Malgré le typhon, les exportations philippines ont bondi de... 19%

 |   |  467  mots
Les exportations des Philippines ont bondi, malgré une tempête meurtrière.
Les exportations des Philippines ont bondi, malgré une tempête meurtrière. (Crédits : reuters.com)
A première vue, la statistique est paradoxale : touchées par le meurtrier typhon Haiyan le 8 novembre dernier, les Philippines ont vu, le même mois, leurs exportations progresser de 18,9% par rapport à l'année précédente.

Plus de 6.000 morts, 2.000 disparus et pas de conséquence sur l'économie ? En novembre 2013, les Philippines ont exporté une valeur totale de 4,29 milliards de dollars (3,15 milliards d'euros), selon les données officielles, soit une augmentation de 18,9% par rapport à novembre 2012.

C'est la plus forte hausse des exportations depuis trois mois alors que le 8 novembre 2013, le pays avait été frappé par un violent typhon, Haiyan.

Les Philippines, qui fournissent environ 10% des services de fabrication de semi-conducteurs dans le monde (notamment pour les puces de téléphonie mobile et les micro-processeurs), ont aussi vu croître de 10% l'exportation de composants électroniques sur le mois de novembre, pour une valeur totale de 1,91 milliards de dollars (735 millions d'euros). C'est le troisième mois de hausse à deux chiffres, après +13,5% en octobre et +15,4% en septembre.

Un coût de 14 milliards de dollars ?

Ces chiffres contrastent spectaculairement avec les estimations de l'agence de notation Moody's, pour qui l'impact économique de Haiyan pourrait s'élever à 14 milliards de dollars. C'est que, malgré le drame humain - la tempête a fait plus de 6.000 morts, déplacé 4,4 millions de personne et privé, selon l'Organisation internationale du travail (OIT), cinq millions de personnes de moyen de subsistance -, l'impact sur la florissante économie philippine a été limité.

C'est ce qu'affirmait fin novembre le Crédit suisse dans un rapport. Il estimait que "l'aire affectée représente une proportion relativement modeste du PIB, ce qui fait que l'impact général sur le PIB devrait être mineur et gérable".

Des régions épargnées

Les îles de Leyte et Samar, les plus touchées par le typhon, sont des régions principalement agricoles, dont les principaux secteurs productifs sont "la pêche, la culture du riz et la noix de coco", selon l'agence de presse belge Belga. Le secteur de la canne à sucre, qui représente une valeur de 1,6 milliards de dollars aux Philippines, a également souffert.

Mais les zones industrielles, notamment autour de la capitale Manille, ont été épargnées, expliquait de son côté l'institut d'étude Coe Rexecode, pour qui l'impact de Haiyan sur la croissance du pays "devrait être relativement modeste".

Entre 6 et 7% de croissance en 2013

Le Crédit suisse va dans le même sens, expliquant que "les exportations de produits agricoles vont être touchées, mais elles sont une fraction assez minime des exportations totales". En novembre, selon les statistiques officielles les exportations de composants électroniques ont représenté 44,6% de la valeur totale des exportations philippines.

Le pays, qui vise une croissance de son PIB comprise entre 6,5 et 7,5% en 2014, devrait atteindre la fourchette basse de son objectif pour 2013 : entre 6 et 7% de croissance. Et ce même si "la croissance annuel des Philippines a ralenti à son plus bas depuis plus d'un an au troisième trimestre 2013", comme le note l'agence Reuters.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2014 à 3:56 :
Allez courage amis Philippins !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :