hausses de prix et des pressions à la baisse sur les consommations pétrolières. http://www.boursorama.com/actualites/prix-du-petrole-en-baisse-c-est-grave-docteur-non-c-est-normal-le-debat-de-la-semaine-avec-le-cercle-des-economistes-jean-marie-chevalier-98c2a5e9c05e8c71a4d6edc307efd0c2
Réponse de le 01/05/2013 à 16:14 :
donc c'est le moment de passer à la GENERALISATION à marche forcée à la Voiture ELECTRIQUE ( donc, nos députés doivent voter une loi annonçant que, dans 5 ans, les voitures à moteur thermique seront interdites dans les villes de plus de 25000 habitants! Cela obligera les Constructeurs à créer rapidement des usines fabriquant de voitures électriques, et contraindra les français qui doivent renouveler leur voiture.... à acheter plutôt une voiture électrique .. ou , sinon , à ne plus pouvoir rouler dans les villes de plus de 25000 habitants) _ _ _ bien sûr, cela suppose de doubler d'ici à 10 ans la production d'électricité; Donc a doubler le parc de production des centrales nucléaires (acheter surtout des micro-centrales nuclaires mises au point récemment par le GIE regroupant DCN EDF et AREVA, laquelle nouvelle technologie est issue de la technologie des sous-marins nucléaires)
Réponse de le 05/05/2013 à 23:30 :
et ça en reviens encore une fois a ne pas penser aux pauvres qui roulent avec des véhicules de plus de 20 ans, qui, en consommant, peuvent faire un longe trajet, d'une traite, car ils habitent la seul ville de pus de 25K habitants a plus de 70/80km alentours...
et oui, y a des villes de plus de 25K habitants a la campagne, là ou le net a mis du temps a arriver, la tnt, ainsi que le dégroupage, et donc, des futur bornes de recharges ou il faut presque un hébergement pour faire le plein, pour seulement 150 km...
encore un a qui la prime a la casse a fait du bien, sans voir que des bagnoles de plus de 20K euros au marché de l'occase sont parti pour 1000, quand le pouvoir d'achat baisse, et qu'une entreprise française licencie 11000 personnes pour aller en recruter plus de 1000 juste a coté.
bref, trop de trucs a dire sur un comm comme celui-ci...
au passage, le monde veut se passer du nucléaire...
Réponse de le 12/08/2013 à 17:58 :
Sauf qu'avec la technologie actuelle il n'y a pas suffisament de metaux rares "exploitable" sur terre pour pouvoir remplacer tous les moteurs thermique par des moteurs electrique. Les "grosses" baterries des voitures electrique etant de gros consomateur de ces dit metaux rares.
Réponse de le 24/08/2013 à 15:48 :
@Juju78: Non. la quantité de lithium disponible est suffisante. Le recyclage aisé. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/66045.htm Et les batteries de voiture Li-ion trouvent une seconde vie comme accumulateurs pour systèmes photovoltaïques. De plus il existe d'autres types de batterie. Et la recherche progresse vite. @bclu: Inutile d'amplifier encore la fonction de poubelle nucléaire de la douce France: éliminez vos chauffages électriques, isolez (enfin!) vos habitations, diminuez vos éclairages nocturnes, adoptez des équipements à faible consommation, poussez le photovoltaïque et l'éolien, et vous aurez l'énergie électrique nécessaire. Surtout que les constructeurs automobiles français sont bien placés dans la course au véhicule électrique.
a écrit le 29/04/2013 à 23:39 :
Il est clair qu'il faut profiter de la crise pour appuyer les investissements nécessaires dans l'efficacité énergétique au sens large et les énergies renouvelables avant que les prix ne remontent franchement. C'est la bonne voie pour être préparés à la sortie de crise et créer des emplois. Importer plus de 60 milliards d'énergies fossiles par an en France est un dérapage inacceptable avec toutes les technologies existantes et les entreprises françaises en point, j'en profite pour citer entre autres la très prometteuse Dualsun ou encore Soitec parmi d'autres comme McPhy Energy. Il faut également arrêter les délires des climatosceptiques dont les théories se sont toutes avérées fausses depuis plus de 40 ans mais qui continuent de polluer le web avec des arguments sans fondement scientifique et qui prônent l'utilisation du gaz de schiste alors que ce ne serait même pas vraiment rentable en France et que le gaz sous forme combustible est la pire utilisation d'une ressource très demandée ailleurs et qui va se raréfier.
a écrit le 29/04/2013 à 17:23 :
Si la croissance revient... la consommation de matières premières va suivre et les prix vont aussitôt se redresser et briser la croissance.

Les cours actuels nuisent aux investissements nécessaires pour retirer le pétrole non conventionnel. Ils ne sont pas durables.
Réponse de le 29/04/2013 à 18:10 :
Oui mais à part vos v?ux pieux et la propagande écolo, y'a pas mieux pour l'instant, et c'est demain la veille que ca changera alors en attendant cessons d'acheter du pétrol aux arabes et exploitons le gaz de schistes, ou les boues de schistes...
Réponse de le 29/04/2013 à 18:41 :
Didier n'émettaient aucun jugement de valeur sur le pétrole et ses dérivés. Il faisait juste remarquer que les cours actuels permettent de fournir le surplus de production indispensable à l'approvisionnement international en pétrole. Si les prix baissent et que la consommation baisse en même temps ce ne serait pas grave, mais si les prix baissent et relancent la croissance, donc la consommation de pétrole, il y aura à nouveau un problème et donc une nouvelle hausse du pétrole. Nous sommes donc bien pris au piège que nous le voulions ou non.
a écrit le 29/04/2013 à 17:11 :
A -1.5 d'effet sur l'inflation, on serait en nette déflation en 2014, donc, et cela a un très gros effet récessif. Ont-ils pris cela en compte ?
a écrit le 29/04/2013 à 16:48 :
Si on rasait les maisons mal isolées, on ne consommerait pas tant de pétrole, si on interdisait les voitures, on ne consommerait pas tant de pétrole, ... et si on élisait des gestionnaires au lieu de Politiques incompétents, l'Etat ne serait pas déficitaire.. et si ma tante en avait... Faut arrêter avec les scénarii fantaisistes...
Réponse de le 01/05/2013 à 17:29 :
On l'appellerait Tonton...
a écrit le 29/04/2013 à 16:45 :
Si ma tante en avait......Faut pas rêver , les pays du golf, Tripoli, etc..ont besoin d'un baril à 100-110$, pour assurer leur croissance économique, donc ils fermeront le robinet pour amener le prix du baril au niveau satisfaisant pour eux.
a écrit le 29/04/2013 à 16:35 :
Ceci confirme l'analyse fort interessante de Jean-Marc Jancovici sur la correlation prix du petrole, crise et croissance: http://www.manicore.com/
Sortons de notre dependance aux hydrocarbures...
a écrit le 29/04/2013 à 16:13 :
L'auteur de cet article confond causes et conséquences : si le cours du pétrole baisse, c'est parce que la production est en chute libre. Récession et déflation font baisser le prix du baril, c'est une spirale descendante et personne ne sera gagnant. Dans le meilleurs des cas ça limitera un peu la décroissance mais parler de relance c'est du délire !
Réponse de le 29/04/2013 à 17:40 :
N'importe quoi, le cours baisse soit parce que la production augmente, soit parce que la demande diminue (le cas ici). C'est la loi simple de l'offre / demande.
Réponse de le 29/04/2013 à 17:52 :
La production de pétrole est régulée par les pays producteurs qui s'assurent qu'ils gagnent à tous les coups. Le prix est d'autre part coté en dollars US et une fois de plus, les pays producteurs s'assurent qu'ils ne font jamais les frais de la baisse du dollar :-) Le pétrole n'est pas un marché libre, mais un marché fortement contrôlé par les acteurs du secteur :-)
Réponse de le 30/04/2013 à 0:48 :
Sur un marché libre, on ne produit pas plus si on gagne plus en produisant moins... C'est d'ailleurs ce qui conduit à se demander si tous les marchés, dont ceux où les clients sont captifs ET où l'installation d'une concurrence est délicate, doivent être libre.
a écrit le 29/04/2013 à 15:49 :
Si les cours du pétrole baissaient, si le Yuan s'appréciait, si Merkel était sympa, si les Chinois se laissaient exploiter par les occidentaux comme avant, si il n'y avait plus de mondialisation sauf pour nos exportations, .........................et si on s'y mettait plutôt que d'espérer un miracle ?
a écrit le 29/04/2013 à 14:57 :
moi président, je baisserai le cours du pétrole !!!!

Bravo Flamby :)) ....double effet dont tu vas pouvoir te gargariser : J'augmente le pouvoir d'achat des français et la croissance ....
a écrit le 29/04/2013 à 14:21 :
Mauvaise nouvelle pour la planète. La consommation de pétrole va donc augmenter, freinant d'autant la transition énergétique tout en continuant en accroître les gaz à effets de serre.
Seul avantage, on va épuiser encore plus rapidement les réserves de pétrole et en finir avec ce produit et la malédiction qui l'accompagne depuis bientôt un siècle.
@Lalevade
Ne croyez pas que les énergies fossiles sauveront un système économique basé sur les transports dans une furie de consommation.Les gaz de schistes, laissez les où ils sont, au risque de prolonger la malédiction du pétrole et les dizaines de millions de morts qu'on lui doit.
Réponse de le 29/04/2013 à 14:51 :
Bien vu, Jb38,5.
Réponse de le 29/04/2013 à 14:56 :
Le réchauffement climatique est une mascarade organisé par les GIERC, et tous ceux qui tirent profit grace aux taxes et aux subventions payées par les contribuable. Le CO2 n'est pas un polluant, es plantes en ont besoin, et il n'est pas prouvé que les activités de l'homme augmentent le niveau de C02 sur un plan mondial. C'est une nouvelle mafia qui s'est mise en place, par les nouveaux tricheurs que sont ces pseudos scientifiques, et tous ces administratifs, ces commissions et autres machins vivant des nouvelles taxes, alors que ce réchauffement est un mensonge.
Lire l'article suivant : http://www.contrepoints.org/2013/04/27/122809-meme-les-ecologistes-reviennent-du-rechauffement

"Même les écologistes reviennent du réchauffement".
Réponse de le 29/04/2013 à 15:00 :
Sans pétrole pas d'énergie, les autres sont très mineures et loin de pouvoir supplanter le pétrole. Il est facile de critiquer le pétrole, tout en bénéficiant tous les jours de ses avantages. Les autres énergies devront faire leurs preuves, et suffisamment avancée technologiquement pour pouvoir se passer du pétrole, c'est pas demain, et ce n'est pas en imposant l'écologie par la force, et l'impot, il faut que ces énergies renouvelables deviennent performantes.
Réponse de le 29/04/2013 à 15:27 :
@nuage, effectivement, vous êtes sur le vôtre. Le CO2 n'est pas le seul gaz à effet de serre. Et de nombreux lobbys sont bien content que ce soit le seul auquel nos politocards ont accordé leur attention.
Réponse de le 29/04/2013 à 15:37 :
Lisez l'article il est édifiant !
Réponse de le 29/04/2013 à 16:06 :
@ perso Oui les lobbies de l'énergie sont toujours aussi actifs et fonctionnent un peu sur le principe des sub primes: aller de l'avant pour avantager des intérêts particuliers en sachant fort bien que les éventuels problèmes générés seront tellement vastes qu'ils ne pourront etre répercutés sur les industries polluantes sauf à mettre l'économie mondiale à plat. La crise leur permet d'enfoncer le coin plus avant encore.
Ceci étant il est tout à fait vrai que les scientifiques ont eu grand tort de parler uniquement de réchauffement climatique pour simplifier en oubliant de spécifier qu'une moyenne mondiale ne signifie pas grand chose en la matière. Ce sont beaucoup plus les variations locales ou saisonnières qui sont préoccupantes et pas seulement celles de la température, la variation des courants marins et des déplacements des masses d'air est tout aussi préoccupante et impactante sur notre vie quotidienne..
Réponse de le 29/04/2013 à 16:27 :
Contrepoints est un site d'obédience libérale. Il n'a pas de crédibilité à se prononcer dans ce domaine.
Réponse de le 29/04/2013 à 18:06 :
C'est un site qui reprend diverses sources, et au contraire il est très crédible car tous les arguments sont démontrés, ce ne sont pas des théories d'obédience socialo, conservato, ecolo, lobbies très très fort pour toutes les nouvelles taxes, y comprises pour des causes fausses et mensongères comme le prétendu réchauffement climatique qui a rajouté toute une myriade de nouvelles taxes, se rajoutant aux précédentes. L'écologie par la force nourrit plein d'interets privéx comme ceux du GIEC.
Réponse de le 29/04/2013 à 18:13 :
à LOIC. Ah oui les libéraux ne seraient crédibles dans ce domaine ? Ce sont des citoyens comme les autres, et leurs sources dans ce domaine est au contraire parfaitement fiable. Et pourquoi donc ? C'est vous qui décidez qui est crédible ou pas ? A part cela donnez des arguments pour prouver que cet article n'est pas crédible que l'on vous comprenne, et cela en dehors de toute idéologie politique.
Réponse de le 29/04/2013 à 18:18 :
à JB38, le réchauffement climatique dont vous parlez n'existe pas, cette propagande des écolos pour vivre sur le dos des contribuables, car il y a une myriade de nouvelles taxes à cause de ce mensonge, taxes qui font vivre des tricheurs comme les gens du GIEC. Cela coute de smillions d'emplis en Europe, c'est une catastrophe, et en meme temps nos concurrents mondiaux eux s'en foutent totalement, et sont bien contents que les occidentaux se tirent des balles dans le pied eux memes. Après faut pas se plaindre si il y a moins d?industrie en Europe, et de plus en plus de chomage. Une économie sous contrôle écrasant et délirant des politiques et voila le résultat.
Réponse de le 01/05/2013 à 14:44 :
@ Nuage: Je viens de lire le court article que vous citez (contrepoints). Outre qu'il semble centré sur les écolos belges, il enfonce une porte ouverte: depuis longtemps il est admis que la compréhension de la machine climatique est peu aisée et que la juste évaluation des conséquences du réchauffement climatique global sera difficile. Mais c'est précisément cette incertitude dans la nature des changements de pluviométrie et de température qui coûtera le plus cher. Tout dérèglement infligé à un système économique et humain complexe engendrera des pertes de toutes natures. Quant à l'éventualité même dudit changement climatique, outre la majorité des scientifiques, je me fie aux calculs des sociétés de réassurance qui y accordent beaucoup d'importance. Et pour leurs dirigeants, (je viens d'assister à l'assemblée des actionnaires de Swiss Re à Zurich) l'existence du réchauffement climatique et ses conséquences ne fait pas l'ombre d'un doute.
a écrit le 29/04/2013 à 13:45 :
IL EST URGENT EXPLOITER LES GAZ DE SCHISTES ET LES PRODUIRE DU PETROLE
ASSOCIE A CES GAZ POURQU4OI PAS AUTORISER A TITRE EXPERIMENTAL UN SITE
Réponse de le 29/04/2013 à 15:30 :
... je vos invite à vous renseigner sur les dommages collatéraux de l'extraction des gaz de schistes. L'humanité doit chercher à s'affranchir au plus vite des sources d'énergie non pérennes.
Réponse de le 29/04/2013 à 15:41 :
Oui est en attendant on est totalement dépendant du pétrole de l'étranger, c'est guère mieux, surtout que la recherche avance, il y a aussi des solutions à trouver avec le schiste en général, il est stupide de s'interdire de travailler sur des voies de l'indépendance énergétique, tout cela pour des verts coco extrémistes. Les supposés gaz à effet de serre, sont une excuse pour ne rien faire, mais le pétrole est encre l'énergie la plus disponible, et la pus facile d'utilisation, le reste ne sont que des théories, voir des propagandes. Travailler sur d'autres énergies oui, imposer des solutions ruineuses qui ne marchent pas encore et ne sont pas suffisantes pour un pays entier, c'est de la folie, et de l'irresponsabilité face au pays.
Réponse de le 29/04/2013 à 16:57 :
non le gaz de schiste n'est pas une solution a long terme. Tout le monde s'accorde sur le fait que son exploitation ne pourra couvrir les besoins (toujours grandissant) des economies carbonnees sur le long terme. La seule maniere de s'en sortir c'est de diminuer notre consommation. Nous avons aujourd'hui des economies industrialisees qui continuent chaque annee a augmenter leur consommation quand d'autres economies emmergentes voient leur demande exploser, a un moment ou la decouverte et l'exploitation de nouveaux champs petroliers ne pourra pas couvrir la demande sur le long terme. L'intelligence c'est de tout baser sur l'economie d'energie, des voitures qui ne consomment qu'1l/100km voir moins (la technologie existe...) plutot que des voitures toujours plus lourdes qui pesent 1tone et demi et brule une ressource non renouvelable pour transporter en moyenne 1 personne de 80kg... Beaucoup reste a faire, et pour que tout ceci soit viable il faudrait que notre consommatio
Réponse de le 29/04/2013 à 18:08 :
Vous n'en savez rien, vous n'etes qu'un citoyen gavé de la propagande écolo bobo moralisante et désireuse de vous faire plein de nouvelles taxes pour cette escroquerie, le prétendu réchauffement climatique, jamais prouvé scientifiquement. Seulla recherche peut aider à trouver de nouvelles solutions d'exploitation, mais il est interdit de chercher en France, les petits dictateurs ecolo l'ont décidés.
Réponse de le 30/04/2013 à 1:10 :
Vous avez des actions chez les pétroliers ou vous êtes d'une ignorance consternante? Vous croyez que les pétroliers sont des enfants de coeur qui n'iraient pas foutre à sac des nappes phréatiques pour quelques milliards s'ils ont le champ libre pour "expérimenter"? Là, ils ont expérimenté chez les autres : Regardez gasland et venez nous dire si vous voulez le gaz au robinet. La dictature actuelle est celle du pognon à court terme : Il y a d'ailleurs tellement pétrole qu'ils préfèrent en extraire moins mais plus vite. Mais du haut de vos arguments fondé sur l'anti-écologie, je présume que vous n'avez même pas la moindre notion sur les procédés d'extraction du pétrole? On est un pays responsable et on y gagnera à long terme : Vous allez peut-être vous plaindre du fait qu'on ne déboise plus comme au moyen âge?
a écrit le 29/04/2013 à 13:38 :
Et plutot que de scruter impuissemment les cours du petrole, pourquoi n'y a-t-il personne pour se decider a ne plus etre dependant du brut ?!

En Norvege, 10% des voitures vendues sont deja electriques, il nous faut peu pour en faire autant, et ca boosterait la R/D dans les batteries plus puissantes. Si, il faut de la vision et du courage politique.
Réponse de le 29/04/2013 à 15:03 :
Ce n'est pas au politique de décider ce qui est bon ou pas pour l'économie, c'est le marché lui meme, l'offre et la demande, et la recherche avance, il faut encore de meilleur batterie, et les industriels sont dessus. Pas besoin de nouveau fonctionnaires pour imposer de nouvelles et contraintes sur le litre d'essence ou les taxes sur les véhicules, ça on a déjà et en masse. Décidément les français ont toujours cette sale habitude à toujours demander aux politiciens d'intervenir, alors que c'est justement ça la raison de la mauvaise santé de l'économie en général. Trop d'état, trop de taxes, trop de réglementation, trop de lois, trop d'administratifs, etc..
Réponse de le 29/04/2013 à 16:03 :
Surtout d'un point de vue technique, l'électrique n'est pas la solution. Pour fabriqué des moteurs électriques, il faut des terres rares....qui sont définition limitées. Si un pays comme la Japon s'équipait entièrement de voitures électriques, il n'y aurait plus de ressources pour le reste de la planète.
Réponse de le 29/04/2013 à 18:46 :
Pourriez-vous donner des chiffres, même en grandes masses, à l'appui de votre démonstration?
Réponse de le 30/04/2013 à 0:09 :
Jeff arrêtez de dire des sottises, on remplace les terres rares dans de nombreuses applications. Peu de choses sont définitivement figée. Un peu d'ouverture d'esprit et de connaissances scientifiques seraient bien. 1) On a jamais dit que l'électrique allait tout remplacer 2) toutefois le rendement des moteurs électriques est excellent et bien supérieur à d'autres, c'est un immense avantage et les batteries évoluent comme les Na-ion et Na-air entre autres. L'électrique concerne aussi l'hydrogène et les pac entre autres hybrides. Et pour répondre à "Perso", l'Etat n'a pas à intervenir massivement certes mais il peut aider à constituer des filières comme çà se fait partout. Reste à ce que ce soit fait intelligemment et temporairement.
a écrit le 29/04/2013 à 13:32 :
vous dites: si..... alors c'est de la spéculation et du poker.D'après vous aussi les Pigs auront
une croissance!!!! on ne conviens?
a écrit le 29/04/2013 à 13:00 :
Car la croissance française pourrait être négative et qu'il s'agit en fait d'additionner des points et non de multiplier.
Réponse de le 29/04/2013 à 13:28 :
J'ai pensé la même chose ! En 2014 : hausse du chômage + tva alourdie : -1% de croissance.- 1 +0.7 : -.0.3 % dans le meilleur des cas...Allez va pour 0 à 0.3%, super ! Qu'est ce que ça change de toute façon ? En dessous de 1.5%, pas de créations d'emplois, donc pas de consommation, peur de l'avenir etc... Tout le reste n'est que littérature, en plus HSBC je me méfie.Qui vous dit que la Chine et les USA ne vont pas repartir plus fort , comme l'inde et le brésil après le coup de mou de 2012-2013 ? Et donc probable hausse à nouveau des cours du pétrole, sans compter un éventuel conflit iran israel toujours possible bien que peu probable...
Réponse de le 29/04/2013 à 14:26 :
Un conflit Iran-Israël, c'est d'abord un conflit pour le pétrole, comme pour l'Irak. Lorsque du pétrole est en jeu, les US, donc Israël sont aux manettes. Le prétexte de la bombe de l'Iran est un faux nez. Le problème peut être réglé dans la journée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :