Google, le quai d'Orsay et le réseau Swift espionnés par la NSA

 |   |  349  mots
Le siège de la CIA à Langley aux États-Unis.
Le siège de la CIA à Langley aux États-Unis. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La NSA aurait espionné la quai d'Orsay, Google, Petrobras et le réseau interbancaire Swift selon la chaîne de télévision brésilienne Globo.

Les révélations n'en finissent plus de tomber depuis le début de l'affaire Snowden, en juin dernier. Selon la chaîne de télévision brésilienne Globo, la NSA, l'agence de sécurité nationale américaine, se serait introduite dans les réseaux informatiques de Google, du groupe brésilien pétrolier public Petroleo Brasileiro (Petrobras), du ministère français des Affaires étrangères et d'autres entités.

>>> Espionnage "anti-terroriste" : qui est Edward Snowden, l'homme qui a "tout sacrifié" pour ses convictions"

Google, le quai d'Orsay, Petrobras et Swift visés

Dans ses dernières révélations en date, Globo produit des extraits d'une présentation de la NSA, destinée à ses nouveaux agents, qui date de mai 2012 et montre la capacité de l'agence à espionner Google, Petrobras, le quai d'Orsay, et le réseau Swift (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication), utilisé par de grandes banques mondiales.

Des "innocents" ont aussi été espionnés

Glenn Greenwald, le journaliste du Guardian qui a le premier publié les révélations d'Edward Snowden, a par ailleurs donné une interview à Globo dans laquelle il prévient que les documents transmis par Edward Snowden contiennent "de nombreux autres renseignements qui témoignent de l'espionnage d'innocents, contre des gens qui n'ont rien à voir avec le terrorisme, ou sur des questions industrielles, ce qui doit être rendu public".

L'espionnage de Petrobras risque de tendre un peu plus les relations avec le Brésil

Les révélations sur l'espionnage de Petrobras, qui s'est abstenu de tout commentaire, risquent encore de tendre les relations entre les Etats-Unis et le Brésil après les allégations selon lesquelles Washington a espionné les communications privées de la présidente Dilma Rousseff.

Cette dernière a déclaré le week-end dernier attendre d'ici mercredi des explications complètes de Barack Obama, avant de confirmer ou non sa visite fin octobre à Washington, et le président américain s'est engagé à ouvrir une enquête.

>>> De l'asile de Snowden en Russie à XKeyscore... le lexique express de l'affaire Prism

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2013 à 16:14 :
L'espionnage est de façon générale utile pour faire baisser le chômage.Quand on décompose entre le matériel et les ressources humaines nécessaires à son fonctionnement,c'est une industrie pleine et entière à ce niveau là. Nous remercions donc toutes les agences de renseignements et d'espionnage du monde entier pour leur contribution économiques dans chaque pays.
a écrit le 14/09/2013 à 9:33 :
le nouvel Attila!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 10/09/2013 à 11:25 :
La photo représente le QG de la NSA à Fort Meade et non le siège de la CIA à Langley...
a écrit le 10/09/2013 à 10:36 :
Le réseau Swift a une centre de backup aux USA pour le monde entier sauf les banques suisses leur backup se trouve à Zurich. D'après la loi local, Swift devrait fournir les infos demandés par l'Etat. donc, il ne s'agit pas d'espion mais respecter les loi locaux.
a écrit le 10/09/2013 à 8:44 :
la NSA espionne tout le monde y compris les services de renseignements américains
a écrit le 09/09/2013 à 18:44 :
Vive François Hollande.
a écrit le 09/09/2013 à 17:05 :
La communication de TOUTES les informations de SWIFT aux US a été acceptée par la commission européenne il y a environ un an... Vérifiez vos infos, s'il vous plait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :