Dette américaine : le secrétaire au Trésor relance le compte à rebours

 |   |  499  mots
jacob Lew, le secrétaire américain au Trésor prévient: en février, les moyens exceptionnels de financement de l'Economie seront épuisés en février.
jacob Lew, le secrétaire américain au Trésor prévient: en février, les moyens exceptionnels de financement de l'Economie seront épuisés en février. (Crédits : Reuters / Images)
Jack Lew, le secrétaire américain au Trésor a écrit au Congrès le 22 janvier que les mesures exceptionnelles de financement qui devaient durer jusqu'à début mars seront épuisées plus tôt que prévu.

Les Etats-Unis ne tiendront pas jusqu'au mois de mars. C'est, en substance, ce qu'affirme Jack Lew, le secrétaire au Trésor dans une lettre adressée au président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner ainsi qu'à d'autres membres du Congrès le 22 janvier. Il leur signale que les mesures exceptionnelles prises pour financer les dépenses de l'Etat pendant la période transitoire de dépassement du plafond de la dette seront épuisées plus tôt que prévu. Il écrit dans cette lettre:

"Quand je vous ai écrit en décembre, j'estimais que le Trésor épuiserait les mesures exceptionnelles fin février ou début mars (…) D'après l'estimation la plus récente, nous pensons que le Trésor risque d'avoir épuisé ces mesures à la fin février (…) Le mieux serait que le Congrès agisse avant le 7 février pour assurer un financement en bonne et due forme du gouvernement."

A nouveau le risque de défaut

Après cette date, si aucune décision n'est prise, l'Etat américain risque de se retrouver en défaut de paiement. Une situation qu'a déjà connu le pays alors qu'il était confronté à une autre problématique. En effet, paralysé par le"shutdown", la suspension de l'activité d'une partie des administrations du pays pendant quinze jours en octobre 2013, due à l'incapacité des législateurs à s'accorder sur un budget, Washington devait déjà trouver une solution pour éviter ce risque de défaut. Un compromis avait été finalement obtenu pour relever provisoirement le plafond de la dette - à 17.351 milliards de dollars actuellement - jusqu'au 7 février.

>> Faillite des Etats-Unis, et si cela arrivait ?

Le mois des impôts

Problème : le mois de février étant celui des remboursements d'impôts aux contribuables américains, le recours à ces mesures extraordinaires de financement est limité dans le temps. Il serait même "bien plus court qu'en 2011 et 2013". 

Les impôts sur le revenu américain sont prélevés à la source tout au long de l'année et, en février, l'Etat rembourse le trop perçu. En février 2013, l'Etat avait ainsi déboursé 230 milliards de dollars au lieu de 45 milliards pour un mois ordinaire. Or, en raison du dernier "shutdown", les remboursements seront particulièrement concentrés après la semaine du 7 février car  "la saison des déclarations d'impôts a été retardée par la fermeture des services administratifs", indique le Trésor.

Le problème du Shutdown repoussé, mais pas celui du plafond de la dette

Le vote, le 16 janvier, d'un budget d'environ 1.100 milliards de dollars qui finance les services des Etats-Unis jusqu'en septembre signalait un déblocage des  relations entre les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, et les démocrates, qui le sont au Sénat. Le spectre d'un nouveau "shutdown" repoussé, la question du défaut de la dette reste cependant en suspens. Et le compte à rebours est à nouveau déclenché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2014 à 17:09 :
franchement tout comme les mariages royaux outre Manche, on est obligé nous Français de suivre la S05E10 des débats budgétaires américains??? Tout ça c'est du show hollywoodien, mais pas de happy end, juste des shoot again.
a écrit le 23/01/2014 à 11:54 :
Mais non pas de problèmes quelques milliards de plus une FED prés a racheter leurs obligation de très grandes valeurs et c'est reparti....
Réponse de le 23/01/2014 à 12:23 :
C est triste mais Xavier a raison le soucis c est que ce genre de procédé cree une titanesque bulle inflationiste et surtout elle ne peut durer que si confiance dure si le dollar est mis à mal encore une fois pour des risques de défaut (défaut qui me semble encore irréaliste) comment réagiront les créanciers des USA? La Chine semble alleger son stock de dollar contre de l euro plus stable ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :