Plus de 20 millions de cartes de crédit piratées en Corée du Sud !

 |   |  264  mots
Les cartes de crédit, proies des pirates informatiques
Les cartes de crédit, proies des pirates informatiques (Crédits : Reuters)
Les données personnelles d'au moins vingt millions d'utilisateurs de cartes bancaires ou de crédit en Corée du Sud ont été volées par des employés indélicats ou piratées ces dernières années ont déclaré dimanche les régulateurs financiers. Ce n'est pas la première fois que des fraudes de ce type sont observées au pays du Matin calme.

Les données personnelles d'au moins vingt millions d'utilisateurs de cartes bancaires ou de crédit en Corée du Sud ont été volées par des employés indélicats ou piratées ces dernières années, ont confirmé dimanche les régulateurs financiers, après une nouvelle affaire.

La police a arrêté un employé de Korea Credit Bureau (KCB), une firme qui évalue la capacité à rembourser de particuliers. Il est soupçonné d'avoir volé les données confidentielles de clients de trois sociétés de cartes de crédit qui employaient ses services.

Il vendait ensuite ces données à des sociétés de marketing téléphonique, dont les directeurs ont également été arrêtés en début de mois, ont indiqué la police et les Services de surveillance financière (FSS), le régulateur national.

Ce n'est pas la première fois

En décembre, un employé de Citibank Korea avait été arrêté pour avoir dérobé les données personnelles de 34.000 clients de l'établissement.

Et en 2012, la police avait mis la main sur deux pirates informatiques sud-coréens, qui avaient subtilisé les données personnelles de 8,7 millions de clients auprès du numéro deux des opérateurs de téléphonie mobile du pays.

Les données volées incluent en général les noms des clients, le numéro de sécurité sociale, le numéro de téléphone, les chiffres inscrits sur les cartes de crédit ainsi que leur date d'expiration, a précisé le FSS dimanche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2014 à 10:07 :
achat en ligne = données sur le net = possibilité de se faire pirater un jour !
Quoiqu'en dise les experts en sécurité ...
a écrit le 19/01/2014 à 23:22 :
SANS COMPTER TOUS LES CALLS CENTERS SITUES EN TUNISIE, MARROCO; QUI POSSEDENT BEAUCOUP D'INFORMATIONS PERSONNELS SOUS ACCORD DES LOIS FRANCAISES
OU EST LA PROTECTION DE DONNES PRIVES ET PERSONNELS?
Réponse de le 21/01/2014 à 3:31 :
Mais quel rapport avec la Corée du Sud ? Faut sortir un peu de votre bulle France/Maghreb. Et puis écrire tout en MAJUSCULES est malpoli et vous fait perdre tout crédibilité sur le net.
a écrit le 19/01/2014 à 18:53 :
Et dire que nos énarques et autres technocrates veulent à terme supprimer l'argent liquide... On rigolera bien quand tout sera à 100% virtuel.
Réponse de le 19/01/2014 à 19:51 :
Tout a fait d'accord avec vous. Lors des problèmes avec les banques suisses, sur la RTS un pontif des banques le seul moyen d'éviter les fuites serait le retour MAIS
sans plus de détail. Car il faut avouer l'informatique c'est pratique. Je paie de + en +en espèces
Réponse de le 21/01/2014 à 3:39 :
Non mais on vire de plus en plus vers des monnaies virtuelles comme le bitcoin qui eux ne sont régularisés par aucune société ou état. Et le bitcoin n'est que le début et la première parmi de nombreuses monnaies virtuelles qui vont sortir bientôt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :