La reprise économique en Chine marque le pas

 |   |  244  mots
L'indice PMI, publié ce lundi par la banque HSBC, est moins élevé que prévu, à 50,2. Les analystes tablaient sur 51,2 / Reuters.
L'indice PMI, publié ce lundi par la banque HSBC, est moins élevé que prévu, à 50,2. Les analystes tablaient sur 51,2 / Reuters. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'activité en Chine progresse mais faiblement, selon l'indice PMI publié, ce lundi, par la banque HSBC. Il progresse de 0,1 entre août et septembre, à 50,2. Les analystes tablaient sur 51,2.

Peut mieux faire ! D'après l'indice PMI de la banque HSBC, publié ce lundi 30 septembre, la production manufacturière a quasiment stagné entre août et septembre en Chine, passant seulement de 50,1 à 50,2. Les analystes tablaient sur une hausse à 51,2. "Le résultat final est un peu décevant, mais la tendance globale - la reprise - reste inchangée", relativise Wang Tao, économiste à l'UBS. L'indice PMI du pays reste toujours au-dessus de la barre fatidique des 50, preuve de reprise. En juillet, l'indice avait baissé à 47,7, signe de contraction de l'activité.

> Chine: la hausse de la production industrielle confirme la reprise de l'activité.

"Une telle différence entre les deux prévisions montrent que la reprise constatée en juillet et août a dû décroché en septembre", note, de son côté, Song Yu, économiste à Goldman Sachs cité par le Wall Street Journal. "Les taux de croissance aux troisième et quatrième trimestres seront peut-être un plus plus élevés que les deux premiers, mais il y a peu de chance pour qu'ils soient vraiment meilleurs", a-t-il ajouté.

La demande internationale repart

La demande internationale a repris en septembre pour la première fois en six mois, soutenue par les commandes des États-Unis et de l'Europe. Après plusieurs mois de baisse, le nombre d'exportations avait, en effet, réaugmenté en juillet de 5,1%. La demande domestique semble, par contre, moins bien se porter.

> La Chine exporte moins, et ça va durer...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2013 à 12:27 :
Une telle différence entre les deux prévisions montre(nt) que la reprise constatée en juillet et août a dû décroch(é)r en septembre", note, de son côté, Song Yu, économiste à Goldman Sachs .....

deux fautes de français en trois lignes...
a écrit le 30/09/2013 à 12:17 :
La stagnation de la demande domestique indique que le développement du pays stagne. Dans un pays développé ce serait sans trop d'effet, mais en Chine c'est très dangereux si ca se prolonge. Le consensus social chinois ne tient que par le développement économique, la création d'une classe moyenne et surtout l'espoir de tout chinois de pouvoir s'enrichir. La croissance à 10% a permis d'occulter un grand nombre de problèmes non résolus: l'aspiration à la liberté individuelle, la question des minorités (dont le Thibet n'est qu'une facette), les inégalités sociales, la corruption, le vieillissement de la population (enfant unique oblige) et les conditions de vie. Sans une croissance soutenue, combien de temps le pouvoir chinois pourra t'il contenir de nouveaux tienanman?
a écrit le 30/09/2013 à 11:39 :
"La reprise économique" en Chine, tiens ils étaient en récession ? "Reprise" de quoi au juste ? Si on met la barre à 8% de croissance pour annoncer des reprises alors on est plié en deux de rire avec nos annonces complètement bidon.
Réponse de le 01/10/2013 à 6:25 :
8% en Chine, c'est ?quivalent ? 2 ou 3% en Europe, car c'est un pays en construction, comme l'?tait la France pendant les 30 glorieuses. Si la croissance passe ? 5 ou 7%, le pays stagne, moins de construction d'infrastructures, de logements, d'usines .... donc c'est la fin du r?ve chinois pour le milliard de personnes qui sont encore dans la pauvret?.
a écrit le 30/09/2013 à 10:59 :
Indice de l'économie mondiale?

Quand on annonce une hausse de, la production industrielle ou une baisse moins forte que prévue, les investisseurs sont enthousiasmés et les cours de bourse montent. Dans le cas contraire, c'est le contraire qui se produit. Qu'en est-il de l'économie chinoise? Elle reste dépendante de celle du reste du monde car la Chine demeure l'usine du monde pour quelque temps encore. Il est donc inutile de surveiller l'économie pour parier sur les indices boursiers. Pour gagner en bourse, il faut faire le stock picking et miser sur le long terme comme M.W. Buffet
a écrit le 30/09/2013 à 10:16 :
LA VERITE c est que la chine produit aujourdhui dans d autre pays elle a vite compris ce qu est la rentabilite en produisent en afrique ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :