Les Néo-Zélandais vont voter sur l'abandon de l'Union Jack

 |   |  526  mots
Le drapeau néo-zélandais devra-t-il être rangé dans une armoire en 2017 ?
Le drapeau néo-zélandais devra-t-il être rangé dans une armoire en 2017 ? (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre néo-zélandais a annoncé la tenue d'un référendum d'ici trois ans pour changer ou non de drapeau.

L'Union Jack vit des moments bien pénibles. Le drapeau britannique, créé lors de l'union entre l'Angleterre et l'Ecosse en 1707, est pourtant un des plus populaires du monde. Il est régulièrement utilisé à des fins commerciales. Seulement, certains peuples semblent ne plus en vouloir. On verra lors du référendum du 18 septembre prochain si les Ecossais décident ou non de troquer l'Union Jack contre leur drapeau traditionnel frappé de la croix de Saint-André. Mais, ce ne sont pas les seuls à ne plus vouloir du drapeau britannique.

Un référendum d'ici 2017

Le premier ministre néo-zélandais, John Key, a ainsi annoncé la tenue d'un référendum d'ici à 2017 pour demander à ses concitoyens s'ils voulaient ou non changer de drapeau. Or, le drapeau néo-zélandais comporte l'Union Jack, en haut à gauche. Pour John Key, ce drapeau « traduit une période coloniale et post-coloniale dont la Nouvelle-Zélande est sortie. » « Il sous-entend une domination du Royaume-Uni qui n'existe plus », a-t-il ajouté. Mais pour John Key, il s'agit surtout de clore le débat pour « s'occuper des vrais sujets ».

Une monarchie constitutionnelle

Comme l'Australie ou du Canada, la Nouvelle-Zélande reconnaît comme chef de l'Etat le souverain du Royaume-Uni, mais cette reconnaissance est toute symbolique. Les pouvoirs de la Reine sont transmis à un gouverneur général qui n'est pas britannique, mais local, et qui fait souvent la quasi-unanimité de la classe politique locale.

Le précédent canadien

La Nouvelle-Zélande et John Key n'entend pas modifier ce système et proclamer la république, comme cela avait été envisagé en Australie en 1999 avant qu'un référendum ne rejette cette option à une courte majorité. Il s'agit donc juste de donner un nouveau symbole à l'identité nationale, plus « moderne » a indiqué John Key. Un mouvement comparable à celui qu'a connu le Canada, qui disposait jusqu'en 1965, d'un drapeau rouge frappé de l'Union Jack (Red Enseign), et qui a été alors remplacé par le drapeau à feuille d'érable bien connu aujourd'hui. Il n'y avait cependant pas eu de référendum, mais l'établissement d'un comité. La question du Québec, où la Red Enseign était fort impopulaire, avait joué un rôle dans ce processus.

Le drapeau des All Blacks pour toute une nation ?

Quel nouveau drapeau sera choisi pour la Nouvelle-Zélande ? Celui des All Blacks bien sûr ! John Key a défendu l'idée d'un drapeau noir frappé de la fougère d'argent (Silver Fern) qui sert d'emblème à l'équipe nationale de rugby. C'est le choix semble-t-il le plus populaire si on observe les propositions du site pro-changement nzflag.com.

Des électeurs peu enthousiastes

Reste à convaincre les électeurs. Car si John Key et son parti conservateur le National Party, sont en tête dans la course aux élections législatives du 20 septembre prochain, les Néo-Zélandais sont aux trois quarts selon les sondages opposés à un nouveau drapeau. Les associations d'anciens combattants sont particulièrement opposées à tout nouvel emblème, alors même que l'on va célébrer le centenaire de la bataille des Dardanelles où périrent  2721 néo-zélandais enrôlés dans le contingent ANZAC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2014 à 18:13 :
Ce drapeau a fait l'histoire du pays, qui l'a accompagné en douceur vers son émancipation sans violence ou révolution déchirante. Je comprends pour le Canada et sa parti française, mais la Nouvelle-Zélande... il y a mieux à faire que ce genre de débat secondaire. Il y a la question indigène qui me paraît plus adéquate.
a écrit le 12/03/2014 à 6:57 :
Ca tombe bien, je confondais toujours leur drapeau et celui de l'Australie.
a écrit le 11/03/2014 à 15:35 :
Que seraient l'Australie et la Nouvelle Zélande sans un ancrage quelconque à ses colonisateurs? Des terres vierges peuplées d'indigènes, c'est sans doute ce que craignent ses habitants non indigènes, d'être virer de ces iles ou continents iles qui n'avaient rien demandé à personne. Et si on revenait 2000 ou plutôt 5000 à 7000 ans en arrière, on ferait un bon de géant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :